21/11/2015

Rencontre du troisième type avec les Parisiens

Pluies incessantes et bourrasques sur Paris en ce jour en huit après le terrible attentat.

Un temps d'hiver, glauque et sinistre, une population vaillante et rebelle qui ne courbe pas l'échine. Non. Paris ne baissera jamais les bras devant l'adversité, et le temps des intégrismes qu'ils veulent nous imposer à tous n'aura pas raison du temps des Lumières que nous désirons avec insistance et forces spirituelles comme morales.

Place de la République, la foule anonyme défile devant les hommages fleuris, les mots de rage, de consolation, de paix, d'humanité meurtrie par la violence inouïe de quelques individus fanatisés qui pensent trouver Allah dans ce carnage, ce déferlement de haine commis sur les peuples qui vivent unis en liberté de pensée.

Il fait nuit. Je viens de quitter Jann Halexander, le poète, cinéaste, homme de théâtre, musicien, auteur, compositeur, et interprète de chansons qui touchent les coeurs de celles et ceux qui aiment encore les chansons à texte et les recherches musicales originales.

Cet homme est pourvu d'une douceur naturelle et d'une gentillesse profonde, presque mélancolique. Il a répondu spontanément et immédiatement à ma venue parisienne m'accordant de son temps et de sa personne sur le temps de sa créativité. Il m'a fait visiter son quartier, La Chapelle, le Cenquatre, nouveau lieu de polycultures artistique dans Paris. Et nous avons passé un beau moment de partage dans un joli bar sur la place de la Bibliothèque biotechnologique "Vaclav Havel", lieu même où se tenait durant l'été dernier un squat sauvage de migrants venus d'Afrique via l'Italie et Vintimille-Menton.

Jann reste d'une simplicité et d'une humilité spontanée face aux évènements tragiques qui l'ont aussi touché personnellement et de près puisque des gens qu'il connaît ont perdu des proches dans cette attaque terroriste sur Paris.  Nous avons pourtant pu parler en toute liberté de ces évènements ainsi que de ces projets artistiques en cours.

Personne ne peut oublier "ça" me fera-t-il comprendre à travers ses mots; ce "ça" qui fait automatiquement référence au "plus jamais ça" de la dernière guerre mondiale, cette boucherie immonde provoquée par la lâcheté initiale de tous les gouvernements aux responsabilités européennes et mondiales face au fascisme représenté par Hitler, aujourd'hui peut-être, l'Histoire le dira aux générations futures, Bachar el Assad, ce faux multiculturel, qui a non seulement massacré son peuple et vidé son pays de sa population mais a aussi garanti le succès de Daech en libérant les plus dangereux islamistes radicaux de ses sinistres prisons pour créer le chaos indescriptible que l'on connait aujourd'hui, près de cinq ans après le début du Massacre syrien. Lui, mais pas seulement. Nos gouvernements sont impliqués dans le fascisme mondialisé qui s'impose peu à peu dans les consciences et que l'on connait trop bien à travers les partis d'extrême-droites. Saoudiens et Américains en savent quelque chose plus de cent ans après leurs accords pétroliers qui ont amené à la fortune hyper colossale d'une secte islamiste, les waahabites, hors de toute atteinte... Et nous les Européens et Russes aussi savons cela, Paris, son football et ses hôtels luxueux en premier...

Vendredi 13, c'est comme le massacre de la Saint-Valentin en plus important, bien plus important, sauf que pour ce dernier c'était deux clans mafieux de Chicago qui s'affrontaient alors que lors de Vendredi 13 c'est une population désarmée, innocente ou jouant l'innocence meurtrie devant cette mondialisation de la planète nous concernant tous, qui assise aux terrasses des cafés, qui faisant la fête avec un groupe rock, qui assistant à un match de football, contre cette bande barbare de jeunes mafieux incultes se prosternant naïvement et cyniquement pour un culte satanique dédié à un islamisme sectaire et sans aucune perspective d'avenir pour l'Humanité si ce n'est la disparition totale de notre existence en temps qu'espèce de la Terre et la résurrection promise pour aucun et aucune d'entre nous, soit l'enfer apocalyptique assuré à tous par ce culte satanique, élitiste, fasciste, nihiliste.

Voici quelques images, peu nombreuses, tant je n'ai finalement pas voulu photographier les gens dans la douleur sur la place de la République et le parterre de fleur extraordinaire filmé hélas jusqu'à la nausée par tant de caméras intrusives transmettant les images sur Facebook, Twitter, et sur les médias officiels. Vous les connaissez déjà ces images du lieu de recueillement en face du Bataclan et devant la place de la République, entre autres.

Alors je vous laisse en compagnie de l'homme du troisième type et de son étrange machine artistique fait d'enfantillages et de poésie. Je vous quitte donc ce soir avec Paris dans son deuil et son recueillement, Capitale, notre Capitale à toutes et à tous du monde des Lumières.

2015-11-21 22.16.19.png

 

2015-11-21 22.18.04.png

 

20151121_200448.JPG

 

20151121_200714.JPG

 

20151121_200754.JPG

LA LUMIÈRE DE PARIS PROTÈGE NOTRE HUMANITÉ DE LA FOLIE APOCALYPTIQUE

 

2015-11-21 22.21.17.png

JANN  HALEXANDER DEVANT SA DRÔLE DE MACHINE DE L'ESPACE AU CENTQUATRE, LA CHAPELLE

2015-11-21 20.55.522.png

 

2015-11-21 20.5555.PNG

 

 

Les commentaires sont fermés.