04/12/2015

Haro sur l'Etat d'urgence

L'état d'urgence provoqué par la disparition de nombreuses personnes suite aux attentats de Paris ne peut ni de doit se transformer en Etat d'urgence policier et militaire donnant des ailes au fascisme et au jusqu'au boutisme réactionnaire.

Jamais un gouvernement socialiste français n'aura été aussi loin dans le reniement de sa propre identité. Jamais un Président socialiste n'aura réagi aussi avantageusement aux sirènes du populisme, de la haine intérieure entre communautés. C'est vers plus de communautarisme que l'esprit actuel du gouvernement français dirige. C'est vers encore plus de stigmatisation des minorités étrangères que poussent les décisions de cet Etat devenu ultra-défensif et de moins en moins apte à se faire entendre de sa frange exclue, de ses quartiers fragiles, de cette jeunesse souvent délaissée et sans avenir au sein de la République.

La Gauche n'existe plus, morcelée, explosée par François Hollande. Un homme de gauche ne peut plus se retrouver dans ce gouvernement qui s'en prend à une jeunesse alternative, mondialiste, sensible à un changement radical au sein de nos sociétés. Nous sommes en plein populisme de gauche, populisme qui, à terme, mène forcément vers la dictature et l'Etat policier cher aux anciennes dictatures du bloc communiste des pays de l'Est.

Hors l'état d'urgence citoyen né de Vendredi 13 n'est pas perçu par la vraie gauche comme un Etat d'urgence qui s'en prend aussi massivement aux libertés individuelles, aux droits de manifester pacifiquement, et qui risque même de bouleverser les codes français de la nationalité.

Qui veut de cette France-là dérivant vers des zones interdites où il y aurait de vrais Français qui ont une seule nationalité et des Français métissés qui ne seraient pas 100% Français mais seulement des Français administratifs qui pourraient perdre leur nationalité en cas d'acte terroriste? Et si le terroriste d'origine tunisienne fait exploser une bombe à Tunis, qu'il revient en France après son acte et qu'il se fait arrêter en France, perdra-t-il sa nationalité française pour conserver sa nationalité tunisienne? Est-ce à dire que le terroriste est d'abord extérieur à la France et que ce pays ne reconnaît pas un terrorisme intérieur né des carences de son éducation, de son instruction, de son intégration sociale?

Et le terroriste français pur souche? Il restera, lui, Français à jamais même s'il fait sauter une ville entière? C'est faire injure aux communautés d'origine étrangère que de leur signifier que parmi eux, il y aura toujours la possibilité de destitution de la nationalité alors qu'il n'y en aura jamais du côté du pur Blanc français. C'est faire référence à la pureté de la race, donner au droit du sang une valeur supérieure au droit du sol. C'est donc faire gage de soumission aux idées et aux valeurs de l'extrême-droite et à la famille Le Pen.

Non. Ce gouvernement socialiste, à sa façon de réagir contre le peuple de Paris, celui qui a formé cette grande chaîne humaine multiculturelle et internationale ce dimanche 29 novembre entre Place de la Nation et Place de la République, n'est pas l'idée que je me fais de la Gauche. Le Président Hollande rend encore les Français et Françaises plus méfiants, plus tétanisés par la peur, plus prêts de la rupture communautaire et de la guerre civile.

Le risque d'attentats n'est pas amoindri. Il est sans doute encore plus grand. La France n'est pas géographiquement très éloignée des zones de guerre moyenne-orientales. La France a une très forte population d'origine maghrébine. Vouloir à n'importe quel prix faire du terroriste cette bête immonde issue d'un milieu qui ne saurait être la France c'est vouloir se détacher de ses propres responsabilités envers le trou béant que creusent les partis et les élites politiques français depuis de très nombreuses années. Le terrorisme importé existe. Mais en France, très rares les attentats, si ce n'est inexistant, qui n'auront pas connu jusqu'à ce jour  la marque de fabrique française et européenne, jeunesse délinquante laissée-pour-compte de la politique ultra-libérale menée depuis le début des années 80 et initiées par le Reaganisme et le Thatchérisme. Parler de terrorisme migratoire, c'est juste encore une fois pour faire très peur aux Français et Françaises et se justifier à bon compte de la politique migratoire menée qui reste essentiellement une politique de discrimination et d'expulsion envers la plupart des migrants et migrantes.

Non. Cette France Hollandaise n'est pas la France que j'aime. Haro sur l'Etat d'urgence.

 

 

Les commentaires sont fermés.