04/01/2015

Le noyau dur préférable aux pépins

Manger des pommes pour avoir la pêche. Le Conseil fédéral nous fait un cours sur le manger et le boire sainement. Pas d'alcool mais de l'eau. Pas de nourriture autre que des fruits sur la table. Dans le style ascète au désert se nourrissant uniquement de dattes et d'eau, nos Ministres font fort dans le halal vintage...

Rire. On ne va commencer par écrire ici que la Berne fédéral s'est soumise à l'islam avant même que la France en fasse autant avec Michel Houellebecq. Rire.

J'ai parlé du fruit du pêcher dans mon avant-dernier billet. Ce n'était donc pas de pomme que je parlais. Mais bien du fruit à noyau dur qui n'a pas de pépins dans son existence. Du fruit qui, comme le noyau nucléaire d'un atome fait big bang si on arrive à la fission artistique.

C'était donc un noyau de pêche que vous avez vu sur mon dernier cliché. Et rappelons ici combien la pêche, à l'extérieure. incite à l'acte d'amour...alors que son noyau rappelle l'os qu'il faut ronger pour un homme avant de réussir un big bang révolutionnaire...

Je vous laisse, en image, avec le centre photographique suisse et quelques personnes chargées de veiller à la bonne concordance fédérale, personnes que vous avez pu voir en Cène ces tous derniers jours.

2015-01-03 00.00.0666666.PNG

Attention à la fission, cela fait Big Bang

Commentaires

Ils sont amusants ces élus à nous faire la morale en train de boire un bon coup de vin valaisan :-)

Autrefois, dans tous les hôpitaux, centres de convalescence, EMS et autres lieux médicalisés, on donnait tous les soirs un verre de vin rouge avec le repas, parce que :

L'on savait que :

le vin rouge est un excellent anti-oxydant pour autant qu'il ne soit pas envahi comme c'est le cas aujourd'hui par 17 sulfatages ou apports de cuivre avant la récolte

Le vin rouge permet de refaire une masse sanguine déficiente

Le vin rouge réchauffe et permet de mieux dormir la nuit

Bon alors, comme aujourd'hui, nos productions ne sont plus capables de faire du bon vin, bien reconstituant, bourré de fongicides, pesticides, et même de liants avec des protéines de lait, ce qui est un comble pour les personnes allergiques à la caséine, on décide, tout d'un coup, que les petits vieux morts de froid et avec une oxydation du sang bien au delà de la norme, n'ont plus droit au vin, plutôt que de réguler la production et le traitement dudit vin.

Et les vins bio ne sont pas en reste... ils ne contiennent pas de sulfites ou très peu, en revanche ils contiennent plus de cuivre et certains ne sont pas exempts de protéines lactiques.

Alors, heu... on va dire que quelque part ils ont raison, mais ne font rien pour que les qualités d'un bon vin et leurs effets positifs sur la santé puisse encore exister.

Ils ne font rien non plus, pour que certaines personnes ne penchent pas dangereusement dans le baril de piquette pour des raisons de vie qu'ils ont eux-mêmes créées.

Il est bien plus facile de s'en prendre au vin que de se remettre en question.

Sur ce, au vu des vins qui nous sont proposés dans ce pays qui restent à un prix acceptable, je pense qu'il vaudrait mieux migrer, car les 90 % passent chez moi dans l'évier :-)))) Surtout ceux de la Coop.

Et les 10 % qui restent sont soudain retirés du marché, petits cépages qui en monnaie sonnante et trébuchante coûtent 4 x plus cher que le même cépage et millésime vendu en France. Cela ne rend pas les choses faciles.

On se fiche de nous. Clairement. Sur tous les plans.

Écrit par : Jmemêledetout | 09/01/2015

Les commentaires sont fermés.