03/06/2015

Much Loved...Much Hated

Encore un film en prise avec la censure en terre d'islam !

C'est l'histoire de quatre femmes marocaines, prostituées par ailleurs, qui fait l'effet d'une bombe dans le pays...sans que personne n'ait encore vu le film mais dont de très courts extraits ont fuité pour être diffusés sur la Toile.

Ce film a été présenté à la quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes. Dans le genre documentaire, il parle du quotidien de ces jeunes femmes qui pratiquent le métier tabou pour des hommes en quête de chairs fraîches, de riches touristes ou résidents arabes du Golfe...

La toile s'est enflammée instantanément. Le réalisateur et ses actrices sont menacées de mort. Le Maroc a déjà interdit le film sans aucune procédure judiciaire, fait unique dans l'histoire du royaume qui n'avait jamais pris de décision aussi brutale et arbitraire jusque là.

Au Maroc, la population est divisée en deux entre les partisans du film qui souhaitent que l'on parle des problèmes et des mœurs du pays sans aucune hypocrisie et l'autre moitié, conservatrice, qui refuse tout bonnement l'existence sociale aux filles de petite vertu alors même que parmi les consommateurs de sexe tarifé il doit sans doute bien y avoir des conservateurs adeptes des pratiques de flagellation pour ces pécheresses.

Les secousses sismiques, dans le monde arabe, succèdent les unes aux autres. Mais les rendez-vous d'amour fraternel deviennent de plus en plus des rendez-vous de haine fratricide où une partie de la population veut éradiquer l'autre partie, plus moderne, plus actuelle, plus apte à vivre dans notre monde d'aujourd'hui, par fidélité totalitaire à Allah et au Coran...

Les filles de joie n'ont pas fini de subir leurs peines et leurs malheurs d'être tombées dans des rôles où elles ne deviennent plus que des objets sexuels et dont certains hommes, religieux très hypocrites, se permettent le droit de vie et de mort sur elles.

Much Loved. Film hautement inflammable!

http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2015/05/...

Les commentaires sont fermés.