31/10/2014

Madame Bach, de l'ombre, de l'ombre

On dit qu'à chaque grand homme correspond l'ombre d'une ou de plusieurs femmes. Mais parfois l'empreinte laissée sur l'oeuvre d'un artiste n'est pas seulement d'ordre inspiré par la femme. Il arrive que ces dames furent elles-mêmes les maîtresses créatrices des œuvres du maître...

Usurpation ? Jouer les nègres de son propre mari, voilà ce que fut peut-être aussi Madame Bach. Mais dans un couple, il arrive que la symbiose est telle que l'on ne sait plus qui du modèle ou du créateur œuvre le plus à la naissance d'une nouvelle pièce.

Les hommes ont souvent éteint voir séquestré la lumière de leur maîtresse, On connaît par exemple le drame vécu entre Auguste Rodin et Camille Claudel qui vira même au cauchemar par l'internement psychiatrique de Camille.

Certains hommes ressentent-ils le besoin de dominer leurs amoureuses ? Les hommes ont-il peur de se faire dépasser par le talent de leurs maîtresses ? Ces hommes sont-ils assez tyrans dans leur art pour cacher au monde le talent de leur femme et autres amantes ?

Et aujourd'hui serait-ce encore possible de faire disparaître le talent d'une artiste par son homme  griffant l'oeuvre de sa partenaire de vie ?

 

Les commentaires sont fermés.