17/11/2014

Grup Yorum, la révolution en musique

Un e-mail de Bahar Kimyongur me donne à connaître un groupe de musique turc très important dans l'espace culturel d'aujourd'hui. Il s'agit de Grup Yorum devenu très populaire en Turquie suite à la répression que les membres du groupe ont connu. Il n'y a pas que les journalistes qui risquent de connaître la prison dans ce pays pour des opinions dissidentes au pouvoir en place...

«(...) Créé en 1985 par des étudiants universitaires dans le but de réagir au coup d'État militaire de 1980, le groupe est influencé dès le début par les musiques de Ruhi Su, Mahzuni Şerif, Inti Illimani, Víctor Jara, Quilapayún et Mikis Theodorakis. On les nomme souvent «les Inti-Illimani turcs».

L'esprit révolutionnaire de Grup Yorum fait également référence à différentes figures politiques révolutionnaires turques des années 70, tels Deniz Gezmiş  –étudiant  parmi les plus brillants de sa génération qui finit pendu en 1972– ou İbrahim Kaypakkaya, autre figure révolutionnaire, connu pour ses ouvrages littéraires et mort le 18 mai 1973 dans la prison de Diyarbakır...

En peu de temps, Yorum est devenu un nom crucial pour l'opposition et la lutte pour les droits et les libertés en Turquie.

Dans la musique de Yorum toutes les composantes de la société turque sont représentées

 

D'Istanbul à Van et de Trabzon à Izmir, Turcs et Kurdes, croyants et athées, alévis et sunnites, jeunes et vieux, citadins et villageois, des millions de «fans» fredonnent leurs chansons de lutte pour un monde humain. En outre, une trentaine d'instruments de musique classiques et traditionnels, dont certains très peu connus –tels le mey (petit hautbois de l'est anatolien) ou le bağlama (luth à manche longue)–, offrent une mixité des plus harmonieuses.

Certaines chansons sont interprétées en kurde, d'autres en arabe..., tandis que quelques danseurs folkloriques rehaussent ses concerts d'une qualité musicale et vocale de très haut niveau.

La répression, Grup Yorum connaît
Depuis sa création en 1984, Yorum cumule plus de 400 procès, des dizaines de gardes à vue, la prison, la torture, les intimidations, la censure, la destruction par la police de ses instruments de musique et de ses locaux, la confiscation de ses enregistrements audio... C'est ça «la démocratie à la turque»...
 
Mais, au fil des années, cette répression a eu pour effet de consolider Yorum et d'accroître son public de manière fulgurante (…).

Bahar Kimyongur

 

Les commentaires sont fermés.