13/02/2015

L'antithéiste tueur de musulmans ne représente aucune religion

La peur du silence. La peur que l'on ne fasse pas assez quand des musulmans se font flinguer et que les médias n'en relatent que des bribes.

Il y a certes quelque chose de louche dans l'attitude des médias américains. Des tueries sont hyper-médiatisées. D'autres, on dirait presque qu'un ange passe et qu'il ne s'est rien passé. Pourtant les jeunes musulmans qui se sont faits descendre par un type dérangé mentalement n'étaient pas de jeunes délinquants dont la vie pourraient être de peu d'importance aux yeux de médias pas très attentifs à la souffrance de jeunes paumés. Ces jeunes étaient de dignes représentants de l'Amérique moderne. Des citoyens exemplaires qui de surcroît représentaient aussi la religion musulmane, de ce qu'elle génère de plus précieux : une authentique humanité au service des autres.

Et les médias américains sont presque restés muets dans un premier temps. Le Président lui-même n'a rien eu à dire à la télévision et il a préféré faire le pitre pour encourager les Américains à souscrire à l'assurance-maladie, un des ces projets exemplaires de la présidence Obama pour une couverture de tous les citoyens américains.

Au final, cela sent le gâchis médiatique de la part d'un Président qui connaît les tensions actuelles dans le monde. Il aurait dû se prononcer sur ce meurtre et porter son empathie envers les familles des victimes.

Pourtant, il est nécessaire de dire que l'homme qui a abattu ces trois personnes ne suit aucune idéologie, aucune religion qui aurait été dévoyée et interprétée comme un droit à tuer les infidèles. Le tueur ne représente qu'un courant à ce jour composé d'une seule personne : antithéiste, avec le devoir de tuer toutes les personnes qui croient en un dieu... Autant dire un illuminé qui s'est illuminé tout seul au contact de sa folie.

Donc il est faux de comparer cette tuerie avec une tuerie perpétrée par des djihadiste qui prétendent représenter le courant pur de l'islam. Dans le premier cas, il s'agit de l'acte d'un déséquilibré dont la communauté blanche et chrétienne américaine n'a pas à sentir abîmée dans sa croyance en un dieu alors que dans le second, tout musulman qui lit le Coran avec des yeux de non-violence peut se sentir directement atteint dans sa religion par ces pratiques barbares perpétrées par d'autres musulmans qui revendiquent l'islam comme droit à leurs atrocités.

Les commentaires sont fermés.