31/05/2014

Chiens dénichant leur collier

Gilbert Cesbron, l'enfance maltraitée, un monde d'adultes refusant la détresse des enfants et les conséquences tragiques : la petite et grande délinquance. Plus loin et plus tard, celles et ceux qui les stigmatisent : Bande de vauriens, sales étrangers, retourner chez vous bande de racailles et de terroristes. Et dans l'autre camp, idem : putain d'ta race, sales petits blancs, on va vous faire la peau.

La montée des fascismes, le rejet de tout ce qui n'est pas « nous », la volonté de purifier la société par l'instrumentalisation et la déshumanisation de l'autre, l'étranger, le différent, de lui rendre, à cette société unique, une âme libellée d'origine, la nostalgie du passé soi-disant tellement mieux et plus tranquille, plus vertueuse et plus proche de Dieu, cette grandeur de la nation débarrassée de la chienlit. Nous avons besoin d'ordre. Mais l'ordre étouffe, enferme, paralyse la société et elle finit par créer des dogmatismes effrayant et un fascisme définitif. La preuve quotidienne par la charia et la nostalgie du Prophète revenues d'un autre temps si éloigné du notre pour hanter des gens obtus, sans pitié, prêt à tuer tout ce qui n'est pas eux et tout ce qui semble faire obstacle à la Loi de leur Dieu.

L'ordre sans le bordel c'est le cimetière pour tous, la burqa sociale, et la hiérarchie bétonnée par des grands prêtres sachant tout et ayant autorité sur tout grâce à un saint livre censé détenir la vérité sur tout. Mein Kampf pour les uns. Un Coran statique pris au mot et à la lettre pour les autres. Des fascismes qui s'élèvent de partout et des guerres fratricides au final.

Il est facile de reconnaître un chien sans collier. Mais un chien sans collier qui retrouve un collier est un délinquant qui a trouvé son chemin dans la société. A tout moment, la maltraitance réservée à des individus, le chômage, l'exclusion sociale, la non-reconnaissance des personnes créent des chiens sans collier jeunes et moins jeunes.

Celles et ceux qui prennent la peine de comprendre l'importance du collier de chien en ces temps troublés pour lutter contre tous les fascismes comprendront aussi l'acte de porter un collier de chien pour lutter à la fois contre tous les fascismes et la délinquance qui progresse.

 

Je vous laisse pour la journée avec le livre et le film « Chiens Perdus Sans Collier »

 

30/05/2014

Colliers de chiens pour antifascistes vaccinés contre la rage

Je ne sais pas si Jean-Luc Godard serait content ou irrité. Je ne sais pas non plus ce qu'il penserait de voir des jeunes et des moins jeunes se parer d'un collier en strass afin de célébrer le héros de son film : Roxy Miéville, le chien qui communie dans l'Amour fraternel et qui dit presque fuck à tous les plans com, y compris ceux du Festival de Cannes.

Pourtant, je trouve que l'idée est fabuleuse et elle rappelle Mai 68. Je vois cette mode punk qui pourrait naître pour cet été durant tous les Festivals de musique. Se parer d'un collier de chien pour dire non aux maîtres du fascisme tout en disant oui aux chiens et aux chiennes qui se reconnaissent et se reniflent.

C'est dit. Je m'offre un collier pour chien Crystal Princesse Swarovski couleur noire en cuir d'agneau et je me promènerai cet été du côté de Montreux tel Roxy Miéville et sa Palme du Jury de Cannes qui est un collier en strass! C'est Funky Claude, et peut-être même Jean-Luc Godard de retrouver son public sur les quais, qui devraient être contents d'une chienne de révolution. Et si vous m'y retrouvez facilement, c'est que hélas la mode n'aura pas prise. Mais si elle prend, alors je serai quasi invisible parmi la foule de chiens et de chiennes qui auront adopté le Canidae Code.

Alors Médias de toute presse, faites passer le Canidae Code si le jeu et les enjeux de nos réalités humaines vous passionnent et vous inquiètent dans le même temps artistique.

Et pourquoi pas créer soi-même un T-shirt original et personnalisé avec l'inscription :

 

Adieu au langage.

Fascisme,

No Pasarán!


A votre imagination et rendez-vous sur les quais, à Montreux et même ailleurs.

 

 

 

Mad Max à Donetsk...et ailleurs dans le monde

Les nations ont-elles encore un sens ? Les humains sont-ils encore capables de vivre ensemble ?

De moins en moins si l'on prend la température des nations et les déclarations des uns et des autres. La fièvre nationaliste, xénophobe, ou religieuse grimpe un peu partout. De moins en moins de de gens sont sensibles aux alertes des forces humanistes tentant de donner sens à la paix et à la démocratie à travers l'union des peuples et le multiculturalisme.

Chacun pour soi, chacun pour sa partie de nation, son ethnie, ou son groupe ; chacun pour sa croyance religieuse, chacun pour son fric, chacun pour sa barbarie. L'anarchie s'installe. Les êtres humains n'ont plus de grandeur d'âme ni d'idéaux à hauteur de la liberté des peuples. Obsédés par leurs propres intérêts, ils ont oublié de se battre démocratiquement pour l'intérêt collectif de tous et la paix dans le monde. Les nations se meurent à petit feu par égoïsme et prises d'intérêts. On mettra la faute sur la mondialisation. Mais la mondialisation a bon dos. Les souverainistes cassent le puzzle un peu partout. Les régions veulent leur indépendance quitte à prendre les armes. Des groupes armés s'autoproclament défenseurs de la « liberté ». Les opportunistes de tous bords se saisissent de l'occasion pour piller et tuer en prenant des territoires. C'est Mad Max ou Game of Thrones. Il ne vous reste plus qu'à choisir votre série et votre cinéma du réel...ou vous retirer du monde puisque ce que vous pensez semble une erreur due à vos rêveries solitaires au mieux, un crime dont vous aurez à répondre, au pire, devant un groupe de fascistes qui vous fusillera pour tentative de corruption de l'Ordre Pur des Chevaliers de la Marine ou tout autre ordre qui revendiquera son territoire et son armée, sa pureté de sang et religieuse, son pouvoir reçu de Dieu ou de Satan suivant votre propre vision que vous retenez du fascisme des foules, des religions, et des individus...

http://www.24heures.ch/monde/insecurite-debut-anarchie-do...

 

28/05/2014

Marine tranche dans le lard en se mettant Martel en tête

Marine et le journalisme. Grosse bite de jalousie chez la fille Le Pen envers l'univers médiatique et par l'entremise de son marteau piqueur de propagande et ficheur de première, qui s'abat sur l'enplume des journalistes.

Pour punir les courtisans médiatique qui la délaissent et la maltraitent un peu trop à son goût, ahhh le sado-maso raffiné de BFM TVu sa science-po de chambre, la courtisane Le Pen hisse bien haut le drapeau de sa Marine en marchant, conquérante, telle la femelle paon, sur le monde de la presse. « On va vous rentrer dans le lard » devient alors la métaphore de « On va tous vous baiser, bande de connards institutionnels ».

Marine veut clairement la peau des journalistes actuels et d'autres journalistes, des vrais pur-sangs, des collabos du Front National, qui écriront sagement sa loi Marine et la mythologie du Front National. Californana Über Alles.

Le Front National n'aime pas les petits pois tous identiques soumis au système et aux énarques. Il va donc les remplacer prochainement par de gros boulets de feu sortant des canons de sa Marine pour dévaster la démocratie et réduire en cendres l'Europe.

Vaste, très vaste programme. ça va faire Mâle, très Mâle. Est-ce que Marine Le Pen est une travelo qui s'ignore? Vite une fiche sur son passé, son sexe lors de sa naissance peut-être?... Sait-on jamais.

http://rue89.nouvelobs.com/2014/05/28/pen-melenchon-press...

26/05/2014

Le ballon rond, cette immense star de notre temps

Ne me dites pas que le football ne fait pas réfléchir les peuples. Il est au centre même de nos cogitations. Ne me dites pas que la Coupe du Monde n'aura pas lieu. Au Brésil, ce serait comme avouer que Dieu est mort et que le Christ Sauveur tombe de sa croix au-dessus de Copacabana.

Deux images bouleversantes de ballon qui s'entrechoquent ces jours-ci. La première, dans le film « Timbuktu » qui vient d'être présenté au Festival de Cannes. Une scène met en présence de jeunes enfants qui jouent au foot avec un ballon fictif puisque les islamistes ont interdit la pratique du football pour cause de religion... La deuxième scène, c'est un tag au Brésil qui a fait le buzz où un enfant noir qui meurt de faim se retrouve avec un ballon dans l'assiette sensé représenté la compétition mondiale qu'on lui flanque sous le nez alors qu'il n'a pas de quoi se nourrir et se vêtir...

Ces deux scènes résument à elles-seules toute la nécessité du ballon rond dans la vie de tout enfant connecté à notre modernité. Sans ballon, c'est la prison et le carcan social sous l'égide de tortionnaires. Avec ballon, c'est la folie des grandeurs et le gigantisme de la Coupe des Mondes, ses corruptions, ses extravagances financières, ses stars rendues multimillionnaires par de l'argent à l'origine pas toujours propres ni acquis avec une certaine noblesse démocratique de cœur. Les milliardaires qui investissent dans le foot sont rarement les meilleurs employeurs et les patrons les plus humanistes que notre modernité connaisse...

Pourquoi le ballon rond a-t-il acquis tant d'importance dans notre Civilisation ? Nous pouvons imaginer que symboliquement il représente l'univers et ses planètes, la Terre, le ventre de la femme fécondée qui va bientôt accoucher. Il représente aussi la diversité du monde, ses couleurs, ses nations, et son insaisissabilité durable. Dans le ballon, tout est mouvement et évolution. Dans le ballon, rien ne demeure statique. Tout bouge constamment. Et pour le conquérir et marquer un but, il faut de la persévérance, de la créativité, de l'audace, de la performance. Dans le ballon, il y a aussi le facteur Paix et une décision universelle capitale prise par l'Humanité toute entière :

Celle de dire Oui à la guerre... mais seulement pour de faux. Avec un ballon sur le terrain de jeu et plus jamais d'avions ni de chars militaires pour nous entre-tuer, ni de morts et d'ennemis à faire disparaître. Juste des hommes qui s'affrontent pour leur propre gloire et celles de leur pays. Juste des sensations esthétiques et des publics en liesse. Juste ces moments de grâce qui font qu'un ballon prend une direction improbable et s'encastre dans la lucarne d'une cage défendue par un glorieux gardien du temple.

C'est ça le football. Et c'est pourquoi on l'attend aussi dans les favelas, que les enfants du monde trouvent prétexte à jouer dans les ruelles les plus démunies de tout en espérant que demain sera plus beau pour eux.

La Coupe du Monde aura lieu. Et le ballon remettra à lui seul et à sa place l'ordre injuste actuel du monde, soit en donnant la parole aux pauvres et aux gens oubliés des favelas. Car tout est prétexte dans le ballon. Y compris la politique et les mauvaises directions prises par des gens qui se croient au-dessus des peuples, au-dessus du football des peuples du monde. Y compris pour faire bouger les politiques malades de leur corruption et de leur avidité.

Pompeia, comme un goût de cendres dans la bouche, comme un volcan humain qui se révolte contre les injustices des trop riches, des trop cyniques, des trop inhumains qui ont fait de leurs vies des mauvais traitements infligés à autrui pour se donner l'allure d'êtres tout-puissants et craints du peuple. Les peuples libres et fières ne craignent ni les religieux ultras, ni les autocrates anti-démocrates, ni la pègre, ni la mafia. Ils joueront toujours plus leur football pour que le monde vive en paix et en démocratie.

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-321323-un-enfant...