25/01/2015

La Catastrophe de Charlie Hebdo (remix Dürrenmatt)

Le hasard se télescopant avec la réalité, j'ai passé ce samedi au bord de l'Areuse ; puis, ce dimanche, à la Fondation de l'Ermitage pour une journée porte ouverte sur l'oeuvre picturale de Dürrenmatt.

Les thèmes de la catastrophe, du Minotaure, et de l'apocalypse sont omniprésents chez le grand maître helvète de la littérature. Ses peintures sont au fondement même de son œuvre littéraire. Il le déclare lui-même. A travers ses propres visions picturales se conçoit l'oeuvre écrite qu'il met en route. Ces peintures fécondent son art de l'écriture et non l'inverse.

Il y a un tableau que je me permets de mettre en perspective après les événements tragiques de Paris que nous venons de subir. C'est celui de la Catastrophe où un pont cède devant deux trains venant en sens inverse. L'oeuvre de Dürrenmatt est angoissante à souhait : télescopage de deux astres (Occident-Orient, à l'image de notre temps?) au-dessus des deux trains qui s'écroulent. En bas, dans le fond de la vallée une procession chrétienne et des drapeaux rouges (peut-être représentant le communisme).

Le hasard veut que samedi j'avais décidé de photographier, sous la neige, la rénovation du pont de Boudry. Et ce dimanche, je m'interroge sur notre Catastrophe à nous. Ce slogan « Je suis Charlie » est-il un simple appel publicitaire de plus, une vente de T-shirt et de sacs à mains pour un joli bénéfice obtenu, voir la quête d'une jolie fille que l'on séduit du bout de ce slogan racoleur. « Je suis Charlie ». Toi aussi ma jolie ? Quel bonheur ! Tu viens faire un petit tour dans ma cabane du pêcheur ?

Enfant, je suivais mon père pêcheur au bord de l'Areuse ; adolescent, j'allais à la pêche à la truite fario bien qu'un dentiste, ami du père de mon meilleur copain de l'époque, prétendit un jour que je troquais mon attirail de pêche sitôt arrivé sur Auvernier contre la blonde la plus sexy du village. J'eus beau défendre ma ligne de conduite devant toute ma famille et mes amis, tout le monde ne voulait pas mordre à l'hameçon que je leur tendais. Pourtant c'était vrai. J'allais à la pêche de la truite fario, pas à la cabane de la plus somptueuse créature d'Auvernier. Mais passons notre chemin. Adulte assagi, je ne vais plus ni à la pêche de la fario ni à la pêche d'une blonde, d'une rousse, ou d'une brune...quoique ce démon-là pourrait revenir me taquiner à un moment ou un autre. On ne se lasse jamais de la compagnie d'une jolie femme. Par contre, je suis obstinément la ligne claire de mon fil artistique. Et voici l'oeuvre revisitée de Dürrenmatt par votre artiste contemporain. En espérant que la grande Catastrophe soit évitée et que l'Humanité continue encore un bon bout de temps son chemin artistique sur la Terre.

2015-01-25 17.53.26666.PNG

 

2015-01-25 17.53.266666.PNG

 « Mon grand-père a été envoyé en prison pendant dix jours à cause d’un poème qu’il avait écrit. Je n’ai pas encore été ainsi honoré. Peut-être est-ce ma faute, ou peut-être le monde a-t-il tellement périclité qu’il ne se sent plus même insulté lorsqu’il est sévèrement critiqué. » F.D


"Les Physiciens"

http://www.ccsti-larotonde.com/La-Cie-du-Bonhomme,207


La Catastrophe, Friedrich Dürrenmatt, huile sur toile, 1966, 56 x 76 cm, représentation partielle. (Centre Dürrenmatt Neuchâtel/Confédération suisse)

La Catastrophe, Friedrich Dürrenmatt, huile sur toile, 1966, 56 x 76 cm. (Centre Dürrenmatt Neuchâtel/Confédération suisse)

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/53665380-170d-11e3-8af1-c...

Commentaires

Il y avait un beau documentaire sur Dürrenmatt hier soir sur Arte.
A revoir ici :
http://tinyurl.com/lmoaz9e
La Catastrophe, voici comment il parle de son tableau :
"Une voie ferrée passe au-dessus d'un défilé communiste et tout s'effondre sur une église.
La Catastrophe est technologique, idéologique, religieuse et tout en haut, cosmique.
Nous nous construisons un monde de catastrophes inéluctables."

Une autre tableau est également "impressionnant" pour ne pas dire terrifiant,et visionnaire, intitulé : Ultime Assemblée Générale d'un Etablissement bancaire fédéral (1966):
https://c1.staticflickr.com/9/8490/8195799822_de877c30c3.jpg
"La démocratie est-elle possible dans un monde de gangsters? Je ne parle pas de gangsters de Chicago mais de ceux du monde des affaires, où chacun ne pense qu'à son propre profit."
F.D.

Il parle aussi beaucoup de théâtre dans ce documentaire vraiment intéressant.

Écrit par : Ambre | 26/02/2015

Merci Ambre. J'ai vu ce documentaire. C'est étrange que vous nous parliez de "l'Assemblée Générale..." ce tableau prophétique. J'ai eu un flash en le scrutant de près. Et d'un seul coup d'oeil j'y ai vu des smartphones qui faisaient des selfies à la place des revolvers sur les tempes... Une autre manière de se flinguer aujourd'hui en flattant notre ego. Remember le selfie de Obama avec Helle Thorning-Schmidt à la cérémonie des funérailles de Nelson Mandela... Quelle manque de décence (et de courtoisie pour sa propre épouse) pour le Président le l'Etat le plus puissant au monde...Imagine-t-on faire un selfie avec sa voisine dans une église au moment de l'enterrement de notre père?... Et Mandela était sans doute un des pères de la nation arc-en-ciel dont nous souhaitons voir la réalisation de l'utopie au niveau planétaire... Enfin, c'est un rêve que je couve personnellement...

Écrit par : pachakmac | 26/02/2015

Les commentaires sont fermés.