04/09/2015

Little Nobody

Sur la prairie sauvage

du Nord de l'Amérique

s'évadait un cheval et son cavalier.

Il s'appelait Little Nobody

fils de l'humanité,

frère sans frontière,

marin perdu sous les mers,

sauvage solitaire,

abandonné de la Terre entière,

revenu sur sa terre solidaire.

 

Les migrants avaient éliminé les autochtones

en cet été indien, ce mélancolique automne

d'une Humanité blanche volant la terre des Peaux-Rouges,

violant leurs femmes et les filles des Sioux.

 

Pour survivre, qu'ils disaient.

Pour survivre.

 

Little Nobody se souvenait de leurs fantômes.

Lui, il venait tout droit de Bodrum

et chevauchait la mort sur sa monture Parabellum

majestueuse comme un départ réel pour la guerre.

Litte Nobody ne portait pas d'arc ni de colt.

Seulement sa fierté d'être libre.

Seulement sa fierté d'être un humain.

Il ne voulait ni des frontières ni de la guerre.

Il était No Border.

il avait déterré la hache de guerre.

Pour une guerre sans frontière entre les Hommes

en faveur d'une paix sans frontière entre les Hommes.

Car la Terre est Une et Indivisible.

Car la Terre est notre Terre à tous.

 

Pour survivre qu'il disait.

Pour survivre.

 

Little Nobody

No Border pour la vie.

 

à la mémoire de Little Nobody Aylan,

mon 3300 ème billet sur pacha k mac

 

 

 

Les commentaires sont fermés.