13/06/2015

J'ai passé l'après-midi

 C'est tout bizarre

ce sentiment de vieux bazar

cet amour de grand boulevard

ne portant jamais son foulard

cette fille revenant de nulle part

avec Chama et Salia au centre de ses bras

ses deux frimousse d'étoiles

jouant sur la mousse avec ce Joujou

cassé en mille copeaux de bois mort

après ce rêve des mille et une nuits

envolé dans le mille d'une Blanche-Neige

 

C'est tout bizarre

l'amour

qui renaît comme l'enfant du hasard

auprès de cet arbre de l'amour

qui revient de nulle part

pour affirmer que jamais il ne serait trop tard

pour refaire un bout de chemin ensemble

là où tout s'est un jour volatilisé

 comme par magie noire

révélée dans un conte de vieille sorcière

avec sa pomme rouge empoisonnée

enfoncée bien profonde dans la gorge de la fille

pour que la magie blanche de son prince n'opère plus

là où les les cœurs dévastés

là où l'amour n'espère plus la lumière

là où le désert rejoint la mer

pour mourir noyé dans son chagrin

 

« Les pieds en bas »

chante la charmeuse Chama

« Les pieds dans le soleil »

chante Joujou

« Non. Les pieds en bas »

chante la ravageuse Chama.

« Les pieds dans le plat »

 chante Joujou

"Comment il s'appelle, Chama?"

dit la maman.

"Joujou les pieds en bas"

chante la lumineuse Chama

l'amour sans même savoir ce que c'est

sans même savoir ce que sait l'amour

 

 

Les commentaires sont fermés.