30/04/2015

La religion est un grain de folie dans un monde en furie

Si la spiritualité est un grain de beauté apparaissant ici et là sur un corps envoûté de calme, luxe, et volupté, la religion est bel et bien un grain de folie dans un monde en furie.

Tout ce qui est clonage de zombie religieux est un danger mortel à l'Humanité. Tout ce qui libère de ce clonage monstrueux, est un don de soi qui profite à l'Humanité.

Le néant existe. Il est d'une Beauté inouï. Sans la rencontre hasardeuse d'un spermatozoïde de mon père et d'un ovule de ma mère, j'en serais rester au stade du néant sans passer par le stade vivant et réfléchissant. Je participe au monde des vivants. Autant faire de ma vie une continuité intelligente à la Beauté du monde muet ainsi qu'un ode à l'Amour plutôt qu'un chaos destructeur et obscur qui précipite le monde des Vivants dans le Néant à jamais muet. Nous sommes Dieu si nous faisons de nos vies une conquête de l'Existant et une transformation créative de notre pensée. Le mot « Dieu » n'existe pas s'il n'est pas associé à la pensée humaine.

Nous sommes inexistants, et donc néant, si nos vies ne sont que le prétexte à propager la destruction du monde en faisant de nous-mêmes des petits soldats de la haine et de la guerre infectés par une idéologie religieuse terroriste vouant son culte à l'inexistant. La Beauté du Néant se suffit à elle-même. Elle n'a pas besoin de l'Homme. Alors que l'espèce humaine a besoin de l'Homme pour survivre à son équilibre fragile sur la Terre.

Dieu et moi n'existons que parce que je participe à l'évolution du vivant, soit une histoire d'amour sur le fil du rasoir entre un mirage et un homme.

(...)
Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté

L'Invitation au voyage

Charles Baudelaire

 

29/04/2015

La jupe de Nazaré dans les lycées français

Quel pays que cette France effarouchée par une musulmane à la jupe trop longue. La résistance à la chute du foulard s'organise par des jeunes filles pas dupes de l'interdit qu'on leur impose.

Diantre! J'irais bien au lycée avec une grande barbe, comme à ma période hippie. Et on pourrait alors m'interdire le port de cette barbe noire pour cause d'appartenance visible...à la société musulmane.

La France devient conne. Et de plus en plus. http://www.leparisien.fr/societe/une-collegienne-musulmane-privee-de-cours-pour-une-jupe-trop-longue-28-04-2015-4731699.php

Il y a de jolies histoires de jupes et de jupons. Celle, mythique, de Marilyn Monroe. Mais aussi d'autres visions moins érotiques mais tellement belles de ces femmes portugaises attendant le retour de la pêche de leurs maris.

 

as 7 saias de Dias dos Reis - algarve-saibamais.blogspot.pt
credit photo : www.pbase.com _ Dias dos Reis

https://philozoiadollsfr.wordpress.com/blog/


La France devient complètement idiote. Elle ne sait plus accepter et interdit de plus en plus...tout en laissant des banlieues comme des lieux de non-droit où la police n'intervient plus.

Cela finira mal. Entre un Sarko cataclysme, une Marine en poupe, et un poupin d'Hollande qui balance des lois toupins qui font tellement de bruit pour rien, il me semble que la présidentielle 2017 sera à boycotter. Tout simplement.


Plagiat artistique

2014-08-22 14.14.288888888888888888888.PNG

Artiste voleur de pierres

2014-08-04 14.08.4333.PNG

 

 

2014-08-04 14.08.433333.PNG

 

 

2014-08-04 14.08.43333.PNG

 

 

2014-08-04 14.08.4333333.PNG

 

 

2014-08-04 14.08.4333333333.PNG

 

2014-08-22 14.14.28888.PNG

L'ARTISTE EST UN VOLEUR DE PIERRES!

27/04/2015

Katmandou, la fragilité de l'Humanité

Tous les dieux du monde n'ont rien pu faire contre l'inexorable déplacement des plaques tectoniques. La plaque indienne se glisse sous la plaque asiatique. Et soudain c'est le séisme, le craquement, le big crack. Qu'est-ce que 4 petits centimètres d'avancée par an ? Rien du tout. La longueur de notre pouce, à peine. Mais des forces colossales sont mises en action pour exercer une telle poussée si minuscule soit-elle. Et parfois, les tensions exercées sur les plaques doivent se libérer de façon brutale, un peu à la façon d'un élastique que l'on tend entre nos deux mains et qu'on lâche d'un seul coup.

Il y a tous les 600 ou 700 ans de gros séismes qui se déclenchent dans la région himalayenne. Nous sommes pile dans l'époque. Il faut donc malheureusement s'attendre à pire encore ces prochaines années ou dizaines d'années. La Terre bouge. Nous sommes sur le toit d'une matière instable qui bouge sans cesse, matière elle-même en dessus d'une masse en fusion permanente. La croûte terrestre peut se comparer à l'épaisseur de notre peau. Et dessous, c'est le feu des entrailles de la Terre. En temps normal, nous sommes bien protégés contre les déchirures et les coupures qui provoquent les hémorragies et la perte, à terme mortelle, de notre sang. Il suffit donc de peu de chose pour que notre corps court le risque du processus vital engagé...comme pour notre bonne vieille Terre qui vit aussi dans le tumulte de ses entrailles.

Katmandou, la capitale mystique de l'Inde-Népal, est comme touchée par la colère des dieux. La population, en général mystique et proche des croyances surnaturelles, se sent soudain punie sans bien comprendre pourquoi. Elle devrait pourtant savoir que les divinités laissent la Terre vivre avec ses fracas, ses retournements de situation, ses volcans, ses atlantides, et ses tremblements de terre. Nous sommes tous en sursis quand la nature se déchaîne ou se détraque quelque part d'une façon ou d'une autre. Cela devrait pousser tous les humains de la planète à s'entraider mutuellement plutôt qu'à entraîner le monde dans le chaos de l'autodestruction, parfois pour des dieux qui nous laissent à nous seuls le soin de nous débrouiller face au désastre des catastrophes naturelles.

Les drames de l'Humanité nous concernent tous. Concentrons nos énergies à défendre nos sœurs et frères en humanité plutôt qu'à nous battre jusqu'à la mort pour des dieux qui exigent de nous des sacrifices humains... Je suis celui que je suis. Tu es celui que tu es. Il est celui qu'il est. Elle est celle qu'elle est. Et notre premier devoir est de participer et d'aider à l'émancipation de chaque être humain sur cette Terre en lui reconnaissant une place sur cette petite planète bleue qui nous cause bien des tracas mais qui est notre bulle de vie et d'habitat.

Si Dieu existe, c'est cela qu'Il exige aujourd'hui pour nous peuple unique d'êtres humains sur Terre.

http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/25/seisme-a-katmandou-...