03/09/2013

Toutes les facettes sadiques d'Assad

Comment confondre le plus criminel et le plus finaux des dictateurs ? Simplement en le confrontant à ses interventions et à ses comportements au cours de son exercice du pouvoir.

Beaucoup imaginent Assad comme quelqu'un de raisonnable et que l'on peut raisonner avec bon sens pour autant que nous soyons à sa hauteur intellectuel dans le discours ; qu'il est par ailleurs animé d'un profond désir de paix pour son peuple et qu'il vit la tragédie syrienne comme sa propre tragédie et son incapacité personnelle à faire la paix malgré toute sa bonne volonté. Jusqu'à un certain point, nous pouvons tous nous laisser tenter et nous laisser attraper à son jeu de dupe. Après tout, la plupart des politiciens savent bien mentir et bien manipuler leur monde sans que cela passe aux yeux du monde pour quelque chose de répréhensible.

Mais Assad dépasse largement le simple jeu permis par les traités internationaux et les alliances de circonstance. Assad outre-passe toute morale minimale dans ses relations aux autres. Assad joue avec la criminalité comme un sadique raffiné, condamnable à la prison à vie, jouerait avec ses victimes suppliciées. Assad est un grand criminel qui n'a pas peur de se lier à toutes sortes de personnages louches et assassins pour autant qu'ils puissent utiliser ces personnes à son propre avantage. Ils utilisent aussi des intellectuels français ou américains ou juifs ou autres encore de la même des façons. En France, il y a le fameux Réseau Voltaire et Thierry Meyssan ou encore un autre blogueur qui fait feu de tout bois sur les démocraties et apprécient le pouvoir des grands dictateurs, Allain Jules, qui kärchérise et déjante les représentants élus de nos démocraties pour mieux leur donner le vilain rôle d'envahisseur du monde voulant la fin des gentils tyrans.

Certes, le monde n'est ni tout noir ni tout blanc. Nos dirigeants, ceux de l'Amérique en premier, ont prouvé plus d'une fois qu'ils n'étaient pas les dignes représentants de la liberté et de la démocratie en certaines circonstances. Tout de même. Avons-nous eu dans l'histoire de nos démocraties un président français ou américain ou belge, ou italien, décidé à abattre tout son peuple s'il le faut sur le simple argument qu'il veut tenir son rang et sa place au pouvoir suprême ? Berlusconi, pour ne citer que le plus magouilleur à mes yeux, n'arrive pas à l'orteil d'un dictateur comme Assad dans ses manipulations, crimes, et mensonges.

Je vous donne un lien sur un article de Courrier International qui pourrait remettre les pendules à l'heure concernant la dangerosité absolue d'un personnage tel que Bachar el Assad. Ce n'est pas Ben Laden, c'est Ben Laden puissance mille. Et sa date de naissance, un 11 septembre, porte dans son cas la symbolique d'une fin de l'humanité possible à son sommet dramatique.

Celui qui se fie à Assad se fie sans doute au Diable...

http://www.courrierinternational.com/article/2013/09/03/assad-l-ami-des-islamistes?page=all

 

Commentaires

Qui veut du bien éprouve pour l'autre sa liberté. D'instinct.
Ce qui veut dire que pour aimer la vie je me dois d'accepter que les autres m'acceptent dans la justesse de mon territoire: ce qui me fait me sentir vraie dans l'essence de soi. Le Bien et le Mal.
Se respecter demande de se situer entre ce bien et ce mal malgré soi car c'est la place qui appartient à tout le monde. La place qui permet l'harmonie ou la modération au beau milieu de tous.
Raccourcis : qui ordonne à s'inclure dans l'autre pour obtenir les commandes au-delà de soi se protège de lui-même pour ne pas se confronter à ses propres démons.
Autrement dis il est victime des fautes qu'il fait appartenir aux autres.
A prendre et à en laisser.
Bisou pachakmac.
L'amour ordonne bien à condition de ne pas oublier l'autre:)

Écrit par : Cristal Gagnante | 03/09/2013

Pachakmac,! ce conflit fait des heureux malgré tout,le savon d'Alep bien connu pour les maladies de la peau et les Pins d'Alep auberge réputée à Canne sans oublier le surplus d'énervés face à ce conflit dont personne ne sait exactement la teneur et qui sont actuellement entrain de faire déborder la Clinique du Noirmont après avoir fait grimper l'audimat de la presse numérique,le jeu en vaut-il vraiment la chandelle surtout quand on est parent?
bien à vous et bonne soirée

Écrit par : lovsmeralda | 03/09/2013

Tiens le privilège d'être parent est un puissant moyen de se réfugier dans les couches de ses enfants:))) Être parent est un autre monde bien assez différent comme ça mais au point d'en faire un grand écart avec le célibat, c'est encore faire triompher la vanité et créer des différences inutiles sauf pour celui ou celle qui lui serre la main. Le ou la célibataire a aussi toute sa tête comme famille et même plus selon ses compensations alors je ne vois pas pourquoi il ou elle devrait plus s'engager qu'un parent.

Bisou lovsmeralda.

Mon culot vous aime bien.

"Fallait pas commencer, m'attirer, me toucher..."
Céline Dion... Merci. Bonne méthode pour me faire chanter ;)

Et bonne soirée à vous grâce à pachakmac.

Écrit par : Cristal Gagnante | 03/09/2013

Pacha K Mac
Les prismes de lecture sont différents selon avec qui l'on parle. J'ai envie de dire deux choses à propos de votre billet.

Je connais les sites que vous citez comme étant critiques de nos "gentils élus démocratiquement" mais ce n'est pas leurs contenus qui ont orienté mon point de vue sur la situation en Syrie. Mais des Syriens qui ont une partie familiale ici en Suisse et l'autre restée en Syrie !
Ils ont été offusqué dès le départ du traitement médiatique qui transparaissait ici . J'ai par contre trouvé dans des sites des informations qui corroboraient leurs dire. Je tiens à dire que ce ne sont pas des gens proche du régime et que je les connais depuis longtemps.
Le point clé est de savoir à partir de quand des forces extérieurs ont agit dans la violence. D'après mes connaissances ... Dès le début.
De plus on voit bien dans le reportage pourtant à charge de Sofia Amara, des manifestants pleinement détendus côtoyer des policiers tout autant détendu.
Des images dont la bande son est complètement truquée en défaveur du régime.

Est-ce une manœuvre diabolique de Bachar ? Personne ne peut le certifier, mais la question mérite d'être posée.

Par contre le contenu du lien du courrier international ne me fait ni chaud ni froid, et cela n'éclaire rien d'un jour nouveau ni ne confirme un talent particulier qui le singulariserait d'autre gouvernement. Car si l'on observe les services secrets de chaque pays, on en trouverait des bien pire.

Écrit par : aoki | 04/09/2013

Les commentaires sont fermés.