30/06/2013

Nature morte de l'islam contre nature vivante de l'islam

Comme si le monde islamique devait se figer dans le VIIème siècle après Jésus-Christ, à l'An 0 de l'hégire, les fous d'Allah creusent leurs tombes et celles de toute l'Humanité.

Face à eux, un peuple d'islam qui veut se libérer des dogmes les plus absurdes pour notre temps. Un peuple croyant qui fait son évolution et sa révolution. Tout n'est pas bon et parfait lors des révolutions. Tout excès n'est pas digne d'Allah et de la foi. Mais les excès permettent de poser de nouvelles normes, de nouveaux jalons dans l'exercice spirituel des individus. La liberté d'expression exigée par les opposants aux islamistes fait partie des nouvelles exigences et des nouveaux repères ou dogmes que les révolutionnaires voudraient imposer aux tenants d'une religion puritaine recroquevillée sur son passé et son Prophète.

Qu'allons-nous cueillir au bout de ce dangereux voyage vers la liberté. La nature morte d'une humanité disparue ou la nature vivante d'un islam qui a su dépasser ses craintes de punition divine et de châtiment ? La révolution sera longue et douloureuse. Elle risque de très mal finir si nous les Occidentaux cherchons d'abord les intérêts économiques plutôt que les échanges humanitaires, culturelles, entre populations qui ont tendance à s'ignorer quand ce n'est pas se haïr réciproquement.

Il est temps de croire à la nature vivante de l'islam. Elle a tant et tant à donner à notre monde. En avant !

 

Les commentaires sont fermés.