18/06/2015

Ibrahim c'était mon surnom à Tenerife

Entre la mer et la route

ces rochers devenus ma chambre

cette mer mes latrines

et ma salle de bains

ma laverie pour mes rêveries

et mon miroir pour ta lamaserie

 

Sur une pierre à peu près plate

Abdoulaye souffre beaucoup

de ses nuits qui éclatent

entre ses heures d'inexistence

et le silence des touristes débonnaires

en route pour les stations balnéaires

 

Assis sur le muret

sourd et muet

il crache aux véhicules des lamas :

 

toi, tu penses qu'un jour on passera en France ?

Toi qui danseras bientôt sur mes plages

entre tequila boum boum et mojitos,

tu crois que ma place est en France

ou quelque part au fond de la mer ?

 

Entre la mer et la route

ces rochers devenus ma chambre

cette mer mes latrines

et ma salle de bains

ma laverie pour mes rêveries

et mon miroir pour ta lamaserie

 

Comme une sentinelle

je resterai planté sur ce rocher

imperméable aux appels

Comme une sentinelle

je serai l'Européen devenu étranger

se tenant debout face au danger mortel

de l'indifférence et de l'absence

 

Captain Nemo remonté de la mer

pour parler aux gens de la Terre

avant la fin mondiale de la guerre

 

 

http://www.liberation.fr/societe/2015/06/15/des-migrants-...

 

 

Les commentaires sont fermés.