29/11/2015

Ne vous déplaise, ils nous racontent des fadaises

Comment croire un gouvernement qui récupère un attentat pour défendre sa politique de plus en plus autoritaire? Comment marcher avec un gouvernement qui marche la tête en bas en emprisonnant à résidence de jeunes manifestants qui cherchent un monde fait de moins d'injustices et de tous ces gros mensonges emballés dans le plan com et adressés au peuple via le poste de télévision?

Vaut-il mieux pour notre jeunesse mourir idiote que de vivre debout, les armes de la solidarité dans le coeur, la rage devant toutes les injustices  humaines et les plaies faites à la nature, les funestes entreprises de domination de quelques individus qui se croient seuls au monde et très sûr de faire plier le monde entier à leur botte d'acier?

Au bar, tonight, j'irai pêcher des poissons imaginaires qui vivent dans ma tête et je te les offrirai dans notre aquarium pour que tu aimes les couleurs des espèces en voie de disparition.

Au bar, tonight, accoudé en face de toi, amoureux de tes yeux, j'irai pêcher les mondes qui nous font vivre encore. Il n'y aura rien que l'envie de se sentir vivre en liberté, loin de leurs prisons, de leurs frontières, de leurs illusions de puissance et de gouvernance. Il n'y aura que toi et notre amour pour refaire ce monde qui refuse d'aimer, qui s'enfonce dans la haine et qui s'imagine qu'avec la haine tout ira bien mieux une fois la place nettoyée, une fois le sang versé, une fois les enfants déchiquetés par leurs bombes.

Au bar, tonight, j'irai comme le marin qui revient de la grande marée et qui voudra connaître les petites rues d'une sirène prête pour la fête des sens. Il n'y aura rien que le sentiment du devoir accompli face à leur volonté de détruire le monde à force de croyances et d'idéologies surfaites et largement défaites par les vagues d'attentats à la pudeur citoyenne qu'ils pratiquent tous les jours dans leurs palais royaux en interdisant la liberté de s'exprimer, en violant les espaces publiques réservés aux enfants survivants cherchant leur place en ce monde terrorisé qui les refuse parce que venus d'ailleurs, parce que rêvant ailleurs, parce que vivant dans l'utopie d'une planète généreuse offrant ses bienfaits à tous ces humains voyageant vers la paix et l'abondance d'un monde libre, amoureux de la vie, des gens, des peuples, de la nature.

Au bar, tonight, ils n'y aura pas d'hainarques enragés lâchant leur bave sur les braves petits gars et jeunes filles révolutionnaires. Nous serons, toi et moi, avec nos mains qui caressent, nos bouches qui s'effleurent, nos sexes qui se cherchent dans la nuit pour se retrouver au petit jour plus heureux et plus forts de leurs combats quotidiens. Sauras-tu deviner tous les embruns qui m'habitent? Saurai-je trouver tous les sésames qui m'ouvrent à toi? 

Refaire une longue nuit d'amour après une très longue route. C'est mon état d'urgence. Sauras-tu le satisfaire?

 

Les commentaires sont fermés.