31/10/2015

"Dieu, Satan, et moi" film d'épouvante, 2015

Synopsis du film:

"Jacko Landstern, un homme décédé depuis 25 ans, se retrouve dans le monde des vivants en tentant de retrouver les raisons de sa mort et du pourquoi de son errance d'un quart de siècle en compagnie d'une citrouille dont il a oublié l'origine.

Confronté à Dieu, représenté dans le film par toutes les religions du monde et leurs gourous, Jacko Landstern s'entend dire qu'il raconte n'importe quoi, qu'il blasphème, qu'il boit trop et qu'il ne mérite pas l'accueil au paradis des communautés religieuses. Aucune ne peut donc l'accueillir et l'accepter vu son état de dépravation. Il est traité de dégénéré et repoussé comme un fils de Satan.

Jacko Landstern, qui se rappelle avoir jadis parties liées d'un peu trop prêt aux domaines de la pornographie et de la prostitution, se rend chez Satan, représenté dans le film par tous les médias du monde et leurs officiants de la messe cathodique. Jacko Landstern s'entend dire qu'il est bien trop scandaleux, que sa vie privée est bien trop démasquée, pour que le Diable l'accepte dans ses ténèbres avec tous les risques qu'il ferait alors courir à ses ex-amoureuses, ses enfants, et ainsi qu'à  lui-même qui se retrouvera nu comme un vulgaire ver de terre devant le monde entier...et les représentants de Dieu. Le Diable lui refuse donc l'accès à ses lumières.

Jacko Landstern retourne alors vers Dieu qui lui ferme sa porte et garde un Silence vertigineux bien que Jacko Landstern ait réussi, grâce à ses ruses quotidiennes, à enfermer à de nombreuses reprises le Diable en personne dans la petite croix qu'il trimballe sur ses épaules, histoire de se rappeler qu'il a été baptisé du nom du Christ Sauveur. Déçu du mépris de Dieu et perdu dans la nuit des temps, il revient affronter le Diable qui prend alors Jacko Landstern au sérieux et lui accorde un charbon incandescent, un blog sur une plate-forme en pleine lumière...pour voir si sa soupe de courge prend et donne finalement à manger aux gogos qui le lisent.

Et miracle, le vieux Jack ,ex alcoolo pornographe et bagnard des cuisines, tombé dans la misère sentimentale et financière, exclu de la société, trouve à éclairer le monde avec sa citrouille..."

"Dieu, Satan, et moi", 2015, film d'épouvante, réalisé et produit par Jacko Landstern.

A rire et à pleurer. On ne vous dira pas si le film fera un bide ou un succès mondial.

2015-09-14 0111111.PNG

 

Soudan du Sud: et dire qu'ils ne sont pas de vrais réfugiés de l'horreur!

Pour Halloween, on aimerait distribuer des bonbons aux enfants et offrir des fleurs aux femmes parce que l'amour est impérissable.

Mais voilà. Les gentilles goules, les Dracula de discothèque et d'alcôves, ne sont pas au rendez-vous dans tous les quartiers du monde.

Je vous rappelle ici que les Soudanais sont des NEM, pas de ces bons rouleaux croustillants vietnamiens préparés avec les mains d'une jolie fille aux yeux bridés. Non. Les NEM, en Suisse, ce sont les jeunes garçons et filles qui débarquent d'Italie et qui sont frappées d'une non-entrée en matière comme s'ils étaient atteints d'une maladie qu'on ne peut guérir. Parce que les accords de Dublin, comme par hasard Dublin est la capitale de l'Irlande patrie de ce bon vieil avare et alcoolo de Jack O´Lantern, si démocratiques, disent que seul le premier pays d'accueil est apte à traiter de la demande d'asile.

Ô Suisse, île merveilleuse entourées de montagnes dont la Méditerranée n'atteint pas ses rivages... Pourquoi ne sommes-nous plus au temps des dinosaures, temps où l'Océan Préhistorique touchait les côtes de mon Jura natal?...

Revenons à Halloween et ses horreurs artistiques. Revenons à Berne, à notre refus confédéral d'accueillir nos soeurs et nos frères Soudanais (je sais, pour beaucoup d'entre-vous la fraternité de résume à votre clan, et encore). Revenons donc à la réalité puisque l'UDC, entre autre, pétrifie les raisons de l'asile dans une fiction bien à elle: les réfugiés d'Afrique Noire ne sont pas de vrais demandeurs d'asile. Ce sont des profiteurs qui viennent sucer le sang de nos institutions et de dangereux islamistes qui viennent propager une religion de haine et de violence.

Question: quand vous lirez ce que vous allez lire ci-dessous, il faudra vous demander qui ment le plus de l'UDC où des rapports accablants sur l'état actuel du Soudan Sud... Attention. Âmes trop sensibles, s'abstenir.

 

"Leurs conclusions n’épargnent ni les forces gouvernementales du président Salva Kiir ni les rebelles menés par Riek Machar, tous deux accusés d’« extrême cruauté ». Les deux camps sont accusés d’avoir ciblé les populations civiles. Le rapport évoque ainsi « des gens brûlés dans des lieux de culte et des hôpitaux », des « charniers », « des femmes de tous âges violées »… Tout aussi glaçant, le document décrit des combattants s’adonnant à des mutilations, voire « ponctionnant le sang de personnes qui ont tout juste été tuées et forçant ceux d’une autre communauté ethnique à boire le sang et à manger de la chair humaine brûlée ». Les auteurs présumés de ces exactions auraient été identifiés mais le document ne livre aucun nom. Une « liste hautement confidentielle » devrait être soumise au Conseil de paix et de sécurité."

http://www.mediapart.fr/journal/international/301015/soudan-du-sud-une-guerre-civile-dune-extreme-cruaute

C'est Halloween. Faites un petit effort dans votre déguisement, ce soir de bal masqué. Je vous propose un slogan et le T-shirt qui va avec pour votre sortie au D club ou ailleurs. Un plat artistique confectionné avec amour et humour pour mes soeurs et frères No Borders du Soudan, et de partout ailleurs.

2015-09-14 0111.PNG

 

HURRYA!

2015-09-14 16.5444.PNG

 

LIBERTÉ

 

2015-10-31 09.11.17.png

 

 SOLIDARITÉ

 

2015-10-13 155555555555555555555555555555555555.PNG

ÉGALITÉ

 

 

30/10/2015

Samhain et les gâteaux de l'esprit

20151005_1051099999.jpg

SEMPRE NO BORDERS

Le Passeur de Nuit, Léo Ferré

(camp No Borders, arbre de Pont Saint-Ludovic, 5 octobre 2015)

 

20151005_105109999.jpg

 

 

20151005_10510999999.JPG

 

 

Jeunesse en péril, misère en exil, capitalisme à l'asile

Jeunesse en péril

misère en exil

capitalisme à l'asile

de fou je cherche mon île

de peur je ne veux plus vivre

de haine tu ne peux pas en vivre

 

Jeunesse en péril

misère en exil

il n'y a que les débiles

pour rêver d'automobiles

qui voyagent dans le temps sans voyager

qui bouffent de l'essence sans s'aimer.

 

Mon corps est en incandescence

depuis que j'ai croisé mon adolescence

par un retour étrange vers mon passé

par un futur étranger qui paraît désespéré.

 

Mon esprit est en effervescence

depuis qu'ils ont osé la défiance,

le rejet, l'expulsion, l'explosion

de notre art de vivre,

de notre culture d'aimer,

de nos rendez-vous sous la lune

qui coûtaient zéro tune

avec nos mirages sur les dunes,

et les filles heureuses comme jamais,

et les garçons aimables comme jamais.

 

Câlines étaient nos nuit.

Félins étaient nos jours.

Les grands fauves libres

et les gazelles dans le champ

vivaient dans cette jungle

et l'amour jonglait avec nos vies.

 

Jeunesse en péril

misère en exil

capitalisme à l'asile

de fou je cherche mon île

de peur je ne veux plus vivre

de haine tu ne peux pas en vivre

 

Jeunesse en péril

misère en exil

il n'y a que les débiles

pour inventer des automobiles

qui voyagent dans le temps sans voyager

qui bouffent de l'essence sans s'aimer.

 

Je n'ai ni conte de fée ni compte en banque à t'offrir.

J'ai un compte ouvert

à la Société Générale du Gai Savoir.

Si t'aime ça, like me,

et rejoins-nous.

Deviens un bangstair

dans notre banque artistique.

 

2015-10-13 15555555555555555555555.PNG