06/02/2015

Dodo le Cyanure

Il se prend pour Audiard, le salaud ! Il se met une partie du public dans la zipette du pantalon, sans doute la partie la plus fine pour les parties les plus vulgaires. Il croit que les filles lui sont acquises du moment qu'elles louent leurs services. Simple contrat commercial. Du cheptel, du bétail, de l'abattage. Ou encore du « matériel » de bandage si l'on en croit les sms courtois du sieur DSK.

Mais une fille, ça reste une fille, une émotion, une beauté. Dans un salon de massage ou sur la plage. Une fille qui s'offre à l'inconnu c'est une fille qui donne la générosité de son corps contre un pécule de rien du tout. Une fille de bordel, cela reste une fleur passionnelle même si le givre et la glace semblent envahir les lieux de débauche et les conditions cyniques de la rencontre.

Mais pour tous les salauds du monde, cela restera un lieu d'orgie où planter leurs queues reptiliennes nées de leurs cerveaux avinés dans de la chair féminine permettra de faire subir tous les outrages au sexe dit faible. Histoire de dominer et les femmes et le monde.

Une fille dans la culbute, si elle ne te montre pas un peu ou beaucoup de sa passion et de son feu, c'est que tu es un minable qui ne goûtera jamais aux secrets de la féminité.

http://www.liberation.fr/societe/2015/02/05/dodo-la-saumu...

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.