01/09/2015

Liberté, égalité, fraternité, banqueroute

 

Il paraît que nous vivons sous le régime de la démocratie. Il parait que la démocratie a gravé quelques mots magiques dans sa Constitution.

A l'échelle du monde, la démocratie n'est pas réalisée. Loin s'en faut. A l'échelle du monde, le capital, le marché et le commerce sont universalisés depuis un bon bout de temps. Ils passent les territoire, mieux même, ils deviennent de plus en plus virtuel grâces aux Bourses et aux paradis fiscaux. Et personne n'a rien à redire... Ah si. Quand même quelques-uns parmi nous. La nouvelle tendance actuelle serait de produire local, artisanal, et surtout ne plus consommer international. Produire sur place, consommer sur place,  aimer sur place.

Manque de bol. Cela ne marche pas toujours. Déjà si tu vis dans un désert rocailleux mais que tu étudies pour l'Université de Genève la faune et la flore locale du Mont-Ventoux, t'auras pas l'occasion de cultiver pour toi-même pendant ce temps ni même l'occasion de trouver une fille perdue là-haut sur la montagne qui voudra de toi. Tu devras te relier au monde, faire confiance à la nourriture que tu as emporté avec toi depuis le super-marché et, pour la fille de compagnie, il te faudra peut-être voir avec Internet si par hasard il n'y en a pas une, même de la ville de Karthoum au Soudan ou des collines d'Erithrée qui désire partager ta passion pour la nature via le Web, solution qui te permettra peut-être de rentrer en liens affectifs avec elle, et qui sait, l'amour virtuel a aussi ses vertus...et puis un mariage humanitaire ça peut toujours entre-aider pour avoir le droit d'exister et de voyager s'il n'existe pas de solution autre que la triche pour exister sur cette Terre.

Ce petit détournement de situation  tout en humour pour affirmer ce qui m'énerve en ce monde: on veut bien que tout nous arrive dans la bouche pour notre confort personnel mais on ne veut pas les petits et les grands soucis que cela engendre parfois, les cyclones et la fonte des glaces, par exemple, qui vont avec notre consommation effrénée; ou alors ces populations et ces peuples qui soudain ont la bougeotte pour raisons de géostratégie lamentable de nos gouvernements qui partent en guerre afin de faire fructifier le lobby des armes ainsi que leurs petites affaires d'ego personnel, et qui pensent d'abord accès aux matières premières, aux richesses, et aux mines de diamants avant de penser l'être humain dans sa globalité terrestre. Etre puissant en ce monde exige quelques démissions et désertions en droits humanitaires...en principe prioritaires sous un régime démocratique qui se respecterait.

C'était donc mon petit billet d'humeur de la nuit envers celles et ceux qui pensent que la fraternité, cela se traite entre amis et gens de bonne compagnie exclusivement; que la liberté est seulement valable pour quelques-uns au détriment de tous les autres; et que l'égalité est un gros juron pervers  qu'il ne faudrait jamais employer sous peine de se voir exclu du cercle bien-pensant qui agit pour le bien local de la population locale au détriment des gens et des populations disparus dans les flots de la désinformation..

Après ça, parlez-moi de démocratie et je vous soulèverai ma banderole ce 6 septembre prochain:

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE,

BANQUEROUTE!

SOUDAN-NOUS!

 

  Cela vous fait quoi comme effet?

 

Les commentaires sont fermés.