25/05/2015

Libre circulation des personnes : le vote nécessaire

L'UDC sera mécontente. Pourtant revoter sur la libre circulation des personnes est devenu obligatoire. Les Suisses n'ont jamais donné leur adhésion à une sortie des bilatérales et la rupture de la ligne suivie par notre pays depuis 1992, ligne voulue aussi par l'UDC, faut-il le rappeler ici. Ils ont voté contre l'afflux massif des personnes profitant de notre système très libéral à des conditions parfois trop avantageuses pour les patrons faisant, pour certains, de la sous-enchères salariale ainsi que pour les personnes tirant sur la corde du profit égoïste en se mettant volontairement au chômage une fois sur place pour toucher l'aide sociale ensuite.

Le parti libéral radical propose de mettre un terme à ce laxisme et à ces abus intolérables pour une population suisse qui demande à être respectée de l'étranger venant s'installer chez nous comme de nos patrons. C'est la moindre des choses. Comme dans tout contrat libéral qui se respecte, c'est du donnant donnant et non du donnant-prenant encore plus. Respecter les règles du travail et les conventions collectives est valable pour tous. Respecter le système social de notre pays est aussi une règle de conduite élémentaire à exiger des personnes désireuses de s'installer chez nous sans vouloir en chercher toutes les combines imaginables pour obtenir de l'argent de l'Etat.

L'Etat a le droit de se protéger contre les abus des personnes qui font tout pour ne pas travailler et vivre avantageusement aux crochets des autres. Les habitants de la Suisse ont le droit de refuser de voir s'effondrer un système social solide qui fonctionne bien à cause d'une surcharge financière provoquée par des gens peu responsables et très méprisants envers la valeur du travail, de l'indépendance financière, valeurs cardinales de l'Helvétie.

En votant contre la libre circulation des personnes le 9 février dernier, les Suisses ont exprimé leur raz-le-bol d'un système qui risquait de mettre en danger notre pays. Ils n'ont pas voté contre nos relations d'ouverture avec l'Europe. Revoter est indispensable pour clarifier la pensée et la volonté des Suisses et des Suissesses, volonté qui pourrait bien être aussi celle des étrangers qui ne bénéficient pas du droit de vote mais qui habitent chez nous en respectant nos valeurs et notre façon de faire et d'agir.

Il ne suffit pas de porter au pouvoir des démagogues et des fascistes pour changer en bien l'Europe. Au contraire, cela ne donnerait que plus d'instabilité. Pire, les risques de recours à des guerres de type nationaliste réapparaîtrait sur notre Continent et mettrait la paix civile en grand danger.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/72c75ce2-02c0-11e5-a2d8-d...

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.