23/09/2015

La réponse des migrants de Vintimille à la politique européenne

Ci-dessous, je vous informe d'un communiqué écrit par des migrants qui vivent dans le camp No Border de Vintimille.

Vous trouverez le texte en 4 langues, Italien, Français, Anglais, Arabe, sur le site du Presidio Permanente No Borders Ventimiglia.

http://noborders20miglia.noblogs.org/post/2015/09/22/we-are-not-going-back-il-comunicato-dei-migranti-migrants-statement-ita-fr-eng-ar/

 


En juin le gouvernement français a décidé de fermer la frontière avec l’Italie. Pour protester contre ce blocage entre Menton et Ventimille, nous sommes restés sur les rochers a quelques uns(es), démontrant notre volonté de poursuivre et revendiquant la liberté de circulation et l ouverture des frontières. Cette protestation a rallié des personnes venant de toute l’Europe.
C’est comme cela qu'est né le Presidio No Border. C’est un espace de résistance autogéré dans lequel migrants et activistes vivent et luttent ensemble contre la violence des frontières. Depuis juin, cette lutte se continue et chaque semaine le Presidio no Border manifeste devant la frontière, face à la police contre les expulsions. Contrôles de police, arrestations, détentions exténuantes sont notre quotidien à la frontière franco-italienne. Chaque jour, à la gare de Menton Garavan des personnes sont sorties du train au regard de la couleur de leur peau et déportées au poste de la Police aux frontières. Une fois là-bas, ils elles sont enfermé-e-s dans des conteneurs sans eau ni nourriture ni informations sur leur situation. La Police décide alors arbitrairement de les relâcher en France ou de les renvoyer en Italie, créant un étrange “ping pong humain”.
Nous avons fui la répression de notre propre pays, recherchant une liberté qui nous est refusée une fois encore. Ce qui ce passe ici à la frontière franco-italienne est un autre obstacle mis sur notre chemin commencé sur les côtes méditerranéennes. C’est là où le mythe de l’Europe, terre des droits de l’Homme est apparu dans toute son hypocrisie.
Où est la liberté dont l’Europe est si fière quand elle érige des barrières d’acier et d’indifférence? Qu’est-il advenu des droits de l’homme si la seule réponse aux demandeurs d’asile est leur expulsion?
On s’est échappé des camps de réfugiés dans nos pays où nous n’avons aucune liberté de mouvement. Nous nous retrouvons maintenant en Europe où nous sommes traités de la même manière.
Nous avons fui, pour beaucoup, le Soudan où la Guerre Civile fait toujours rage, où des dictateurs corrompus fomentent des conflits ethniques, divisent le peuple et nous abusent encore et toujours.
Au Soudan il n’y a qu’un parti politique qui régit le pays depuis 26 ans. L’accès à l’éducation et à la santé ne sont réservés qu’à un très faible pourcentage de la population. Chaque mouvement d’opposition est réprimé violemment et nous vivons notre quotidien dans la terreur. L’éducation n’est ouverte qu’aux proches du gouvernement et la corruption est tellement monnaie courante que pour accéder aux soins on doit payer des bakshich.
En Erythrée le peuple vit dans la peur constante de la violence des forces armés du Gouvernement. Le service militaire y est obligatoire pour garçons et filles à l’âge de 14 ans.
Notre expérience est partagée par de nombreuses personnes, africaines et non africaines, qui toutes voient en l’Europe un refuge et la garantie d’une vie décente.
Face à cela, l’Europe garde le silence supportant de fait les gouvernements corrompus et contribuant donc aux situations locales. Elle ferme, dans le même temps, ses portes a ceux-celles qui tentent de fuir ces régimes.
Depuis le camp No Border à Ventimiglia, nous demandons a cette Europe:


– l’ouverture de la frontière franco-italienne et la liberté de mouvement en Europe pour tous et toutes européen(ne)s ou non. Comment cela se fait-il que les européens-ennes puissent entrer facilement dans nos pays quand nous ne pouvons même pas passer une frontière interne de l'Europe?


– Aux pays européens qui ont colonisé l’Afrique, qui en ont fait un champ de bataille rempli de conflits internes, nourris par des chefs corrompus, à l’opinion publique de ceux-la: faites pression sur les gouvernements afin de briser le silence et d’arrêter le soutien a nos gouvernements par l’approvisionnement en armes.


– Nous demandons la révision du traité de Dublin III. Nous réclamons l’arrêt du lien systématique entre le 1er pays d’arrivée et le processus de demande d’asile. On nous demande très souvent nos empreintes digitales a l’arrivée [afin de commencer la procédure]. Mais beaucoup d’entre nous avons des parents ou amis qui vivent dans un autre pays, pays que nous ne pouvons donc pas atteindre au regard de ce traite.


– Le respect du traité de Genève et la garantie des droits de l Homme dont l Europe est tellement fière.


– Nous demandons aux gouvernements européens qui rappellent toujours le droit et la légalité: est ce que les comportements violents et répressifs de la police sont legaux? Les identifications forcées, les mauvais traitements, les menaces, les coups et autres violences physiques sont-ils légaux? Est- ce-que le processus de criminalisation que nous subissons depuis notre arrivée est légal?


– Nous demandons aux journalistes de rapporter nos histoires sans stéréotypes et nos conditions de voyage inhumaines auxquelles nous sommes réduit-e-s en Europe.


L’accueil que nous espérions de la part de l’Europe ne se retrouve que dans quelques individu-e-s, mais certainement pas de la part des gouvernements. Ensemble avec les soeurs et les frères du camp no Border, nous réclamons la liberté de circulation et l’ouverture de toutes les frontières.


“WE ARE NOT GOING BACK”


Les migrant-e-s du campement No Border de Ventimiglia.

 

 

Commentaires

Voir ici ce que cela peut produire tant de générosité naïve:

Tapez sur Google :

Diese Bilder verschweigen die österreichischen Medien: Fachkräfte in Europa

Bonne soirée!

Écrit par : Corélande | 23/09/2015

– Nous demandons aux gouvernements européens qui rappellent toujours le droit et la légalité: est ce que les comportements violents et répressifs de la police sont legaux? Les identifications forcées, les mauvais traitements, les menaces, les coups et autres violences physiques sont-ils légaux? Est- ce-que le processus de criminalisation que nous subissons depuis notre arrivée est légal?

Voyez la vidéo ci-dessus, 18mn de plaisir, selon les propos ci-dessus!

Écrit par : Corélande | 23/09/2015

Cette vidéo avance à quoi? Des émeutes, il y en a sur les stades de foot et à la sortie des matches. Il y en a aussi quand des troupes fascistes affrontent des groupes d'extrême-gauches dans les rues de grandes villes...même en Suisse parfois. A ce que je sache, ce ne sont pas des migrants...

Le mouvement No Borders tient à la non-violence et se revendique d'un combat à la Martin Luther King. Certaines de ses actions peuvent être illégales (manifestations non-autorisées par une préfecture, occupation illégale de lieux publics ou privés). Le combat est inégal pour tous les migrants n'ont reconnu dans leurs droits. Ils sont clandestins, n'ont ni le droit de s'établir, ni le droit de travailler chez nous, ni le droit d'être défendus. Ils sont maintenus dans des conditions de sous-humanité. C'est bien là le problème. On ne leur donne pas la possibilité de revendiquer leur existence parmi nous. Ils sont comme des animaux traqués, persécutés, et chassés. Après ça, si des émeutes éclatent, que dire encore si ce n'est qu'ils n'ont plus rien à perdre même pas leur vie puisque leur vie n'a plus aucune valeur nulle part selon nos gouvernements si droits de l'hommisme...

Corélande, je ne défends pas les actes de violence, encore moins sur des personnes qui ne sont pas responsables de la marginalisation de ses personnes. C'est juste un constat d'échec lamentable de nos politiques européennes en matière d'asile. Et effectivement, si cela continue, les fronts vont se durcir encore. L'extrême-droite se donnera la légitimité de défendre la population contre ces "barbares de migrants" auteurs de tous les vices, porteurs de toutes les tares. Comprenez bien que mon combat est un combat désespéré pour la reconnaissance humaine de chaque personne vivant sur cette Terre. D'autres que moi mènent le même combat et nous savons tous très bien, étant très lucide de la situation, que nous avons plus de chances de perdre le combat que de le gagner. Mais alors, nous serons tous perdants. Et ce sera très douloureux pour tout le monde.

Écrit par : pachakmac | 24/09/2015

Les commentaires sont fermés.