24/11/2015

Collectif R: une occupation indispensable d'une salle de l'UNIL

Tant de silence, de suspicion, de lâcheté, d'abandon, d'envie de ne pas se mêler de cette "sale affaire", oui une sale affaire que celle des refus d'entrée en matière, les fameux NEM QU'ON N'AIME PAS VOIR CHEZ NOUS.

Cacher ce problème qu'on n'oserait  pas affronter autrement que par l'expulsion "ni vu ni connu" d'êtres humains qui ont déjà beaucoup souffert pour arriver jusque chez nous et qui se voient signifier un refus définitif sans même étude des dossiers.

Un scandale silencieux que le Collectif R a décidé d'empêcher plus longtemps. Débat il doit y avoir et débat il y aura au sein de la population. La situation actuelle n'est plus tenable. Se réfugier derrière les accords de Dublin pour se permettre de se laver les mains est d'une lâcheté innommable de la part de nos politiciens et politiciennes.

Vous pouvez signer la pétition du Collectif R sur sa page. Avec eux, solidaires tous ensemble contre ce monde suicidaire qui s'arme de plus en plus tout en perdant son âme, son devoir d'assistance à personnes en danger d'expulsion, en danger de non-existence.

 

Ni vu ni connu

je marche la tête nue

levée vers ciel

en cherchant l'essentiel

 

Ni vu ni connu

je croyais avoir le goût à l'inconnu

mais l'inconnu ne voulait pas de moi

il voulait juste finir ces fins de mois

 

Ni vu ni connu

je n'ai plus le droit d'exposer ma vie à nue

juste le droit d'expulser mon coeur

hors de vos mémoires engluées par la peur

 

Ni vu ni connu

j'ai perdu le droit d'être entendu

pardon si je veux exister

pardon si je veux résister

 

pardon si je suis ce migrant déshérité

auquel vous ne portez jamais regard attentionné

 

Ni vu ni connu

j'ai trouvé des amis dans la rue

des enfants du cirque des étoiles

des saltimbanques qui parlent de nous sur la Toile

 

De moi de toi

je veux le meilleur

Mais si de toi à moi

ne reste que la douleur

du refus

du malentendu

de notre non-entrée en matière

alors il faudra bien une chaire

et des âmes qui t'expliquent

nos rêves de libertés utopiques

et de fraternité mondiale.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.