25/08/2015

Prendre la route

Est-il trop tard

de prendre la route de tes rêves?

 

Viendras-tu au rendez-vous de la mi-août,

de cette mi-été qui nous faisait frissonner

d'amour dans les champs de blé mûr

avant que tu ne partes?

 

Tu m'as dis:

"Nous sommes encore mari et femme,

là-bas".

 

Là-bas,

comme si ailleurs

faisait de nous des amoureux migrateurs.

 

tu m'as dis:

"Trouve-nous une maison là-bas".

 

Là-bas,

comme si la maison d'ailleurs

devenait notre réalité exacte.

Je suis le cracheur de feu,

le cracheur de joie,

le cracheur d'O,

le cracheur qui ne te crache plus sa passion.

 

Aujourd'hui, je crache l'exil

et je demande l'asile

pour tous ces gens abandonnés

fuyant guerres et grande pauvreté.

 

Cracheur de migrants.

Feu de joie pour tous les enfants.

Je suis le mec croyant,

le métèque grec, et le le mécréant communiste.

De toutes les religions,

ne m'en reste que la plus infirme:

celle de l'Amour intime.

 

Dans ma solitude,

j'ai inventé la grande multitude.

Pour que le festin soit royal

et que les peuples n'aient plus jamais faim.

 

Alors je pourrai redevenir

ce cracheur de feu de ta vie.

 

2015-08-14 1111111.PNG

 

 

Les commentaires sont fermés.