27/11/2014

Zemmour n'a ni le monopole de la vérité ni celui du discernement

Eric Zemmour a énormément lu durant sa vie, ce qui le place à un sommet de la connaissance littéraire des textes. Est-ce pour autant un bon visionnaire pour notre monde ?

Non. Mille fois non. Il ne propose rien. Il pose un constat. Et brûle notre époque, son matérialisme, son consumérisme, sa destruction de l'Etat au profit de multinationales vampirisant l'immense majorité du capital et des ressources humaines. Dans un premier temps, on peut se laisser avoir par son discours parce que son discours établit un constat définitif sur une époque en fin de cycle. Le capitalisme va mourir et entraîner des guerres civiles entre ethnies et religions en se divisant chaque jour davantage pour finir dans un massacre horrible. Oui, ce scénario est envisageable et Zemmour n'amène rien de neuf et de révolutionnaire sur notre époque éminemment dangereuse pour le destin de l'Humanité. Nombreux sont ceux qui sentent ces tensions et ces risques. Donc Zemmour ne dit rien de fabuleux qu'un autre puisse dire à la télévision.

Est-ce pour autant qu'il faut donner mille fois raison à Maître Zemmour qui se prend pour le lanceur d'alerte unique, celui qui posséderait l'alpha et l'oméga de la vérité sur notre monde ? Non. Mille fois non.

Sur l'islam, d'abord. Si une petite minorité de jeunes musulmans partent à la dérive à travers la séduction djihadiste exercée sur eux par des sites internet et quelques imams jouant de l'escroquerie religieuse, l'immense majorité des personnes qui sont, de naissance ou de conversion, musulmanes n'adhèrent pas au discours extrémisme et à ce retour nostalgique vers des temps reculés qui n'ont plus lieu d'être à notre époque. L'expérience tunisienne menée depuis la Révolution de Jasmin en est le plus éclatant exemple. Le monde arabo-musulman veut vivre dans la modernité et l'évolution des mœurs. Pas dans le rétro et le retour à des mœurs où la femme, par exemple, ne serait pas l'égale de l'homme. Zemmour tente de nous ficher un surcroît de trouille sans mettre en avant les évolutions positives, dont les bouillonnantes scènes culturelles algériennes, marocaines ou tunisiennes, pour ne citer que ces trois pays.

L'islam ne devient une menace de terreur globale que s'y on s'imagine que quelques terroristes posant une bombe représentent des millions de personnes paisibles qui n'ont jamais tué personne et qui ne le feront jamais. Est-ce que parce que des hommes violent des femmes que tous les hommes sont des violeurs ? Bien sûr que non. Donc, Zemmour est dans l'outrance. Comme il l'est quand il dénonce les dérives du mariage, de la sexualité, la destruction des familles qui seraient due à Mai 68. Rien de plus faux. La famille d'avant Mai 68 ne divorçait pratiquement pas. En effet. Mais à quel prix sur les relations familiales encloses ? A quelles violences intimes, à quelle haine réciproque entre mari et femme qui ne s'aimaient plus mais restaient ensemble à cause de la pression de la société et de l'Eglise qui considéraient le divorce comme un péché capital ? Si c'est pour créer une atmosphère délétère au sein de la famille, empêcher des femmes et des hommes d'aller respirer ailleurs un air plus sain, condamner des êtres à vivre ensemble pour le pire, le pire, et toujours le pire, alors quel sado-masochisme orchestré par l'Etat, l'Eglise...et Zemmour !

Enfin, ses attaques perpétrées contre le mariage pour tous ne rejoignent finalement que des idées préconçues sur ce que doit être la sexualité masculine et féminine. Un homme, une femme pour procréer. Donc un homme, une femme pour éduquer des enfants. C'est naturel. Mais quand la nature humaine change de sexe, alors tout devient réellement plus bizarre. Un jeune homme transsexuel qui devient femme, épouse un homme qui est resté un homme avec qui elle aura des enfants, d'une façon ou d'une autre, devant des gens qui n'ont jamais eu vent de la transformation féminine de « Monsieur » et qui trouve Madame super jolie et féminine, sauront-ils dire si elle et son mari sont de bons parents pour leur progéniture du simple fait qu'elle fait très femme et lui très homme ? Tout le discours d'arrière-garde des anti-mariage pour tous ne tient pas la route. Les enfants ont parfois deux pères ou deux mères dans la recompositions des familles. Dans la même famille, un enfant peut apprécier très fortement le nouveau compagnon de maman jusqu'à le considérer comme quelqu'un (deuxième père?) d'important dans la symbolique de sa famille. J'ai un exemple lumineux au sein de ma propre famille, mon fils qui s'est fait un magnifique tatouage sur le haut du bras avec les initiales de toute sa famille, sa mère, son père, ses sœurs, et...le compagnon actuel de sa maman. Comme quoi les enfants apprennent vite à multiplier et tisser de nouveaux liens familiaux pour palier à l'absence d'un des membres de la famille originelle.

En conclusion, je ne me faits pas autant de soucis qu' Eric Zemmour au sujet de la destruction des familles. Si les rites de passage et de deuil peuvent être très douloureux, pour les enfants en particulier, une bonne intelligence de contact au lieu d'une haine atroce et un combat livré entre un père et une mère qui se séparent peuvent aider énormément les enfants à se refaire un environnement équilibré au sein de la famille recomposée.

Ce billet pour répondre avec quelques arguments solides  à celles et ceux qui trouvent que Zemmour distille un discours intelligible et intelligent alors que ses détracteurs n'auraient rien à dire de plus que de simplement le démolir lui et ses idées.

 

Commentaires

Le problème avec l'Histoire, c'est qu'elle a tendance à se répéter.
"Est-ce pour autant un bon visionnaire pour notre monde ?"
D'emblée, pachakmac, je vous donne tort.
Le futur est bien prévisible.

Ce n'est pas "lovsmeralda" qui me contredira sur ce point.
Cherchez l'opinion d'un astrologue compétent.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 27/11/2014

"Il ne propose rien."

Exact, ils se propose uniquement de faire du fric.


"Il pose un constat."

Farci de mensonges éhontés.


"Et brûle notre époque, son matérialisme, son consumérisme, sa destruction de l'Etat au profit de multinationales vampirisant l'immense majorité du capital et des ressources humaines."

Pour le matérialisme, il ne s'est pas regardé dans un miroir. Pour son égocentrisme non plus.


"Le futur est bien prévisible."

Non.

Écrit par : Johann | 30/11/2014

Les commentaires sont fermés.