10/11/2014

Versions Nabilla

Version 1 : l'intervention des clown (la seule commune aux deux tourtereaux)

« Ils lui ont planté le couteau »

Le problème c'est que les caméras ne détectent aucun clown de passage sur leur chemin...

Version 2 : Thomas est un masochiste de première.

« Il s'est planté le couteau tout seul. »

Version 3 : Thomas est un homme qui peut se montrer violent

« Il voulait me planter le couteau. J'ai dû l'affronter. »

On attend les versions 4 et suivantes de l'ange de l'irréalité qui pourraient être :

version 4 : un jeu d'amour qui finit mal.

« Nous avons joué avec le couteau en faisant l'amour à saute-mouton. »

Version 5 : un terrain très glissant vers l'art sadique et le culte sadien.

« Thomas s'est pris pour le Marquis de Sade. Et moi, pauvre Justine j'voulais seulement garder ma vertu...pour cette nuit car il m'avait fait une crise de jalousie horrible. Il a voulu me violenter. J'ai du le planter. »

Version 6 : un couteau à la place du martinet.

« En fait, le couteau fait partie intégrante de nos séances particulières d'érotisme. Il ne devait pas se planter dans le torse de Thomas mais juste faire une entaille par laquelle j'aurais sucé son sang car j'aime beaucoup le vampirisme qui maintient ma jeunesse. Cela s'est très mal passé parce qu' hélas Thomas a joui puissamment juste au moment de l'entaille. »

A la septième version nabillesque, Dieu se leva du Tribunal et, de sa grosse voix, demanda aux deux tourtereaux de dire toute la vérité, rien que la vérité, afin que les anges de la télé-irréalité puissent gagner l'Île au Trésor de son paradis ou alors, en cas de mensonge, finir aux enfers de Satan.

A cette menaçante perspective, les deux anges, qui ne voulaient pas voir leurs ailes calcinées, avouèrent enfin la seule vérité. Ils étaient accrocs aux couteaux et coupables tous les deux de jouer avec le feu des armes blanches dans le but de faire mousser un max leur libido. Dieu leur dit alors de se calmer et de choisir des jouets convenables pour leur âge mental pas loin de l'état de débilité amoureuse, ceci dans l'espoir d'améliorer sainement leurs exquises parties de plaisir.

Penauds, les deux enfants ne dirent mot mais consentir alors aux ordres de Dieu avant de repartir ensemble libre de tout emprisonnement.

C'est le scénario le plus optimiste pour Nabilla et le moins pénible à vivre pour Thomas. On attend de voir si Dieu a de l'influence sur ce monde de la télé-irréalité.

Commentaires

Une seule réponse:

"Allo, non mais... allo, quoi?"

Écrit par : Keren Dispa | 10/11/2014

:) Pas sûre qu'elle ait assez d'imagination pour aller aussi loin que vous Pacha.

Écrit par : Jmemêledetout | 10/11/2014

Elle est mieux en prison, selon sa propre grand-maman.
Plus en sécurité qu'avec Thomas.

http://www.20min.ch/ro/entertainment/people/story/-J-ai-vu-des-scenes-insoutenables--16837984

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 11/11/2014

La France se meurt sous Hollande, mais #nabilla ; #debilla ; fait la une des tabloïds.

Non, mais allo quoi ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 11/11/2014

Les commentaires sont fermés.