19/04/2015

Les bateaux coulent, l'Humanité est en déroute

Face au drame de l'immigration que pouvons-nous encore faire ?

D'abord un constat quasi terrifiant. Nous n'avons jamais voulu voir que les millions de gens qui meurent sur cette Terre en silence, sans nourriture, sans soins, sans rien, sont aussi des frères et des sœurs en humanité dont le sort ne nous a jamais empêché de dormir, de rire, et de manger plus qu'à notre faim. Si j'ose la comparaison qui nous met KO debout, c'est presque comparable à ce que Hitler et son régime a fait avec les juifs, les tziganes, les handicapés, les contestataires artistes, écrivains, peintres, musiciens qui se sont mis à condamner ce régime nazi et ses atrocités prévisibles. Le raccourci est brutal ? Et pourtant. Quelle différence entre la pureté de la race élue qui a droit à la vie et les autres, ces « rebuts » de l'Humanité qu'il faut éliminer de notre vue à défaut de les trucider d'une façon ou d'une autre. Certes. Nous ne tuons pas. Nous aidons à la mesure de nos volontés. Nous intervenons sur quelques terrains pour sauver quelques-uns d'entre eux d'une décrépitude et d'une mort prématurée certaine. Est-ce suffisant ?

La réponse est non. Nous n'avons pas collectivement trouvé les réponses à une Humanité qui a droit, pour tous ses membres, à la dignité, au respect de la vie, à l'accès à la nourriture et aux soins. Oui. L'ambition est colossale. Le défi presque impossible à relever. Mais tout de même. Tous ces migrants qui partent à l'abordage de nos côtes que faut-il en faire ? Manque d'éducation, manque de formation, manque de perspectives, manque d'argent. Traumatisés par la vie, ces pauvres gens n'ont pratiquement pas d'avenir sauf à déployer pour eux des moyens financiers que nous n'avons pas alors même que nos propres exclus ce chez nous n'ont pas vraiment accès à la société démocratique que pourtant nous vantons et vendons comme idéal pour les autres peuples de la Terre...

Nous ne sommes pas responsables de tous ces gens. Nous ne leur disons pas de faire des enfants alors qu'ils n'ont pas les moyens de les nourrir, de les éduquer, de leur offrir une perspective d'avenir. Nous ne sommes pas responsables non plus de leurs vices, de leurs vols, de leurs viols, de leurs violences, de leurs barbaries, de leur manque d'éducation, de leurs ignorances. Nous avons déjà tant à balayer devant notre porte.

Mais que ferions-nous à leur place si nous étions nés là-bas, à leur place ? Serions-nous plus malins qu'eux ? Plus prudents ? Moins défaitistes devant la fatalité de notre condition sociale ? Moins enclins à mettre des enfants au monde au milieu d'un monde qui ne voit de toute façon qu'un enfant sur deux ou trois survivre et arriver à l'âge adulte ? La compagnie de la mort est leur quotidien. Alors faire un enfant de plus ou de moins n'est pas un soucis insurmontable pour eux. Ils savent déjà qu'ils devront faire la deuil de plusieurs de leurs enfants.

Je n'ai pas la réponse à un tel drame. Aujourd'hui ils sont là et débarquent sur nos côtes. Et ils nous interrogent :

« Vous les bien-portants, les bienheureux de la prospérité, qu'est-ce que nous vous avons fait pour mériter votre méfiance, votre silence, votre rejet, votre incompréhension totale devant pareil chaos, notre chaos qui vous touche désormais de plein fouet ? »

Et la réponse n'est ni chez eux ni chez nous. Elle est ensemble. Trouver les solidarités nécessaires entre Etats et citoyens de ce monde afin que nous puissions peut-être dire un jour « Plus jamais ça ».

Il y a un sacré travail à faire. En avons-nous les volontés suffisantes où resterons-nous passifs devant ces drames qui nous explosent au visage ?

Au lieu de s'armer de pire en pire de toutes sortes d'armes de plus en plus sophistiquées et destructrices, n'aurions-nous pas, avec tous ces moyens mis au service la lutte armée, à créer les armes citoyennes qui luttent sérieusement et efficacement contre la banalisation du Mal ?

Commentaires

"Tous ces migrants qui partent à l'abordage de nos côtes que faut-il en faire ? "

Les former militairement et les armer pour qu'ils puissent aller dégommer les oligarchies corrompues et assurer le développement de leur pays. Ah zut, ça ne va pas marcher, vu que les corrupteurs et profiteurs sont parmi nous... Et s'ils prennent la place des corrompus pour faire la même chose ça ne va pas marcher non plus. On sait ce qui est advenu de Thomas Sankara.

Savez-vous que le continent africain qui souffre de la famine ou de la malnutrition nourrit et approvisionne l'Europe au lieu de produire sa propre nourriture: poissons, café, cacao, coton, fleurs... Qu'ils réduisent de moitié les cultures des trois "c", les prix vont flamber. Tout bénéfice et les terres libérées pourront produire des biens alimentaires. On pourrait aussi leur renvoyer leurs médecins. Entre autres.

Écrit par : Johann | 19/04/2015

Il faut aussi relever la belle hypocrisie: "on" s'émeut de quelques centaines de naufragés, mais quand des milliers de personnes sont tuées au Donbass, "on" n'en parle pas ou si peu. Il y a des morts plus utiles que d'autres.

Écrit par : Johann | 19/04/2015

"Aujourd'hui ils sont là et débarquent sur nos côtes." Oui et avant cela ils ont viré les chrétiens qui étaient eux aussi des migrants.....mais comme ils haïssent les chrétiens ils les passent par dessus bord !

Ca ne vous gêne pas ça vous ?

D'accord avec Johann pour dire qu'ils y a des morts qui sont inintéressants et pas utiles pour faire vibrer la corde sensible de ceux qui refusent la béatitude pro-européenne!

Écrit par : Corélande | 19/04/2015

C'est plus qu'une gêne. C'est une honte, Corélande. On n'embrasse pas l'islam pour vivre dans le camp des criminels. On pourrait en dire autant de n'importe quelle religion qui se sert de textes pour écraser la différence et la soumettre à sa croyance. Si croire en Dieu c'est se permettre de tuer en son nom, alors je ne crois plus en lui. Johann, les grands criminels sont parmi nous et dirigent. C'est clair. Le pouvoir n'est jamais laissé à des enfants de coeur.,,sauf si une vraie démocratie fonctionne. Encore que. Pour être au pouvoir, il s'agit de provoquer parfois des injustices au nom d'un intérêt supérieur sensé protéger la nation. Le pouvoir implique donc de se salir les mains. Impossible d'être épargné de décisions difficiles à prendre. Cependant, celui ou celle qui sert le peuple grâce à son pouvoir est sans doute humainement supérieur à celui ou celle qui se sert du pouvoir pour dominer et écraser le peuple. D'où mon amour pour la démocratie et mon aversion pour la dictature d'où qu'elle surgisse.

Écrit par : pachakmac | 20/04/2015

Packakmac en réponse à la question du titre, sourire narquoisement devant certains dirigeants de l'ONU ou de l'EU que nombre d'anciens traiteraient de chiffes molles et qui devraient tous regarder ce qu'une poignée de prisonniers ont réussi à faire malgré leur faim,des corps décharnés par la maltraitance et ceci sous le regard de Nazis les surveillant jour et nuits grâce aux miradors ancêtres des caméras de surveillance actuelles
Un magnifique film retrace l'épopée d'un gosse de trois ans ,un jeune Juif Polonais enfermé dans une valise et qui atterri à Buchenwald pour être découvert par hasard et offrant au spectateur des scènes poignantes devant l'ampleur des moyens utilisés par ces prisonniers pour sauver ce petit
et à la barbe des Boches
une fois le pot aux roses découvert ils ont malgré tout continué à vouloir sauver ce jeune enfant et ce au détriment de leur propre vie
Ce film offre l'occasion de réfléchir et de nombreux dirigeants feraient bien de le visionner et se remettre en cause face à ce qu'il faut bien nommer une hypocrisie collective
Certes il est plus important de recycler mais Hitler lui aussi adorait recycler et pour lui tout comme aujourd'hui ,peu importait les moyens seuls les résultats comptaient ce qu'ont admirablement compris et fait ces prisonniers
Et ce qui continue de se pratiquer de nos jours de la part de certains pour mieux nous piéger dirait le Grand Méchant Loup
voici le titre du film* L'enfant de Buchenwald */les bourreau de la forêt / et le nom donné aux Survivants de ce camp *les Arbres cachant la forêt*
bon début de semaine

Écrit par : lovejoie | 20/04/2015

Merci de ce commentaire, lovejoie. Je ne peux que vous donner raison. Ce film, que je ne connaissais pas, doit effectivement être très poignant.

Écrit par : pachakmac | 20/04/2015

Pachakamc ,merci de votre réponse .Et quand on voit le peu d'empressement de la part des nombreux dirigeants de l'UE pour régler ce problème de réfugiés savez vous à quoi cela fait penser ? au temps indéfinissable que les alliés ont mis pour prendre conscience de ce qui se passait dans les camps de concentration .I faut croire que le passé ne leur a pas servi de leçon
très bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 20/04/2015

Et ça massacre des chrétiens à la pelle, on zigouille à la chaine et nous on doit tout entendre, ne rien dire, et encore allez secourir ceux qui passent par dessus bord nos "frères chrétiens"! Et bien non, non, non, et non! Stop! ça suffit de nous prendre pour des nases!

L'islamisation vitesse grand V à passer à l'ultime étape et nous sommes au bord du gouffre à force de naïvetés sur tous les plans. Je parle aussi du point de vue sanitaire envers nos concitoyens!

Écrit par : Corélande | 20/04/2015

L'angoisse ne nous sauvera pas, Corélande. C'est d'audace que nous avons besoin. D'audace dans nos convictions, nos visions, nos imaginations réciproques, notre créativité. Se crisper, s'enfermer, se défendre, se blinder d'armes et d'armées ne nous sauvera pas de la chute. Je comprends largement vos peurs et je ne vous fais pas le reproche de votre enfermement, votre désir de barricader notre pays qui reste un des endroits les plus prospères au monde, qui respecte la liberté de ses concitoyens, qui a adopté des lois qui protègent les plus faibles au contraire de tellement de pays dans le monde qui ne cessent d'opprimer des minorités. On n'avance tous dans la crainte de l'échec. La tâche est titanesque. C'est notre défi face à la mondialisation des échanges et des cultures.

Écrit par : pachakmac | 24/04/2015

Pacha vous oubliez juste que, certes nos frontières sont ouvertes, mais pas extensibles.

Ce que vous appelez peur et enfermement, moi j'appelle cela de la conscience et une vision sur le long terme. C'est juste deux principes primordiaux quand on veut tracer son chemin (ici collectif), mais il en va de même dans la vie privée de chacun......je sais c'est pas votre truc!

Icare et son rêve se sont brulés les ailes, votre utopie prend le même chemin, si c'est pour vous ce n'est pas mon problème, si c'est pour notre
communauté, c'est mon problème et je n'ai pas peur de dire tout haut ce que je pense et agir dans la mesure de mes moyens, dans ce sens!

Écrit par : Corélande | 24/04/2015

Corélande, je rêve un peu d'une grande Suisse universelle qui prend racine sur la planète Terre... C'est un rêve fou mais si personne ne rêve et que tout le monde pense à la guerre, nous aurons la guerre et notre pays ne sera guère épargné. Les mots sont porteurs de sens. Nos jeunes, quelque soit leur origine, on besoin de sens à leur vie. Si vous excluez certains de votre champ de vision, aucune chance pour vous qu'il tire quelque chose de votre enseignement. Si vous les incluez, que vous prenez soin de leur existence, alors il y a un peu de chance pour qu'ils valident votre vision universelle et qu'il en fasse un combat durant leur vie... C'est mon objectif. S'il est inutile que j'écrive quoi que ce soit, alors j'aurai été inutile à ce monde.

Écrit par : pachakmac | 24/04/2015

Corélande, agissez en conscience et vous serez écouté. Il n'y a pas de mauvais discours. Il n'y a que de mauvaises intentions. Si votre intention nationaliste permet de trouver des pistes solides, vous aurez fait du bon boulot. Le rôle de l'artiste n'est pas d'enfermer les gens dans un champ de vision. C'est le contraire. Si vous venez me lire c'est que vous trouvez motif à réflexion pour votre propre discours. C'est très positif...d'autant que nous n'avons pas du tout le même champ de vision du réel. C'est cela la Suisse. Et c'est ce que j'aime en elle: sa paix et sa prospérité avec tant de différences culturelles. Si le monde entier pouvait s'en inspirer.

Écrit par : pachakmac | 24/04/2015

Les commentaires sont fermés.