30/08/2013

Syrie: Amérique et France, derniers soutiens aux pétromonarchies

Triste constat. La plus grande démocratie du monde associée à la France, qui entretient pourtant la plus glorieuse histoire en matière de Révolution démocratique sur la Terre des Hommes, seules et ensembles pour défendre et soutenir l'agression arabo-wahhabite sur la Syrie.

Que vont alors chercher ces deux pays du globe alors que le reste de la Terre (à part la Turquie d'Erdogan, pays qui a dépouillé la Syrie d'une partie de la partie nord de son territoire avec le soutien de la France suite à la Première Guerre mondiale) refuse toute coalition militaire internationale intervenant directement en Syrie?

Ce qu'a réussi la France au Mali, elle ne le réussira jamais en Syrie. Pour beaucoup de raisons. Premièrement, ce n'est ni le gouvernement syrien ni la majorité de la population syrienne qui appellent à l'aide contre une invasion djihadiste intolérable. C'est une invasion djihadiste mondiale intolérable qui appelle à l' « aide » l'Occident pour la soutenir dans son combat afin d'établir une dictature théocratique en terre du Cham. Deuxièmement, le peuple syrien refuse d'être bombardé par une coalition occidentale après avoir été bombardée par les avions d'Assad et les mortiers des djihadistes. La population entrevoit très bien, dans la plus grande des douleurs et la plus profonde amertume, l'instrumentalisation de leur nation par les grandes puissance du monde et au final, le peu d'intérêt des gouvernements et de l'ONU pour la mort lente ou l'exil des populations civiles. Troisièmement, rien n'a été fait de très sérieux jusqu'à ce jour pour obliger le régime d'Assad et l'opposition syrienne (et non étrangère) à discuter sur des bases politiques sérieuses pour une réconciliation nationale permettant à la Syrie de sortir de son cauchemar actuel. On attend toujours cette fameuse conférence de Genève 2 avec une obligation de résultat quitte à enfermer dans une pièce onusienne et le nombre de jours qu'il faudra les représentations des deux parties. Pour ma part, une population entière prise en otage par des chefs de guerre mérite absolument et peut bien obtenir de l'ONU que l'on « séquestre » ces chefs de guerre, le temps de faire les premiers pas de la paix et de signer un accord ferme, validé de toutes les parties, sur un cessez-le-feu. Quatrièmement, la France et l'Amérique n'ont absolument rien de positif à obtenir d'une agression militaire sur le territoire syrien. Les djihadistes seuls en sortiront renforcés pour continuer le chaos global qu'ils sèment à tous vents grâce aux milliards des pétromonarchies. Personne ne doit oublier que la terre du Cham représente, dans la symbolique des intégristes islamiste, le territoire de la fin du monde et le lieu du retour du messie. Comme leur symbolique apocalyptique ne vise qu'à la fin du monde au sens le plus stricte du terme, en conséquence tout ce qui peut nuire à la vie des êtres humains et à l'équilibre des mondes politiques et économiques satisfait parfaitement à la propagande et à la propagation du prosélytisme djihadiste.

Non, vraiment, la France et l'Amérique doivent concentrer leurs énergies et leurs missiles exclusivement diplomatiques sur Genève 2 tout en oubliant de façon définitive le mirage d'une intervention occidentale en Syrie. La frappe sera alors bien plus lourde et bien mieux réussie. Cela tout au bénéfice des peuples de la planète Terre. Voilà la vraie intervention humanitaire à laquelle Mr François Hollande et Mr Barack Hussein Obama doivent s'attacher et s'astreindre avec le cœur et les tripes.

On attend donc avec impatience, cette fois, un Genève 2 pour la Paix.

 

Les commentaires sont fermés.