11/09/2015

Une brèche dans le Mur de Dublin

L'Allemagne de Mme Merkel a fait sauter le Mur de Dublin pour les candidats à l'asile Syriens et Irakiens. En Suisse, comme partout ailleurs en Europe, Dublin reste en vigueur. Celles et ceux qui pénètrent sur le sol européen doivent retourner dans le premier pays sans que leur demande d'asile soit examinée par le deuxième ou troisième pays qu'ils ont traversé avant de vouloir rester dans un pays. On les appelle les NEM, personnes frappées d'une non entrée en matière.

A Lausanne,deux Erythréens ont provoqué une brèche dans le processus. Ils vont pouvoir rester et faire leur demande d'asile en Suisse.

A Berne, les politiciens n'ont pas ouvert de débat sur Dublin. Nous n'avons pas de Chancelière qui prend une décision historique. Nous n'avons que des politiciens qui se réfugient derrière le Mur de Dublin. A quand la chute de ce foutu mur pour que chaque candidat réfugié puisse déposer une demande d'asile dans un pays qu'il a choisi?

La Suisse peut refuser beaucoup de réfugiés et se sentir souveraine sur son sol. La Suisse peut aussi accepter beaucoup de réfugiés, se sentir forte, solidaire, humaine, internationale. Entre le Réduit National et le Grand Large, il y a encore de la marge pour elle. La barque n'est pas pleine.

2015-09-10 23.37.06.png

DEMANDEUSE D'ASILE

2015-09-10 23.33.5666.png

DEMANDEUSE FRAGILE

 

2015-09-10 23.333.PNG

DEMANDEUSE EN RECHERCHE DE SON HAVRE DE PAIX, SON ÎLE

(une pierre qui vous parle de Pont Saint-Ludovic)

 

 

Les commentaires sont fermés.