12/10/2015

Les coeurs cosmiques

 

Dans nos nuits romantiques

Je te suivais sur des routes authentiques

Le vent. les étoiles, l'Orient et puis toi,

tes yeux brûlants et mon soleil en émoi.

 

On aurait pu soudainement croire

que nos vies c'était de l'amour à boire,

de la framboise dans les sous-bois

et tes dentelles sur ta peau de soie.

 

On pouvait déjà  imaginer

toutes les tragédies et les contes de fée.

les jours heureux, la corde au cou, le mariage,

les enfants bénis, et les maudits mirages.

 

Les coeurs cosmiques

ont raté leur big bang.

ils se sont  noyés dans ce triste bang bang,

et ce bain d'automne rouge carmin cosmétique.

 

Nous aimions-nous alors d'amour

ou seulement nos corps

avaient-ils besoin de se sentir en accords majeurs

alors que tu jouais déjà tes accords mineurs

d'une enfant migrant vers sa propre liberté?

 

Tu es seule avec tes deux enfants.

Je suis seule avec mes doutes et mon talent.

Pourrions-nous jouer le bonheur

maintenant que tu es devenue majeure,

libre d'habiter ce continent,

libre d'aimer qui tu veux,

libre comme une femme

qui a conquis cet homme en flammes

écrivant plus qu'il ne vit d'amour

entre les bras de sa déesse?

 

On s'attend quelque part.

Reviendrons-nous de nulle part

pour que nos univers finissent leur magie,

que nos coeurs accomplissent le song et sa liturgie?

 

Les commentaires sont fermés.