07/11/2014

Nabilla et Thomas se sont trompés de vendredi

Non mais allô quoi ? Tu fêtes Halloween avec Thomas et tu te rates d'une semaine !

La bimbo et son bimbolo se sont disputés. Elle est tombée sur un petit couteau pas plus long qu'un petit zizi et qui ne pouvait bien sûr pas faire bien mal au moment de l'orgasme. Lui a dit à elle ;

« Vas-y ma chérie, plante-moi bien de ton pieu. J'adore quand on joue à se travestir le soir d'Halloween. »

Elle a répondu à lui :

« Ça fera un sacré buzz pour nous deux et notre avenir royal. On dira qu'on a été agressé par une bande de clown pic-niqueurs et que j'ai défendu ta vertu envers et contre tous tes fantasmes. Enfin non. Je me goure là. La mienne de vertu, pas la tienne, parce que sinon ça colle pas avec la déposition qu'on fera à la police qui fait que c'est toi la victime sensée défendre la vertu de sa petite amie, et que c'est moi, ta copine, qui ait secrètement ce genre de fantasmes indéfendables en amour. »

Ensuite, ça a vraiment dérapé du côté gore de la jalousie et de la haine entre couple bien attentionné.

«  Non. Mais t'es vraiment une bitch, ma chérie. T'es plus qu'une chienne en chaleur sous sa permanente qui a besoin de câlins à chaque lampadaire. Tu veux du shampoing supplémentaire ? Y'en a plein la douche si tu veux. Te gênes pas avec les désaxés du déodorant. Ils bombent le torse mais ils n'ont rien dans leur calebar. »

« Tiens ! Prends ça alors, pôvre macho ! On va voir si ton torse est si résistant que ça et que tu me mérites parce que je le vaux bien. »

Ensuite, elle l'a planté bien profond, à la guerre comme à la guerre, en plein thorax. Heureusement que ce n'était pas la sienne de poitrine. Elle aurait explosé et détruit entièrement l'Hôtel Sanguin, Thomas n'a pas bougé au moment de l'acte d'amour. Il la regardait faire les yeux fixés et rivés sur le visage jouisseur de Nabilla. Pour une fois, ses seins n'étaient pas le point d'attraction universelle pour Thomas. Hélas pour lui, Nabilla sait planter mieux encore qu'un garçon. Il s'est mis à saigner grave. Les choux à la crème des anges de la télé réalité ont alors paniqué. Dieu était insensible à leur scénario gore qui tournait mal. Pour sûr, ça giclait bien le sang et pas le sperme cette fois-là. Ensuite, Nabilla a téléphoné une première fois aux pompiers, toujours paniquée et encore une seconde fois encore plus paniquée. Sa crise de nerfs l'empêchait de penser à ça. Et elle a hurlé dans son I-Phone  dans l'oreille du pompier de service qui se serait bien fait sucer par elle, même s'il n'avait pas le droit d'y penser, lors de l'intervention ou les lèvres de Nabilla n'arrêtaient plus de trembler d'effroi. Qu'elle était délicieusement sensuelle dans ces moments-là. On aurait cru Béatrice Dalle dans « La Vengeance d'une femme ».

Mais le vrai cinéma n'a pas empêché la bimbo de les accueillir avec sa formule consacrée et célébrissime :

« Non, mais allô quoi, vous êtes pas de piquet le soir d'Halloween ! Vous jouez dans « Retour vers le futur »  avec vos couilles pendant que Thomas se vide de son sang et va mourir sous mes yeux ? Non, mais allô".

C'était le condensé le plus précis après "Danse avec les Stars" concernant ce fait divers qui tient en haleine toute la planète people. En prime time, on vous annonce que Nabilla et Thomas ne vont pas se quitter tout de suite mais s'aimer bien davantage au corps. On ouvre les paris et on met le champagne au frais.

DJ Dracula pour Hallo ! Win ! Production, vendredi 7 novembre 2014, 12.36H

P.S. Aux dernières prise de température, Nabilla et Thomas aurait déjà demandé une cellule commune à leur avocat respectif qui n'y voient pas d'inconvénient. Objet de l'accusation du procureur général de la République française : « Coups et blessures amoureuses volontaires, abus de confiance envers la justice et le peuple dans l'unique but de créer un énorme buzz à leur profit ».

N.B. On nous signale aussi qu'une firme pharmaceutique va donner prochainement le nom de "Vergara" à une pilule apparentée au Viagra, cela sous licence Benattia. Son image choque sera un petit couteau à la lame ensanglantée posé à côté d'un sexe mâle en érection bien plus grand que lui avec le slogan habituel: "Fête l'amour, pas la guerre".

 

 

 

Les commentaires sont fermés.