18/04/2015

Si Dieu existe, il n'est pas certain qu'un seul homme en est le Prophète

Hani Ramadan, dans un blog fort intéressant, propose une vidéo autour du génie de l'Univers, de la Création en général, de l'Homme en particulier.

La théorie de l'évolution selon Darwin est malmenée avec intelligence et plusieurs éléments scientifiques qui tentent de prouver que l'Univers a été formé par une Intelligence hautement supérieure à l'Homme qui ne ferait somme toute que du copié-collé sur la nature dans ses découvertes scientifiques « prodigieuses ».

J'avais fait, il y a quelques temps, un billet qui partait du même constat. Si les lois de la nature sont hautement scientifiques, d'une précision et d'une inventivité infinie comment l'Homme peut-il oser prétendre que ce n'est pas une intelligence supérieure qui est à l'origine de tant de Beauté et de Précision ?

La question cruciale n'est pas tellement de croire ou ne pas croire en Dieu. La question cruciale c'est de savoir si l'Homme est en apprentissage de Dieu ou si l'Homme doit obéir à Dieu selon ce que quelques prophètes nous ont légué par leurs mots, leur vie, et leur destin assez extraordinaire.

Il faut rappeler ici que Dieu, tel que représenté par une majorité de croyants, serait un Dieu unique, autoritaire, même tyrannique et imposant. Son origine est orientale. Ses grands prophètes, d'Abraham, en passant par Moïse, Jésus, et Mahomet, sont tous nés quelque part du côté de l'Egypte, la Syrie, l'Irak. Les prophéties sont développées à partir de l'ancienne Egypte et ses pharaons. Ce Dieu n'est donc pas à la base un dieu universel qui aurait pu voir émergé un prophète quelque part en Asie, en Amérique du Sud, en Amérique du Nord, dans les pays nordiques ou en Europe. Tous les prophètes des trois grandes religions du Livre ont une origine culturelle commune, une racine spirituelle qui a la même source sociale.

Nous savons qu'ailleurs, en Afrique noire, en Amérique du Sud, en Asie, dans les pays scandinaves, en Europe même, d'autres croyances se développent en parallèle. Elles seront toutes submergées par la croyance du Dieu unique selon Abraham mais elles ne disparaîtront pas toutes de nos jours. Certaines survivent très bien comme le Bouddhisme ou l'Hindouisme.

D'autre part, si la théorie de Darwin peut être remise en doute, cela n'empêche pas d'imaginer un être humain capable d'évolution métaphysique au fur et à mesure qu'il découvre les miracles de Dieu grâce à divers expériences scientifiques, artistiques, et spirituelles. Cela n'empêche pas non plus de remettre en cause la façon tyrannique dont Dieu gouvernerait nos consciences. Est-ce un Etre qui vit pour qu'on se soumette aux lois qu'Il est sensé avoir dicté à deux ou trois individus sur des milliards d'autres qui ont passé à travers les âges ? Ou est-ce un Etre de liberté qui laisse à l'Homme le choix de ses expériences terrestres tout en le confrontant à l'expérience perpétuelle du Bien et du Mal afin que l'Homme atteigne une humanité pleine et entière au moment de quitter ce monde ? Et pourquoi tant d'enfants et de jeunes adultes n'ont-ils pas ce droit à grandir en sagesse et meurent bien trop tôt pour avoir pu connaître une vie d'homme ou de femme pleine et entière ? C'est donc bien que Dieu n'agirait pas directement sur les circonstances de nos existences mais plutôt sur nos consciences, enfants, adultes, et vieillards confondus ?

Quel sens donné à un Dieu tyrannique qui exige et condamne, tue quand il veut et où il veut, et soumet sa Créature à la menace permanente du néant éternel et des souffrances de l'enfer ? N'a-t-on pas déjà suffisamment d'épreuves à vivre en cette vie terrestre pour mériter un Dieu qui ne serait qu'un tyran prêt à griller en enfer toutes Ses créatures infidèles à un certain code religieux ? J'estime que nous méritons un Dieu d'Amour qui comprend nos souffrances et nos douleurs, qui nous aide à grandir et à aimer, qui nous guide sur un chemin de droiture et d'honnêteté, de fidélité à nous-mêmes et envers celles et ceux que l'on aime et protège. J'estime que Dieu s'apprend chaque jour, qu'Il évolue et grandit en nous, qu'Il n'est pas prédéfini par des dogmes définitifs et des actes religieux obligatoires pour lui plaire. J'estime que si je demandais à mes enfants de m'obéir à la lettre sous peine de rétorsion et de torture, de mise à mort et de châtiments affreux, je serais un père scélérat qui soumet à l'esclavage mes enfants, ma femme, et mes proches. J'estime donc que Dieu est d'abord une source de créativité infinie pour l'être humain, qu'Il joue avec nous afin que nous devenions meilleurs et plus grands. J'estime que Dieu m'estime et qu'il me laisse le découvrir petit à petit au creux de ma conscience. Tout cela pour que je me réalise dans l'Amour de Dieu.

En visionnant cette vidéo, je ne peux que redire mon credo : Dieu est un Artiste et un Scientifique fabuleux dont le pouvoir est si Grand qu'il ne peut être tyrannique. Ce serait tellement décevant que nous ne soyons au final que Ses marionnettes, que certains sont voués par avance à recevoir Ses grâces et que d'autres, pour l'exemple, ne sont que des djinns et des suppôts de Satan. Dieu agit sur nos consciences. Mais c'est à nous qu'est laissé le libre-arbitre de développer notre propre spiritualité et notre relation à Lui.

Pour la vidéo, c'est ici :

http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2015/04/11/dieu-ex...

 

Commentaires

Commentaire très décevant. Je pensais, naïvement semble-t-il, que vous n'aviez pas sacrifié une partie de vos qualités intellectuelles à votre croyance en dieu. Tant pis.

Écrit par : Mère-Grand | 18/04/2015

J'ai visionné le film. Enfin la première partie qui est largement suffisante à démontrer le parti-pris des auteurs qui opposent - avec un certain talent, je le reconnais - science et croyance. Personne n'oblige les créationnistes à suivre la théorie de l'évolution. Essayer de nous faire gober que la complexité ne peut pas être le fruit du hasard est évidemment le seul argument que peuvent avancer les créationnistes. En fait, ils n'expliquent rien mais par un habile discours tentent de laisser croire aux spectateurs que la passage du simple au compliqué - l'entropie - ne peut être que le fuit d'une création voulue, raisonnée, divine. Ils crachent sur l'évolution comme si les scientifiques étaient tous des faussaires. Comment demander à des scientifiques de "simplement" croire sans démontrer. Cela n'a aucun sens. Que dire enfin des scientifiques interviewés dans le film ? Des archives sans âge ! On en est encore à l'homme qui descend du singe en semblant ignorer que les connaissances ont ...évolué.

Cela dit, j'ai bien apprécié votre propre texte qui pose de vraies questions et apporte quelques ébauches de réponses que chacun interprétera comme il le souhaite, comme il le peut.

J'ai personnellement de la peine à imaginer ce Dieu tout puissant qui nous laisse nous dépatouiller sur notre terre avec les horreurs que l'on vit tous les jours. Est-Il vraiment tout puissant ? Où nous aurait-Il ratés ? A moins que Sa création ne lui ait échappé et que le fait d'être une insoumise l'autorise à être appelée liberté ? Nous serions donc libres ? Mais de quoi faire ? Le mal ?

Faut-il absolument qu'il y ait un dieu pour que les hommes se conduisent en hommes ? La réponse ne peut pas être simplement oui.

Pour finir je citerai Aldous Huxley : "Comment savez-vous si la Terre n'est pas l'enfer d'une autre planète ?"

Écrit par : Michel Sommer | 18/04/2015

Dieu est en chacun de nous ! A nous seul de savoir comment l'exprimer
Ce que font admirablement tant de poètes ou chanteurs même non pratiquants et qui peut-être se prétendent athées
Cependant il existe tellement de Dieux pour l'argent ,le sexe,pour le vaudou , le rhumatisme,l'infidélité etc etc que la statue Shiva a elle seule représente ce qui en amène beaucoup à se tartifler les neurones pour savoir qui est Dieu,que fait-il et surtout ou est-il
il y a une parole dans la bible qui dit,plus vous chercherez moins vous trouverez et peut-être que cette parole signifie aussi,plus vous me chercherez moins vous me trouverez et serez durablement dans l'incapacité à m'imiter ,sans doute cette phrase a t'elle été écrite pour les scientifiques/rire
très belle soirée Pachakmac

Écrit par : lovejoie | 18/04/2015

Monsieur Sommer, il est exact que nous ne devrions pas avoir besoin d'un dieu pour nous comporter en homme. C'est bien pour cette raison que j'écris que la question n'est pas tellement de croire ou ne pas croire en dieu mais d'être en apprentissage de dieu, donc en apprentissage du culture, de savoir scientifique et humain, ce qui revient à s'inspirer du maître...qui n'est pas notre dictateur. Imaginons que lorsque nous étions apprenti ou étudiant, nos professeurs nous ont enseigné des choses très importantes mais qu'ils n'existaient pas pour nous imposer mais pour nous apprendre un savoir, les avons-nous renié? Ils se sont présentés à nous en hommes et en femmes avec bienveillance et respect pour notre être en apprentissage. Et bien Dieu, s'il existe, serait à l'image de nos professeurs. Et s'il n'existe pas, alors Dieu n'est juste que l'Utopie qui surgit de mon imagination. A moi d'en faire un dieu d'Amour et de liberté et non un dieu de haine et de dictature.

Mère-Grand. personnellement je ne remets pas la théorie scientifique de l'évolution. Au contraire, je l'appuie puisque je pense sincèrement que Dieu, s'il existe, représente cette liberté d'évolution magnifique. Je ne remets pas en question l'intime personnel de chacun et chacune qui pencherait plutôt avec certitude ou doute sur la non-existence de Dieu. J'essaye justement de rester ouvert sur la question...en attendant la réponse à ma mort. Je n'imagine pas du tout un dieu qui punit les athées de l'enfer alors même qu'ils ont suivi un parcours humain généreux et solidaire avec la communauté des humains. A la mort, il y a deux possibilité: le néant de notre être ou sa continuité sous une autre forme. Disons qu'il serait peut-être plus sympa de continuer l'expérience sous une autre forme. Un créateur qui vit sa vie avec passion adorerait pouvoir continuer de vivre de son art après sa disparition...Et la résurrection après la mort est un motif puissant de création. La preuve, c'est notre propre vie qui l'affirme. Celui qui se relève devient plus fort. Ce qui ne tue pas rend plus solide l'être humain.

Je termine par cette excellente question que propose à nous tous Aldous Huxley et que Michel Sommer cite ci-desus:

"Comment savez-vous si la Terre n'est pas l'enfer d'une autre planète?"

Imaginons alors que Dieu nous a chassé du paradis en nous offrant tout de même cette magnifique planète habitée de tant de beauté extraordinaire. Qu'il nous a mis à l'épreuve parce que nous sommes tous des démons pas encore aptes à vivre au paradis. L'enfer est tout de même aimable, n'est-ce pas? Sauf pour celles et ceux qui sont pressés de mourir. Notre défi serait donc de rejoindre le paradis promis au milieu de toutes les horreurs humaines dont l'Homme, ce diable, est capable. Damnés sur la Terre mais quand même aimés de Dieu, nous nous battons comme des beaux diables pour rejoindre un lieu ou les êtres, habitants du paradis, seront supérieurement spirituels et qu'Amour et Paix. Certains diront: "Mais qu'est-ce qu'on s'emmerderait au paradis sans haine, sans conflits, sans meurtres, sans cruauté, sans débauche". C'est peut-être la raison pour laquelle l'être humain a décidé de se révolter contre Dieu. La boucle est bouclée...en quelque sorte. Nous revoilà au point de départ de la croyance en Dieu...

Très belle journée à tous. Juste un petit regret. Mère-Grand, je n'ai pas quitté mon questionnement intellectuel bouillonnant en proposant une vidéo placée sur le blog de Monsieur Ramadan... Nous sommes des êtres humains. Il y a des dogmatiques de Dieu qui attaquent d'autres d'autres dogmes créés par l'Homme et ses sciences. C'est piquant, n'est-ce pas? Il ne faut pas s'empêcher d'attaquer leurs propres dogmes auquel ils se raccrochent. C'est ce que je fais en parlant de Dieu...différemment, sans dogme définitif. J'essaye de casser les schémas dogmatiques qui mènent des gens vers la folie de l'intégrisme religieux et terroriste. Je pense que le jeu en vaut la chandelle. Ne trouvez-vous pas?

Écrit par : pachakmac | 19/04/2015

Mère-Grand, il fallait lire "je ne remets pas la théorie de l'évolution en cause".

Écrit par : pachakmac | 19/04/2015

Pachakmac J'aime beaucoup cette phrase et si notre terre était l'enfer d'une autre planète qui a elle seule résume si bien vos et nos questionnements surtout dès que la lune quitte son habit de fête pour revêtir son habit de deuil avant de remettre un habit de mariée pour la nouvelle lune comme en ce jour.D'ailleurs elle nous rejoue à merveille les trois jours de deuil ou le Christ une fois crucifié réapparu après trois jours de silence
très bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 19/04/2015

Les formules mathématiques existent-elles?

Oui, mais uniquement dans le cerveau des êtres humains, pas dans la nature. Les lois dites de la nature n'existent également que dans nos cerveaux. Ce sont des interprétations et des approximations à notre échelle. Toute intelligence repose sur de la matière et met en oeuvre de la matière. Essayez donc de créer qqch par votre seule pensée. Or votre divinité non seulement n'a pas de bras, ni de voix, mais elle n'a même pas un cerveau. Elle n'est que le produit de votre imagination comme les licornes roses ou les dragons cracheurs de feu. La question pertinente est: pourquoi avez-vous besoin de vous accrocher à cette fantasmagorie ridicule? Pourquoi avez-vous besoin d'un "créateur"? Pour manifester votre impuissance? D'où une divinité toute puissante. C'est vraiment enfantin (pardon pour les enfants, voir ci-dessous). Pour conjurer votre angoisse de la mort? Très certainement. Alors pourquoi vénérer la mort au point de détester la vie? Les exemples sont nombreux.

La vie après la mort? Fable. Même un enfant de 6 ans est capable de comprendre que ce qui vient après la vie est semblable à ce qui était avant. C'est-à-dire rien. La vie est notre bien le plus précieux.

Et ce créateur, quel imbécile, il lui a fallut 4,6 milliards d'années pour réussir son coup, de nombreuses extinctions et au final cet homme est tellement bête qu'il a besoin d'imaginer des causes qui n'existent pas.

Quant aux beautés de la nature: ebola, paludisme, massacres, pollutions, destructions... profitez en bien, car grâce à l'injonction biblique croissez et multipliez, bientôt il n'en restera plus grand chose.

Et ce qu'il y a d'amusant chez les croyants, c'est qu'ils ont besoin de faire du prosélytisme pour que les autres en se convertissant leur démontrent qu'ils ont raison. Ils ont besoin d'être rassurés, tellement est forte leur angoisse de la mort.

Écrit par : Johann | 19/04/2015

@pachakmac
Je ne peux qu'être déçu, et même, je l'avoue, irrité, lorsque quelqu'un, quelles que soient ses qualités par ailleurs, présente comme intéressant quoi que ce soit introduit par une affirmation aussi relevant autant de l'ignorance ou de la stupidité que la première phrase de Monsieur Ramadan, car elle enlève, par son dogmatisme (la paille et la poutre) même, toute crédibilité à ce qui peut suivre. Pardonnez-moi de ne pas développer le sujet, tant il a déjà déjà été éclairé par ceux qui pensent librement et ceux, leurs "adversaires" qui croient soumis.

Écrit par : Mère-Grand | 20/04/2015

Je comprends votre réponse, Mère-Grand. J'ai peut-être oublié un préambule à mon billet. Ce préambule aurait pu être formulé ainsi.

Une vidéo, quelle que soit les arguments développés, a besoin d'esprit de contradiction pour prendre toute sa valeur de contestation. Hors si elle n'est orientée que dans un sens sans aucune critique venant d'adversaires, elle peut effectivement faire office de propagande à une thèse. En fait, il faudrait, lorsque l'on parle de la théorie de Darwin, rappeler sa genèse scientifique et ses développements jusqu'à nos jours. Il serait fort intéressant que des personnes soutenant les arguments intéressants qui sont développés dans cette vidéo soit confrontés à des scientifiques au courant des dernières évolutions de la science sur le sujet. C'est le débat qui forme les opinions. Pas les thèses que l'on impose au monde en toute vérité.

Voilà. J'espère m'être fait un peu mieux comprendre Mère-Grand. Bonne journée à vous.

C'est d'ailleurs pourquoi je considère que les chocs intellectuels entre théoriciens de Darwin et représentants ouverts qui s'intéressent à la spiritualité et aux religions du monde devraient être plus nombreux sur les plateaux de télévision.

Écrit par : pachakmac | 20/04/2015

@pachakmac
Je ne doute pas de votre bonne foi et vous remercie de vos réponses, toujours aimables et pondérées.
Cependant … (comme les "mais" il y en a toujours un qui suit) ce que vous proposez ou demandez revient à refaire des débats qui ont eu lieu à d'innombrables reprises et sous d'innombrables formes, et ne sont alimentés que par l'obstination des créationnistes de toute obédience qui, contrairement à l'Eglise catholique (dont je ne suis pas) n'ont pas eu l'intelligence ou la capacité de réconcilier les formes de sa foi et les avancées de la science du monde moderne.
Celle-ci n'a pas imposé l'évolutionnisme comme un dogme (il n'y a pas de dogmes en science, faut-il même rappeler cela), mais comme la meilleure explications aux traces qu'à laissé le vivant et à ses changements intervenus au cours du temps.
Revenir la-dessus, revient à refaire les débats sur la rotondité de la Terre et sur la place qu'elle occupe par rapport au Soleil, pour distraire les esprits occupés aux progrès dans la connaissance et leur imposer de revenir sans cesse sur des billevesées du même niveau que l'astrologie et d'autres croyances du même acabit, qui ne cesseront de séduire l'esprit des gens crédules, peu informés et éduqués ou fanatiques, probablement, hélas, encore une majorité dans notre monde.

Écrit par : Mère-Grand | 21/04/2015

Mère-Grand, ce que je propose ce n'est pas de remettre en cause l'Evolution et les découvertes de la science mais c'est plutôt cette question: "Dieu dans l'Evolution a-t-il sa place ou pas"? Est-ce pur hasard et accidents que les mutations? Est-ce que Dieu peut progresser avec nous au fur et à mesure de nos découvertes ou est-ce qu'il doit être banni de notre esprit pour cause d'imagination illicite et d'irréalité objective? C'est cela qui m'interroge quand je dialogue avec des athées qui l'élimine de la circulation de la pensée ou alors des croyants qui ont enfermé Dieu dans un dogme absolu et définitif. A l'athée, je demande "Quelle est le sens de la vie et de la mort si nous bannissons Dieu, l'âme, l'essence même de nos vies". Aux dogmatiques je demande "Pourquoi enfermez-vous Dieu dans une seule croyance, que vous suivez des rites inventés par les hommes, sans jamais admettre que Dieu vit aussi chez celles et ceux qui sont différents de vous dans leur interprétation de Dieu?"

La science est le coeur même de cette interrogation sur Dieu. Plus nous avançons, plus nos connaissances nous rapprochent de ce que pourrait être Dieu. Par contre, si nous rejetons de façon définitive Dieu et que nous nous écartons en oubliant de nous interroger sur le Bien et le Mal, qu'allons-nous donc faire de notre science? La livrer à l'obscurantisme d'une pensée nazifiante parce que nous ne nous interrogerons plus sur l'évolution de Dieu dans nos sociétés modernes? C'est cela ma crainte. Que Dieu disparaissent et laisse place à une pensée implacable, rationnelle, idéologique, qui mènera au suicide de l'Humanité. Cette crainte se double de la crainte de figer Dieu dans le Coran ou la Bible, que le créationnisme soit la vision retenue et définitive des déistes qui s'opposent à la science pure qui, elle, a éliminé Dieu de son champ de vision.

Me suis-je fait comprendre, Mère-Grand, ou suis-je dans une sorte de bulle abstraite dont personne ne comprend le sens et le but?

Écrit par : pachakmac | 24/04/2015

@pachakmac
Je vous remercie de votre confiance, puisque vous semblez m'attribuer une certaine sagesse ou du moins moins une possible capacité de répondre à certaines de vos questions.
Vous ne pourrez donc qu'être déçu de ma réponse, car elle ne répond à aucune de vos questions concernant Dieu (un dieu de mon point de vue, tant il en a existé de variantes dans les l'éventail des religions qui ont existé et existent encore), ainsi sur toutes les qualités et pouvoirs que vous lui attribuez et sur l'espoir que vous mettez en lui pour vous consoler de votre mortalité en donnant un sens à votre vie, crainte et souci qui me semble prédominer dans vos questionnement.
Pour moi, ces questions, qui ne sont insensées, évidemment, puisqu'elles ont été posées par tant d'hommes avant vous, sont néanmoins le fruit de peurs devant une réalité qu'il faut oser affronter, comme doivent affronter la peur de s'endormir les enfants à un certain âge, épouvantés qu'ils sont tout à coup devant l'idée ne plus se réveiller, la peur de perdre leurs parents qui les protègent de tout ce qu'ils devront affronter dans la vie et qu'ils ne connaissent pas encore. Et, bien plus tard, devant certaines terribles souffrance que la vie peut nous imposer: perte d'être aimés que nous ne retrouverons plus et mille autres moments ou abandonnés à nous-mêmes nous avons besoin de ne pas nous retrouver seuls face à la souffrance et au sentiment d'abandon ou d'absurdité.
Devant tout cela vous ne semblez trouver une réponse que dans votre foi en un dieu et, ce qui me chagrine je l'avoue, c'est que vous semblez vous être enfermé dans un système de pensée selon lequel vous ne pouvez plus imaginer que sans dieu c'est l'absence du sentiment de justice (le bien et le mal), et même la barbarie ultime (votre référence au nazisme) qui nous attend. Quelle insulte envers l'humanité dans ce qu'elle peut avoir de beau et même de noble! Comment ont donc vécu les milliers de générations d'êtres humains avant l'apparition de l'idée d'un dieu, sans parler d'un dieu unique? Les mères n'ont-elles donc pas nourri et chéri leur enfants, les hommes ont-ils passé leur temps à s'entretuer, des orgies sans fin ont-elles régné au sein des tribus et des sociétés humaines?
J'avoue que je suis las de toutes les discours religieux, passés et présents qui, pour éviter ou contourner la réalité de la nature mortelle de l'homme et de ce qui l'entoure et qui, au lieu de reconnaître que cette mortalité est partie intrinsèque de ce qui constitue la beauté du monde, et qu'elle est même une condition essentielle à son évolution et à la valeur que nous lui donnons pendant le temps que nous en jouissons, cherchent dans des constructions intellectuelles les plus raffinées et les plus invraisemblables à nous aveugler devant la réalité matérielle de ce qui nous est ainsi offert à admirer et à aimer et y substituer des croyances chimériques souvent mortifères, comme l'actualité nous le prouve une fois de plus.
Essayez d'accepter d'être seul au monde pendant le temps qui vous est imparti, entouré d'êtres chers si possible, et considérez cela et les efforts que vous pouvez faire avec eux pour que le bien prédomine sur le mal parmi vous, dans la mesure de vos moyens, comme le sens de votre vie. C'est tout ce que je peux vous offrir comme conseil et comme sagesse … et cela en toute amitié.

Écrit par : Mère-Grand | 27/04/2015

Merci Mère-Grand. Il est probable que vous ayez raison dans votre raisonnement. Et je dois m'en faire une raison. Ce désir que quelque chose existe après la mort, ce désir de survivre en mourant à la vie est un mythe puissant. C'est aussi un mythe qui nous permet de nous relever des pires épreuves que nous rencontrons dans la vie. Quand tout vous lâche, quelle consolation vous reste-t-il si ce n'est un Etre qui comprend votre détresse et votre souffrance intime. Je me pose depuis très longtemps la question et la réponse semble être: quand tu t'écroules, ta survie dépend de ta foi en ta propre vie. Tu vas cherchez les forces spirituelles tout au fond de ton être, tu refuses de te laisser aller à la haine et aux pensées négatives, tu te bats pour revenir et continuer à transmettre un message de paix et d'amour. Le seul mystère qui demeure pour moi dans ce domaine c'est de connaître la raison de cette foi intime alors que d'autres s'écroulent pour de bon devant les catastrophes de leur vie et refusent de refaire surface. Simple instinct de survie ou destin? Je ne tranche pas. Je continue ma route et nous verrons bien comment se termine l'histoire de cet être humain qui n'arrive pas à lâcher cette obsession de Dieu. Suis-je cinglé ou bien juste un type qui sans dieu se laisserait chavirer dans le néant?

Encore merci de votre attention et de votre intérêt, Mère-Grand. C'est précieux à mon existence.

Écrit par : pachakmac | 29/04/2015

@pachakmac
Permettez-moi, puisque vous semblez me lire avec une certaine confiance, d'ajouter quelques lignes, que j'écris non parce que je me sens aucune sagesse supérieure, mais uniquement avec l'espoir qu'elles puissent vous aider à affronter un avenir moins dépendant.
Croyez en dieu sans mauvaise conscience si vous en ressentez le besoin, mais n'accordez votre confiance à personne ni à rien qui instrumentalise la foi en votre dieu pour vous imposer des croyances ou des conduites qui vous privent de la liberté de tracer votre chemin sans dogmes qui réduisent cette même liberté et restreint votre capacité d'essayer de vivre sans nuire d'aucune façon à autrui.
Si vous vous en sentez capable un jour, ne liez pas votre foi en une croyance aux châtiments ou aux cauchemars qui hantent les enfants et les hommes qui ont intériorisées des leçons entendues dans leur enfance (relisez à ce sujet le célèbre monologue de Hamlet), ni même les promesses d'une vie meilleure ou merveilleuse après la mort. Peut-être pourrez-vous alors, affronter ce moment (ou mieux encore "vous laisser aller, glisser, dans cet état), peut-être avec un reste de crainte devant le non vivre qui accompagne nécessairement toute forme de vie consciente aussi longtemps que possible, mais avec la même confiance que vous avez chaque soir au moment de vous endormir pour vous reposer d'une journée fatigante. Pas d'horreurs, pas de merveilles après celles de la vie, donc pas de souffrances ni de regrets non plus.

Écrit par : Mère-Grand | 29/04/2015

Ma réponse à votre message, cher(ére) Mère-Grand avec le plus contemporain des poètes qui m'habite:


La mort des pauvres

C'est la Mort qui console, hélas ! et qui fait vivre ;
C'est le but de la vie, et c'est le seul espoir
Qui, comme un élixir, nous monte et nous enivre,
Et nous donne le coeur de marcher jusqu'au soir ;

A travers la tempête, et la neige, et le givre,
C'est la clarté vibrante à notre horizon noir ;
C'est l'auberge fameuse inscrite sur le livre,
Où l'on pourra manger, et dormir, et s'asseoir ;

C'est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques
Le sommeil et le don des rêves extatiques,
Et qui refait le lit des gens pauvres et nus ;

C'est la gloire des Dieux, c'est le grenier mystique,
C'est la bourse du pauvre et sa patrie antique,
C'est le portique ouvert sur les Cieux inconnus !

Charles Baudelaire, ou la vision consolatrice des Dieux.

Écrit par : pachakmac | 30/04/2015

@pachacmak
Merci.
P.S. Je vous recommande le livre "Cosmos" du très (trop) contesté Michel Onfray.

Écrit par : Mère-Grand | 30/04/2015

Pachakmac je viens de lire votre dernier commentaire ou vous parlez du lâcher prise de la part de certains qui préférent voir s'écrouler leur vie sans réagir
Tandis que d'autres attendent mais en vain que Jésus régle tout à leur place alors que d'autres encore vont voguer sous d'autres cieux oubliant que les problèmes non résolus se colleront à leurs basques pour être encore plus insolubles dès leur retour
Mais n'Est-ce pas ce que reflète si bien le système Socialiste ? si on ne peut pas régler les problèmes du jour il suffit d'en créer d'autres pour mieux noyer le poisson
Mais on sait qu'en politique s'il y a bien une matière manquante c'est la mémoire alors que pour le peuple c'est tout le contraire

Écrit par : lovejoie | 30/04/2015

"Dieu n'est pas, point à la ligne" Michel Onfrey http://banquetonfray.over-blog.com/article-michel-onfray-dieu-n-est-pas-point-a-la-ligne-le-point-94070362.html.

Je reviendrai encore sur ce point à la ligne quitient lieu, pour moi, de pêche à la ligne où l'esprit divin habitant l'Homme ne peut être qu'une des condition du progrès scientifique, culturel, et artistique. La pêche miraculeuse peut dès lors se produire. Alors Dieu, un entrepreneur et leader charismatique qui apprend de ses échecs ou un monstre sanguinaire qui prêche par goût de la tyrannie et de l'exlusivité? C'est une question iconoclaste, Mère-Grand. Un mirage dans le désert, je vois un mirage dans le désert et je vais construire une cité d'une beauté jamais connue. Le centre de l'Homme est habité d'une foi inébranlable. Si ce n'est Dieu lui-même alors c'est la foi d'un homme ou d'une femme qui croit vraiment en ses idées et qui va être suivi dans sa vision par des millions d'autres. A lire aujourd'ui dans "Le Temps" l'article sur les grands leaders de notre monde. Très instructif.

lovejoie, ici on ne noie pas le poisson. On lui rend sa liberté et sa dignité de femme et d'homme:-)))

Écrit par : pachakmac | 30/04/2015

Onfray a autre chose à dire que cela. Empruntez le livre pour en lire le début, par exemple, le chapitre sur les animaux, les chapitres sur la nature, etc.

Écrit par : Mère-Grand | 01/05/2015

Merci Mère-Grand. Construire le monde, le penser, le façonner, lui faire dire des choses que les chamans vont puiser dans l'invisible. C'est l'art, la vision unique d'un être qui est transmise à l'universalité du monde. On peut se passer de Dieu. Pourtant il y a une magie. Celle que l'Homme crée par sa pensée, ses dons artistiques, son humanité. Dès que j'en aurai l'occasion, j'approfondirai "Cosmos", Onfray est athée à 100%. Il laisse cependant la porte ouverte au sacré païen...Sans âme, sans l'esprit et l'art mystique, quelle est la place pour cet animal que l'on appelle "Homme", seul animal doué de penser le monde et de le rendre intelligible, doué d'un sens à l'existence humaine autre qu'utilitariste et productif?

Écrit par : pachakmac | 01/05/2015

Les commentaires sont fermés.