31/07/2015

Vintimille: "No Borders Camp" IX

Le repas et l'arbre d'Ala.Ni au milieu du camp de Pont Saint-Ludovic

 

 

Les frontières sont-elles nos limites? Et nos limites sont-elles les frontières mentales que nous nous mettons?

Dire oui à l'un. Dire non à l'autre. Faire des choix. Créer des injustices et des frontières artificielles qui empêchent des gens d'accéder à leur rêve ou simplement survivre à des conditions inhumaines qu'on leur a imposé d'une façon ou d'une autre. Ouvrir nos yeux et nos coeurs. Prendre soin de nous mais aussi de l'étranger en attente d'un bout de papier qui lui permettra de travailler ici, de fonder une famille, de développer sa créativité et ses relations humaines.

La Suisse, mon pays, était un no man's land à mon arrivée à Vintimille. Non pas que les activistes ne connaissaient pas son existence. Simplement personne ne parlait de la Suisse comme d'un pays d'accueil possible. Quand aux Soudanais à qui je tentais d'expliquer où se situait mon pays, il fallait leur faire comprendre qu'il existait vraiment quelque part un pays cerné entre l'Italie, la France, l'Allemagne, et l'Autriche. Ils me parlaient de Suède et d'Angleterre comme pays de Cocagne et d'avenir pour eux. Jamais de la Suisse, ce pays qui n'existait pas sur leur carte mentale. Alors je leur ai vanté les charmes de mon pays, l'accueil chez nous, le travail relativement facile à trouver pour eux s'ils y mettaient de la bonne volonté et l'envie de perfection. Ah le perfectionnisme! La Suisse n'existe que par cette ascension vers les sommets...mais elle oublie trop souvent que tout n'est pas parfait en ses murs et que pareil à Sisyphe elle doit remonter sans cesse la pierre au sommet du Cervin pour garder sa position privilégiée dans le monde.

Nous autres Helvètes, nous fêtons demain le 1er août, notre fête nationale. A cette occasion, je profite de transmettre ce message de Vintimille à tous mes concitoyens et concitoyennes:

We are not going back!

We are White & Black!

Together for ever!

 

20150717_211138.JPG

 

20150717_211614.JPG

 

20150717_211617.JPG

 

20150717_211638_1.JPG

 

20150717_211704.JPG

 

20150724_070030.JPG

 

20150724_070323.JPG

 

Commentaires

Pachakmac a chaque génération ses problèmes et c'est vrai surtout que nous avons été préparé à être philosophes dans le sens ou recevoir des coups permettait à d'autres d'y échapper ou le fameux, tends la jour droite
Cependant cette éducation a brisé l'âme sensible de nombreux enfants et en ce sens nous ne pouvons nous abandonner à pleurer sur le sort des autres surtout qu'aujourd'hui dans le monde actuel il y a de plus en plus de gens qui continuent de mourir seuls chez eux abandonnés des leurs
Et vous devez sans doute savoir que raison et passion ne durent jamais longtemps et font rarement bon ménage

Écrit par : lovejoie | 31/07/2015

Les commentaires sont fermés.