29/05/2015

FIFA : les sans-voix de Blatter qui engrangent les milliards...

Perversion du système. Paroles fourbes et mensongères. La FIFA actuelle dirigée par le Suisse Blatter serait la garante des pays les plus pauvres dans le monde, un Suisse porte-parole des sans-voix... C'est pourquoi le Qatar a eu droit à sa Coupe du Monde. LOL.

Comme dans la chute de Kadhafi, une pensée d'extrême-gauche et tiers-mondiste accorde aux dictateurs le droit d'être les résistants contre le système impérialiste américain et européen alors qu'ils sont les tyrans qui mettent à genoux leur propre peuple.

Blatter ne sert  et ne serre jamais la main des sans-voix. Il sert et serre la poigne de fer des hommes les plus riches du monde et fait de juteuses affaires avec eux. Dans le lot, pas une seule femme admise dans le cercle du saint des saint temple de la FIFA. C'est dire vers qui se tourne le pouvoir de la FIFA et dans quelles mains toutes-puissantes sont remises faveurs et prébendes de l'omniprésente FIFA.

Souvenez-vous de l'Afrique du Sud, un pays où les plus pauvres se proposaient de devenir des marchands ambulants pour profiter un petit peu de la manne du Mondial. Balayer par la loi des affaires du roi du cambouis et du pétrole footballistique qui a donné tous les droits aux produits des sponsors, eux-mêmes soumis au racket des dirigeants de la FIFA pour exercer leurs talents publicitaires afin de vendre leur marque en exclusivité et porter le deal pour le monde entier. Nike, Adidas, Coca-Cola, Mac-Donald, etc. Je ne savais pas que ces marques représentaient l'Afrique et les pauvres de notre planète. LOL. Russie et Qatar. Je ne savais pas que ces deux pays actuellement dirigés, le premier par un tsar, le second par un système politico-religieux qui permet l'esclavage et la lapidation dans ses lois, étaient des pays où les plus déshérités comme les dissidents politiques étaient admis au cénacle des télévisions des pays en question... On ne dira pas non plus que le Qatar a l'équipe de foot la plus prestigieuse devant toutes les autres équipes arabes pour mériter l'organisation d'une Coupe du Monde en fonction de la ferveur populaire...

Mais le foot de Mr Blatter propose l'ouverture par la diplomatie plutôt que la rupture des ponts. Certes. Mais faut-il pour cela oublier que les peuples du monde ont tous le droit de s'exprimer, de travailler dans des conditions dignes, et de pas être les esclaves corvéables à merci de quelques riches que ce soit qui sont les organisateurs d'une Coupe du Monde?

Monsieur Blatter, citoyen suisse, a-t-il oublié notre idéal helvétique en permettant que les grands chefs anti-démocratiques du monde accaparent de plus en plus de pouvoir grâce au football, ce sport de rue par excellence? Le sport préféré parce u'il peut se jouer avec un caillou comme balle et deux cailloux comme poteaux des buts, sport magique des largués du système, des gosses de Belém ou de Kasserine, départ de la révolution de Jasmin pour les révolutions arabes qui ont connu des soubresauts dramatiques et l'incompréhension de la gauche tiers-mondiste toujours persuadée que derrière la révolution se cache le grand Satan Américain. S'il manque un Che Guevara à la tête du peuple, et que les révolutionnaires sont des gens acquis au marché et à un monde libéral éclairé, ils sont forcément des traîtres à la cause du peuple alors que les dictateurs en place étaient eux des protecteurs du peuple... Aller comprendre ce retournement de dialectique. Moi, je ne le comprendrai jamais.

Travestissement de la cause révolutionnaire. Le peuple veut d'abord mieux vivre, avec plus de liberté d'entreprise et de parole, et plus de sécurité et de protections des plus faibles avant de savoir si les gens qui arrivent au pouvoir sont de gauche ou de droite. Le peuple ne regarde pas si les révolutionnaires qui prennent le pouvoir ont telle ou telle philosophie pour parvenir à améliorer la cause du peuple. Le peuple regarde les résultats et les comportements de leurs chefs et se foutent de l'idéologie si l'idéal qui tient au cœur du peuple est partagé d'une grande majorité et respecté par les chefs et leur feuille politique de route.

Monsieur Blatter s'est appuyé sur les puissants qui ont du ressentiment voir de la haine pour l'Occident. Il ne s'est en aucun cas appuyé sur les sans-droits qui n'ont jamais leur mot à dire dans le système corrompu de Monsieur Blatter.

A l'heure du vote, il faudra le retenir. Le Prince Ali a peut-être d'autres propositions plus intéressantes pour la FIFA et le football.

 

Les commentaires sont fermés.