03/09/2013

Tous vers le pire avec Bachar al Assad

Tout le monde joue tactique et idéologie. Tout le monde défend un point de vue personnel non pas en fonction d'un pays en voie de disparition humaine par la faute d'un dictateur n'ayant jamais voulu négocier le moindre des accords avec son opposition pacifiste au départ et qui fut forcée à s'armer du moment qu'elle tombait sous les balles et les bombes de leur président n'ayant aucune confiance et surtout aucune considération envers ces rebelles déterminés à changer tout ou partie de la politique de Damas.

Puis vinrent avec le temps du chaos les fameux djihadistes. Les djihadistes effrayent. Mais ils ne sont pas venus de nulle part. Ils sont venus à travers les failles ouvertes à l'intérieur des frontières syriennes. Ils sont payés et armés par des monarchies islamistes totalitaires qui ont pignon sur rue à Paris, New-York ou Londres et qui sont soutenues par les Etats-Unis d'Amérique. Ces mêmes islamistes sunnites s'opposent à un dictateur soutenu par une théocratie iranienne chiite, une Russie autocratique et une Chine dirigée fermement par une caste issue du régime communiste. Au final, que viennent faire la démocratie et la Charte des Droits de l'Homme au milieu de cette danse macabre entretenue par les plus grands milliardaires du globe ?

Vont-ils tous finir par se foutre sur la gueule et continuer à se foutre de notre gueule, nous les simples observateurs qui allons bientôt, si tout continue ainsi, leurs servir à notre tour de chair à canon ? N'avons-nous pas un autre discours à tenir que de savoir si le danger des islamistes est plus grand que le danger représenté par un dictateur tel qu'Assad ? N'avons-nous pas plutôt à défendre la population syrienne contre tous les massacres de masse qu'elle subit et les exils forcés pour des millions de personnes? Quitte à devoir passer impérativement par l'élimination de son criminel responsable numéro 1 du désastre, Bachar al Assad, pour enrayer la machine infernale ?

Personne n'a osé éliminer Hitler dans les années trente. Tellement de gens étaient en admiration devant sa fureur de détruire et d'atomiser la planète entière pour sa gloire. Certes. Assad ne peut pas directement s'attaquer sérieusement au monde. Il n'est heureusement pas chancelier allemand à la tête d'une puissance économique très forte. Mais il sait tellement semer la discorde parmi ses ennemis et trouver des alliés fidèles qu'il en devient aussi dangereux qu'Hitler concernant les risques de déclenchement d'une guerre mondiale.

Celles et ceux qui lui trouvent encore des côtés bénéfiques à côté de ce que seraient des djihadistes prenant le pouvoir à Damas ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre que la majorité des islamistes terroristes faisant la guerre en Syrie sont des étrangers qui n'ont rien à voir avec le peuple syrien. Ils n'auront aucune force politique durable sur la terre du Cham. Assad au pouvoir ou Assad éjecté du pouvoir, l'épouvantail djihadiste ne peut pas dominer la Syrie.

Alors ne vaut-il pas la peine de prendre la défense du peuple syrien qui n'en peut plus de cette guerre et arrêter de parler d'idéologie, d'un zèle de prudence, et de stratégie devenue hors de propos et indécente ? Quand le pire arrive, notre devoir d'humanité ne serait-il pas de nous dire qu'il vaut nettement mieux un dictateur envoyé dans l'au-delà que tout un peuple et une planète entière mise à feu et à sang  à cause du goût du pouvoir absolu voulu par un tyran?

Assad tombe. Et après ? Après, il y a des femmes et des hommes chargés de se reconstruire et de reconstruire tout un pays. A défaut d'une intervention militaire occidentale limitée qui risque d'apporter davantage de dangers, de zizanie, et d'embrouilles, il semble qu'un monde sans Bachar al Assad ne pourrait pas être pire que celui qui nous attend avec lui encore à la tête du monde actuel.


Assad a eu de nombreuses possibilités offertes de changer ou de quitter son pouvoir avec les honneurs malgré sa terrible tyrannie. Il a toujours préféré jouer le tireur de ficelles des marionnettes globalisées. Le monde à ses pieds. C'est le moment de le sortir par les pieds de son théâtre bouffon criminel. Hélas ce n'est qu'ainsi que le monde pourra lui faire rendre raison.

 

 

 

Commentaires

Vous écrivez bien et argumentez et argumentez de manière convaincante. Mais ... ce que vous dites pour ce dictateur-là vaut pour un grand nombre d'autres. Il se trouve que les pires individus au monde, une fois au pouvoir, sont généralement à l'abri de toute punition, tandis que leurs peuples en paient le prix.
Il n'y a pas d'entente parmi les grandes puissances sur des règles morales qui permettraient de mettre fin au règne des dictateurs ignobles qui polluent l'espèce humaine. D'ailleurs, la plupart de leurs dirigeants seraient eux-même menacés selon les critères que présideraient à ce genre d'action.

Écrit par : Mère-Grand | 03/09/2013

Bonjour Mère-Grand. Vous avez sans doute raison. Mais au moins si une partie de nos populations qui vivent en démocratie pouvaient comprendre le danger immense que ces personnages-là représentent pour le futur de nos démocraties et de nos libertés... Taper sur l'Occident, on peut, on le doit, quand cela est nécessaire. Mais il faut aussi un minimum soutenir nos démocraties quand elles se mettent en danger pour les droits humains et les valeurs démocratiques. Sinon, nos valeurs de liberté, de prospérité, et de paix serons broyées par l'Histoire... Bonne journée à vous.

Écrit par : pachakmac | 03/09/2013

Bonjour pachakmac
Ne vous en faites pas. Je suis un ardent défenseur des démocraties occidentales et souvent même des Etats-Unis. C'est même cette ardeur peut-être qui me rend d'autant plus exigeant.
En outre je ne crains pas les contradictions apparentes (car pour moi elles n'en sont pas): ainsi, tout en étant athée, j'attends plus d'un croyant qui se réfère à un dieu parfait que d'un incroyant qui porte lui-même entièrement la responsabilité de sa conduite. Ou bien, autrement dit, j'attends d'un croyant qu'il soit en tout cas aussi honnête et humain qu'un non croyant d'exception.

Écrit par : Mère-Grand | 03/09/2013

Les commentaires sont fermés.