27/11/2015

Tu aimes les filles les garçons

Tu me fais un signe,

signe d'été indien et je saigne.

Peux-tu me sourire dans la nuit

avec ta bouche qui me hante

et me tente comme ce fruit défendu

qu'Eve offrit à Adam?

 

Ta bouche me fait tomber

entre tes pommes d'amour

et tes petits seins sont des bombes

qui fragmentent mes sentiments

en mille couleurs africaines.

 

Dis-moi.

 

Te reverrai-je un jour

alors que je t'ai laissée

avec mon faux numéro,

mon faux désir de ne jamais te revoir

pour t'éviter un homme pas fait pour toi,

un homme qui se fait un peu vieux,

un homme qui n'a plus l'âge

des folies adolescentes?

 

Te reverrai-je un jour

toi la fille dont je me frotte encore les yeux

pour croire à la réalité de notre nuit

passée au milieu des bulles de champagne,

avec ces amis provisoires,

ces gens qui s'étonnent de nous voir

tournoyer ensemble comme des papillons

assoiffés de soleil

et qui nous croient amoureux

depuis très longtemps

bien davantage

que ces quelques heures d'année-lumière?

 

Te reverrai-je un jour

toi qui aimais tant la vie

et qui entraînais cette jolie Française

dans ta danse d'amour et de fraise.

Te reverrai-je un jour

Toi qui aimais cet inconnu

et qui l'entraînait à la folie

dans tes tambours d'amour?

 

Tu m'as marqué au fer rouge

dans cette nuit parisienne

qui n'était pas faite pour nous

mais que nous avons prise d'assaut

par les feux de l'amour

et cette passion sans frontière

qui m'habite et t'habite.

 

Ton visage, tes cheveux courts,

tes yeux, ta bouche,

ton impatience adolescente,

tes mains sur mes fesses,

tes griffes sur ma peau,

et ton corps  de liane que j'ai laissé vierge

pour rêver de toi comme d'un ange.

 

Quand tu seras grande

et que je serai plus jeune,

dans ce monde de vitesse et lumière

je te ferai l'amour comme un dieu

chassé du paradis

par son âge et les conventions sociales.

 

J'ai les larmes qui m'en coulent

en t'écrivant ces mots perdus

dans le vide de ma vie solitaire.

J'ai le goût du champagne

dans ta bouche qui me revient.

Et j'aimerais en cet instant

t^étendre sur la plage de mon lit

afin d'écrire une autre page

de notre folle histoire.

 

Mado, Madolescente,

soleil de ma nuit transcendante,

je danse seul avec toi.

 

Les commentaires sont fermés.