09/09/2014

Trierweiler partout...jusqu'à l'oignon

A pleurer. Comme effet d'appel, certains libraires ont fait le maximum. Et, s'il vous plaît, en présence des plus grands noms de la littérature. En fait, ils ne pouvaient pas donner plus de pub à Valérie. Et puis, en affirmant que « ceci n'est pas une censure », ils ont même fait du Magritte en effeuillant les bonnes pages de ce « Franiois FUCKING HOLLANDE » si prompt à mettre ses doigts là où il ne faut pas. Ceci était bien la censure d'un fake pour un livre qui n'avait pas écrit cela. Si même les libraires ne savent plus lire du bon Trierweiler...

Quoi que je trouve franchement le côté trash punk de ce « FUCKING HOLLANDE » excellent dans la bouche de la première courtisane de François. Tout simplement parfaitement adapté à ce qu'elle a vécu en vrai à notre époque. Quoi de mieux qu'un peu de bonne grosse vulgarité commerciale pour faire mousser les vamps et leur dresser un piédestal. Quand on cocufie à tire-larigot, on sait parfaitement à quoi on s'expose face à notre partenaire de vie et de confiance. Non !? Franchement, ne se sent-on pas un gros espèce d'e... quand on prétend que toutes ces rumeurs ce ne sont que des fariboles?

Alors je félicite Alexandre Hervaud qui fait un buzz avec son tweet sur le passage qui n'existe pas. Mais en fait, qu'est-ce qui intéresse vraiment les lecteurs et lectrices de nos jours ? La vraie vie ou la fiction ? La réalité-fiction ou la fiction-réalité ? Le roman d'amour ou les cris de haine et de guerre ?

http://www.slate.fr/story/91911/anus-hollande-trierweiler...

 

Les commentaires sont fermés.