16/12/2014

Lindt Café : deux victimes qui soudent une communauté

Un cœur en chocolat. Et une mort en héros. Tel aura été le destin de deux citoyen et citoyenne australiens à la suite de la prise d'otages par un damné d'Allah.

Tori Johnson et Katrina Dawson ont exposé leur vie pour sauver d'autres vies des griffes d'un enragé religieux. Hommage à deux belles personnes qui n'ont écouté que leur courage et leur conscience.

  #Illridewithyou (« je voyagerai avec vous »)

Commentaires

Sydney est une ville magique. Vous vous y baladez en toute quiétude et vous êtes au milieu de 4 millions et demi d'habitants.

Il suffit aujourd'hui d'avoir donné l'asile à un fou (son CV le démontre) et tout cela est remis en question pendant 30h. d'angoisse.
A quel titre? Pourquoi doit-on accepter cela? En quel honneur ces réfugiés accueillis et soi-disant intégrés peuvent donner la mort pour leurs idées importées et savamment dissimulées?

Peut-on encore croire, en toute naïveté, que ces "intrusions" dans des communautés convergentes et solidaires puissent durer encore longtemps!

Sydney est à 22h. de vol, mais vraiment pas si loin de chez nous!

Écrit par : Corélande | 16/12/2014

Oui, Corélande. Peut-être ma naïveté me perdra...Mais j'y crois. Par la grâce de l'art, de la connaissance, de l'amour. Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année. Il y s un temps pour l'obscurantisme et un autre...pour la lumière, la bonté, la fraternité, et l'universalité du genre humain.

P.S. en effet, tout peut arriver chez nous. Et je m'y prépare depuis de très longues années quand je prévenais mon épouse que ce qui arrivait à l'Amérique un certain 11 septembre 2001 pouvait arriver ici à Genève, Berne, ou Fribourg. Pour nos enfants, lui disais-je, il était de notre devoir de trouver les réponses spirituelles et humaines à la catastrophe. Tout en travaillant à cela, j'ai perdu ma femme et j'ai été éloigné de mes chers enfants pendant des années de vie en SDF ou presque, petite cellule de secours aussi grande que l'espace d'une cellule de prison. Ma naïveté me perdait déjà... Mais je reste avec le sourire et les aspects positifs de mon épreuve et de ma traversée sur un océan de solitude...

Écrit par : pachakmac | 16/12/2014

Ce déni de la réalité vous rend complice et détestable. Compatir c'est tellement facile, mais prévenir par du bon sens; c'est-à-dire supprimer
ce droit de vivre dans des communautés qu'ils ne reconnaissent pas nous rendrait nos libertés et notre droit de vivre sans crainte.
(C'est d'ailleurs le devoir d'un état envers ses citoyens.)

Cette femme et cet homme n'avaient pas le devoir de mourir sous des balles
nauséeuses. Si cela est arrivé c'est à cause des gens comme vous!

Comment vont pouvoir vivre et grandir ces 3 enfants avec une telle injustice et une privation de chaleur maternelle à cause des naïvetés
de bobos qui n'avaient aucun sens de la protection des Leurs avant celle des autres.

Je m'en fous de vos préparations au drame, c'est tellement facile et cela vous donne bonne conscience. (Pendant que cela arrive ailleurs, ouf c'est pas pour moi et je me donne bonne conscience en faisant un petit billet).

A mon avis vous n'avez pas besoin de vous poser des questions sur vos échecs à répétition. Une vie cela se construit, et cela implique des engagements et du courage, du respect de soi-même et des Siens en priorité.

Écrit par : Corélande | 16/12/2014

Les commentaires sont fermés.