12/01/2015

Gerbe Charlie ! Ta niche n'est pas la mienne

Mai 68. La jeunesse houspille le pouvoir, Dany le Rouge lève le drapeau de l'anarchie. Tous, ils veulent un autre monde. Le bourgeois et son étroitesse d'esprit soumise au pouvoir ? Fuck You ! Ses règles strictes de bonne conduite ? Fuck You ! Ses hypocrisies sous-jacentes, son mariage qui finit en daube mais qui dure quand même pour sauver les apparences ? Fuck You ! Sa petite vie tranquille qui ne fait jamais de vague ? Fuck You !

Arrive donc ce tsunami en plein printemps. Ces jeunes sans façon qui font l'amour à droite et à gauche, les garçons qui s'échangent les filles comme on prête sa bagnole à un copain. Ces jeunes qui hurlent « mort aux vaches et aux cons ». Ces jeunes qui rêvent d'autre chose mais qui consomment toutes sortes de drogues et beaucoup d'alcool. C'est le côté fou de Mai 68.

Côté sérieux, Mai 68 a ouvert les yeux du monde sur une démocratie mondialisée possible. Pêle-mêle : opposition à la guerre au Viet-Nam sous la bannière du Peace And Love ; libération de la femme à travers les mouvements féministes ; acceptation de toutes les pratiques et différences sexuelles entre êtres humains. Rejet des religions et préférence à la recherche et à l'expérience spirituelle personnelle. La démocratie s'ouvraient des portes sur l'Orient et l'Extrême-Orient...qu'elle referma bien vite par ses excès en tous genres. Beaucoup trop vite le côté romantique et naïf de la révolution 68 se transformera en cynisme libéral, puis ultra-libéral alors que c'était quand même la gauche troskyste-maoïste libertaire qui initia le mouvement révolutionnaire... En plus, les poètes de la Beat Generation n'étaient pas exactement dans le même courant d'idée, d'où l'amertume de Kerouac qui ne se reconnaîtra pas vraiment dans le mouvement hippie d'Amérique comme d'Europe. Déjà tellement de différences se cachaient derrière la bannière Peace & Love.

Alors derrière le soleil de « Je suis Charlie », cette chaleur humaine extraordinaire déployée partout sur la Terre ce dimanche 11 janvier 2015 pour dire STOP AU TERRORISME que va devenir notre Terre des Hommes ? Arriverons-nous vraiment à changer le monde et les consciences ? Pourrons-nous vraiment ouvrir les religions au monde de la spiritualité individuelle, surtout l'islam la première religion au monde concernée par l'intégrisme et le fanatisme ? Saurons-nous capitaliser sur un succès démocratique planétaire d'ici 50 ans ou allons-nous tous péricliter dans un chaos final alors que ce que nous venons de vivre comme événement planétaire extraordinaire n'aurait été en réalité qu'une grande illusion médiatique ?

C'est à nous tous de décider des lendemains qui chanteront ou déchanteront. Et les journalistes survivants de Charlie Hebdo devraient quand même être les premiers à s'inspirer de cet immense mouvement planétaire et se dire que désormais ils ont de nouvelles responsabilités, eux qui se traitaient d'irresponsables. Il faut savoir grandir. Il y a un temps pour être dans l'anarchie la plus débridée. Et il y a un temps pour transformer l'anarchie en quelque chose qui ne provoquera pas des drames à répétition mais du bonheur à répétition...en gardant un humour bien à soi.

Je nous souhaite tout le bonheur du monde en cette fin de nuit mémorable. Et j'aimerais que dans ma niche à moi, ici même, celles et ceux qui y viennent ne vomissent pas sur mes valeurs intimes même si elles dérangent certains. Et j'aimerais que si je viens dans ta niche, tu m'accueilles comme un frère de sang même si je ne pense pas vraiment comme toi et que mon mode de vie te dérange parfois.

C'est ainsi que je conçois la vrai valeur de l'anarchie et de la démocratie. Ne pas mettre de barrières inutiles entre soi et les autres. Se disputer, oui bien sûr. Se haïr et se vomir ? Je crois que quelque part Charlie a sacrément morflé d'avoir des ennemis qui le haïssent et le vomissent jusqu'à vouloir sa mort. L'humour c'est rire d'abord de soi et ensuite des autres. Et moi, j'ai l'habitude de me traiter de con quand je commets une maladresse ou une autre dans mon travail ou ma vie privée. Et c'est le début à tout. Se prendre d'abord pour un con avant de prendre l'autre pour un con. Cela aide à détendre le trou de balle d'en face qui voudrait nous glisser sa balle à la mauvaise place en nous envoyant valser de l'autre côté de la vie.

 

Les commentaires sont fermés.