18/01/2015

Déni à la Grande Mosquée de Paris

Ils ne sont pas Charlie. Ils ne le seront peut-être jamais...à cause de leur foi. Ils pensent que tout a été fabriqué par les pouvoirs, l'attentat contre Charlie, le mouvement « Je suis Charlie », etc. rejoignant le discours du prédicateur, Tariq Ramadan.

Ils ne font pas confiance au discours officiel ni à tous ceux, artistes, écrivains, intellectuels, politiciens, professeurs d'université, qui tentent d'expliquer le pourquoi des caricatures et ce qu'il est nécessaire de faire pour arriver à des réformes religieuses indispensables. Ils refusent catégoriquement de s'associer aux assassins qui commettent des crimes au nom de leur religion. Ce sont pourtant leurs fils et leurs filles qui ont largué les amarres de la République préférant le rigorisme d'un islam radical qui permet de tuer les infidèles, et tous ceux qui s'opposent à un islam trop visible et trop autoritaire dans la sphère publique. Les démocrates ont beau leur dire que toutes les religions ont le devoir d'être critiquées afin d'avancer sur le chemin de la laïcité, surtout quand des attentats se produisent partout et de plus en plus dans le monde au nom de l'islam, ils n'écoutent pas. Ils s'accrochent à leur foi comme des moules à leur pieu. Crispation totale.

Aucune religion n'est parfaite, et aucun représentant d'aucune religion ne se comporte en être parfait. Nous sommes tous soumis au devoir de critique en démocratie. Nous avons tous des visions qui peuvent être discutées et remises en question et c'est la majorité qui décide finalement des choix de société tout en tenant compte des minorités dans la mesure du possible. Une religion sans critique et sans remise en question est une religion totalitaire comparable à une secte apocalyptique.

Sans volonté de faire une révolution islamique, non pas dans le sens d'un Etat islamique qui retourne au Moyen-Age et qui impose une charia despotique, mais bien dans le sens d'une ouverture décisive du Coran, d'une remise en cause des passages les plus contestables, voir les plus condamnables du Livre saint, il n'y aura pas de possibilité d'apaiser les extrémismes qui continueront à vouloir la guerre civile.

Dernier acte avant la guerre civile, le mouvement d'extrême-droite anti-islam Pediga, menacé d'attentat en Allemagne, renonce à sa dernière manifestation. C'est aujourd'hui même dans les journaux.

Est-ce que les fidèles musulmans de Paris ont tellement d'oeillères pour ne pas comprendre que les fascistes racistes n'attendent qu'à ce que les musulmans s'enfoncent dans leur dogmatisme pour en découdre dans une guerre civile ? Sont-ils plus attachés à la paix républicaine et démocratique ou plus soumis à des visions de l'islam qui ne peuvent plus prendre racine dans la modernité citoyenne d'aujourd'hui ?

C'est à eux tous de répondre. Car si demain il y a guerre civile, ils ne pourront pas dire qu'ils n'auront pas une part de responsabilité dans les horreurs à venir.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/17/a-la-gra...

 

 

 

Commentaires

"fascistes racistes"

Pour une fois, ils seront des deux cotés du Styx !

Écrit par : Corto | 18/01/2015

https://www.youtube.com/watch?v=IyPFmpNQCkw

Écrit par : Corto | 19/01/2015

Les commentaires sont fermés.