11/03/2015

Un hélicoptère l'avait sauvée d'une mort certaine

A quoi pensait Florence Arthaud cette nuit d'octobre où elle venait de tomber à l'eau? A la mort, assurément.

Dans la nuit noire, son voilier continuait seul sa route avec son chat comme unique passager. Larguée de son voilier, "dropped" pourrait-on écrire, c'est son téléphone portable étanche acheté juste avant d'embarquer, et surtout un hélicoptère de type Dragon qui la sauvèrent in extremis d'une noyade certaine. C'était comme si la réalité inimaginable était déjà beaucoup plus forte que la fiction d'une télé-réalité. Sa petite lumière, sa lampe frontale, l'avait désignée au pilote au milieu du Grand Noir.

Quelle incroyable coup du destin! Un téléphone qui la sauve cette nuit d'octobre alors qu'elle participait ces dernières semaines à une émission de télé-réalité où le téléphone est banni! Un hélicoptère qui la sauve une nuit d'automne et un autre qui la tue en pleine lumière d'été austral! Un marin qui pensait disparaître à tout jamais avant que le secours providentiel arrive du ciel. Le même marin qui pense s'envoler pour une grande aventure dans la nature avec des amis et qui s'écrase sur terre et brûle dans les flammes. Impuissante, Flo ne pouvait que quitter la vie par la faute à pas de chance. Cette chance qui venait de l'abandonner alors qu'elle l'avait souvent assistée dans sa vie aventureuse. Deux fois gagnantes sur la mort, la grande faucheuse avait une revanche à prendre sur ce petit bout de femme rebelle jusqu'au bout des ongles. Chacun prend feu comme il peut, chacun va son chemin jusqu'à l'endroit du destin qu'elle chante dans le titre "Flo" avec le chanteur Pierre Bachelet.

Petit hérisson rêve de la mer qu'elle écrit dans un livre pour sensibiliser les enfants à la protection des océans et des espèces animales.

 

Tous nos amours partent à l'amer

Il suffit de lever l'ancre un matin d'hiver

et quitter l'encre de tes yeux

pour l'amour des poissons dans la mer

 

Tous nos amours s'endorment dans le Bleu

Ils chevauchent des chevaux de mer

conduisant vers les abîmes

afin de mieux vivre du côté des cimes

 

La liberté n'a aucun prix

Elle se prend ou se refuse

La liberté n'a pas de mur

Elle passe et ne s'arrête jamais

La liberté s'arrête un jour

quand la soumission devient moins âpre et moins amer


Mais alors nous sommes déjà trop vieux


«Je ressentais un bien être mystique, pareil sans doute à celui que peuvent éprouver les moines. Habitée par une véritable paix intérieure, réconciliée avec le monde, je nageais dans le bonheur"

 Florence Arthaud

 

http://www.20minutes.fr/sport/1559799-20150311-florence-arthaud-mer-raison-vivre-va-devenir-tombeau-extraits-memoires-posthumes

 

Les commentaires sont fermés.