11/11/2014

Gueule de comète

Du fond de ma cellule de Versailles, j'y songe. J'étais la reine des plateaux télévisés, la sainte greluche de l'Europe francophone, mieux que Zahia même, j'avais su faire de ma présence médiatique une chose indispensable et incontournable. Un simple « Allô Quoi ? », quelque chose de plus cultissime encore que le « What Else » du beau George Clooney, avait fait de moi l'étoile très filante des pipoles. En plus, ce n'était pas une agence de pub qui me l'avait fourgué dans la bouche, ce « Allô Quoi ? ». Cela venait de ma propre personnalité de gamine aguicheuse tapant sur les nerfs des intellos n'arrivant pas à ma cheville dans leur quête du succès. Na ! Une splendide pétasse au pouvoir d'attraction irrésistible et tous les grands intelligents que comptent les universités et autres écoles supérieures du monde qui se prenaient la tasse devant ma petite sortie pourtant banalisée des millions de fois chaque jour que Dieu fait par ses I-Phone. Quelle jouissance ! Je faisais de rien du tout un culte mondialisé sur ma personne.

Et puis voilà quelque chose de très sérieux et de très cultivé. Demain, Rosetta devrait s'accoupler à Youri, sauf catastrophe, grâce à des tonnes d'intelligence humaine réunis dans cet instant de pure jouissance spatio-temporelle. Elle devrait même planter bien profond ses crocs dans le corps minéral pour que ce Don Juan de Youri ne lui fasse pas le coup de la culbute stratosphérique et de la sex party sans lendemain qui déchante pour eux deux.

Je réfléchis profondément et je me questionne. C'est drôle que le féminin et le masculin se trouvent ainsi inversés dans cette union céleste. Comme un travestissement des scientifiques. Rosetta, c'est la pierre de Rosette qui devrait déchiffrer les entrailles de Youri, l'intelligence suprême qui domine et soumet sa victime à son autorité toute puissante, Dieu, quoi, Cet Être Suprême qui fut à l'Origine du monde. Et pourtant, c'est bien Youri qui est sensé être l'étoile filante, soit la gourde, la bécasse de service, et Rosetta qui est le mâle dominant suprême, l'alpha et l'omega du genre humain, qui doit tout savoir et tout connaître sur le monde en général et la femme en particulier pour la mettre sous sa coupe afin qu'elle ne fasse pas de bêtise d'interprétation cérébrale, genre le féminisme doit vaincre le machisme. C'est écrit dans la marche de l'Humanité.

Moi, j'aurais plutôt vu que l'on donne le nom de Rosetta à Youri et inversement. Je sais que, selon les scientos, elle pue grave l'oeuf pourri et l'ail, elle dégage de ses vents à décorner tous les mecs qui voudraient la séduire, sans compter son physique incroyablement monstrueux. On dirait d'un côté une tête de très vieux sage à la bouche béante. Et de l'autre, son cul qui se lève d'une indécence et d'une vulgarité franchement obscène. On n'est pas dans un porno, ça se saurait quand même! Mais si on l'observe bien du côté du cul d'une façon non obscène (c'est plutôt les filles qui arrivent à ce genre de performance), on dirait alors une sorte d'animal très félin à écailles de dragon qui déploie une majesté sans pareille et qui provoque le respect absolu par son petit chat. C'est évidemment de la science-fiction à échelle humaine. Les mecs sont généralement trop nazes et trop occupés à planter leur queue pour comprendre que le cul d'une fille, ça pense et ça crache du feu tel un dragonne éternelle.

Ce n'est donc qu'un tas de cailloux et de poussière perdu dans l'espace sidéral. Mais vu du ciel, quelle chose extraordinaire que Youri. Une comète qui illumine nos yeux, c'est bien l'annonce par la Bible que Dieu existe et qu'Il brille de tous ses feux. Non ? La Star la plus universelle et la plus puissante qu'aucun homme ne puisse imiter. Je comprends que Rosetta s'intéresse autant à Youri, et inversement.

Résumons, Rosetta n'est pas Youri. Et moi, la petite Nabilla embastillée dans l'injustice la plus flagrante, je ne suis pas Thomas. Mais tous les deux, c'est kiff la même chose que la relation périlleuse entre Rosetta et Youri. Si ça réussit malgré ce qui s'est passé entre nous, il y aura des tas de spécialistes qui parleront de nous et de notre relation amoureuse très spéciale qui nous ramène aux origines de l'amour et de la haine. Si cela rate et que le fiasco est consumé entre lui et moi, on dira que je suis une simple criminelle sans cervelle qui n'a que ce qu'elle mérite et qui retournera à jamais à l'anonymat. Je risque donc très gros. Soit des années de prison. Soit un retour en grâce qui tient du miracle céleste.

Mais je ne veux pas de cela. Ou plutôt pas seulement. Je veux encore autre chose. Demain, je regarderai, grâce à ma cervelle pas si conne que ça, Rosetta se poser sur Youri en lui plantant ses crocs de Belle du Seigneur. Je penserai alors très fort à cette réplique tellement connue dans « Hôtel du Nord » de Marcel Carné et j'en ferai un travestissement tout en priant mon Dieu de me dire si je dois encore aimer Thomas ou le quitter afin que l'on retrouve notre équilibre mutuel et notre santé mentale fragilisée par nos démons. J'image bien Thomas et moi dans cette scène fameuse que je rejouerai pour mon public avec lui afin de faire un nouveau buzz international. Parce que, au final, Thomas et Nabilla le valent bien.

Thomas, au crachoir de la prison de Versailles :

« Allô ! Allô ! Nabilla. J’ai besoin de changer de comète, et moi la comète c’est toi »

Nabilla:

 "Non. Mais allô quoi! C’est la première fois que l’on me traite de comète, si j’suis une comète toi t’es un drôle de bled. Oh! là là, des types qui sont des milieux et qui collent à cause de ce qu’ils ont été, on devrait les vider de leur sang. »

(Elle rend à Thomas, par un mime pratiqué dans sa cellule de 11 mètres carrés, son bidon d’asticots remasterisés et mastiqués pour son émission de télé-réalité qui va à la pêche aux gogos et s’en va d’un pas précipité dans la direction opposée pour se cogner durement contre un des murs de la prison. Et alors, sans rire, elle pose la question cultissime de ce XXIème siècles adressée à tous les enfants du paradis médiatique qui sont à son écoute et aux anges sur radio-pachakmac):

« Gueule de comète? Gueule de comète? Est-ce que j’ai une gueule de comète? »

http://blog.fnac.ch/culture/la-replique-culte-atmosphere-atmosphere-est-ce-que-jai-une-gueule-datmosphere/

 
P.S. Philae est allumé. Tchouri, et non Youri Gaga auquel Nabilla a sans doute pensé en mémoire aux Russes, est prête à recevoir le petit module sexuel de Rosetta sur son corps. Espérons, qu'elle ne le rejettera pas... C'est demain. A suivre sur vos écrans télévisés.

A lire...peut-être...pour comprendre un peu le geste ou la provocation de Nabilla qui a entraîné le coup de couteau arrivé comme un OVNI dans le ciel du couple.

 

http://www.metronews.fr/people/affaire-nabilla-benattia-thomas-vergara-livia-la-grand-mere-de-nabilla-avait-peur-pour-elle/mnkk!veqVQYblMN96/

 



 

Les commentaires sont fermés.