11/02/2015

Rapports sexuels brutaux et société ultralibérale sur le banc des accusés

Le procès DSK est aussi le procès de notre monde actuel. Le rapport du FMI au monde en général, à ses exigences face à la Grèce en particulier, pourrait être comparé aux rapports sexuels que DSK, son ex-directeur, entretient avec les femmes.

En état de soumission, que cela soit pour dettes personnelles ou communautaires ou dans un rapport sexuel entre un homme puissant et une femme fragilisée dans sa psychologie et sa vie matérielle, l'être humain a tendance a accepté beaucoup trop de la part de celui qui est au commande et qui dirige à la baguette une société trop volage comme la Grèce ou une femme libertine comme Jade, la jeune femme a même parlé d'un empalement intérieur lors de sa relation subie avec DSK. Le sentiment de culpabilité de la soumission n'est jamais assez considéré dans le procès infligé à DSK. Alors que celui de la domination, de la toute-puissance, révèle les comportements des hommes qui se croient libres de tout commettre, de tout corrompre, de tout salir comme bon leur semble vu leur statut de privilégiés de la planète.

DSK a raison. On ne peut semble-t-il pas lui appliquer le qualificatif de proxénète ni même celui de client. On peut juste lui reprocher son sadisme particulier, sa façon de faire mal et d'humilier les femmes avec qui il couche. Ce qui n'est pas punissable tant qu'une femme ne porte pas plainte. Nafissatou Diallo comme Tristane Banon ont essayé de faire condamner DSK pour pratiques sexuelles violentes, voir viols, envers les femmes. Elles ont échoué. La chambre à coucher étant par nature un endroit clos d'où ne peut ressortir que la parole de l'un contre la parole de l'autre, il est très difficile de prouver un viol ou une agressions sexuelle aggravée.

Logiquement, au vue de ce que l'on sait déjà, DSK devrait ressortir libre de toute accusation de proxénétisme et même son statut de client de prostituée ne peut être reconnu malgré ce que peuvent dire les jeunes femmes de la partie civile. Non, DSK ne se comportait pas comme cela parce qu'elles se donnaient à lui contre de l'argent. DSK peut se comporter exactement de la même manière avec des femmes qui ne demande aucune rémunération contre avantage sexuel. Il le dit lui-même. Sa sexualité est sans doute d'une agressivité supérieure à la moyenne des hommes. C'est un vieux mâle, un vieux lion qui aime soumettre les femmes à son bon plaisir. C'est un sadique, rien de plus, rien de moins. Et son sadisme ne peut-être arrêté que contre preuve de mauvais traitements envers une femme qui a porté plainte contre lui.

En conclusion, DSK devrait ressortir indemne de ce que l'on accuse lors de ce procès. Par contre, au point de vue de ses relations avec les femmes, il devrait vraiment se demander s'il n'a pas besoin d'un expert psychiatre pour l'aider à canaliser et à bannir de sa vie ses plus mauvais comportements envers les femmes...

Côté société ultralibérale et remboursement de la dette, les puissants de ce monde devraient se poser la même question. Leur sadisme, leurs prétentions à soumettre les plus pauvres, leurs désirs de tout soumettre à leur propre loi économique unique, leur aptitudes à condamner sans ménagement les peuples un peu moins travailleur et un peu plus dépensiers de leurs deniers, leur croyance, toujours la même, de penser que qui a le pouvoir commande forcément et soumet par la force, si nécessaire, les plus faibles, devraient être reconsidérés au regard de la révolte du peuple grec qui n'en plus de cette soumission et de la dégradation de ses condition de vie d'une extrême humiliation.

Sinon, le libéralisme s'autodétruira pour être remplacé par des régimes beaucoup moins libéraux sur tous les plans. A condition que d'ici là une troisième guerre mondiale n'ait tout simplement dévasté totalement notre planète et l'Humanité.

 

 

Commentaires

@Pachakmac c'est facile de diffuser des infos il suffit de se focaliser sur la lettre K et le tour est joué/rire
Ceci étant on a beau fustiger DSK mais combien d'hommes de Suisse France et Navarre ne sont pas à la recherche de leur Kama-Soubrette et ce dès 46-50 ans`?
S'il y a bien un domaine ou toute la gente masculine excelle c'est bien celui des fantasmes et c'est ainsi depuis Adam

Écrit par : lovejoie | 19/02/2015

Les commentaires sont fermés.