06/12/2015

Bachar al Assad va "sauver" la Syrie après l'avoir assassinée

Extraordinaire comme le bonhomme parle en stratège de la démocratie...

S'il y a, dans un futur rapproché (sic), des élections démocratiques en Syrie sur les ruine actuelles de la guerre, le tyran au masque de fer démocrate ne se refusera pas d'être un des candidats à l'élection si le peuple le veut!?!

Mais le peuple de Syrie, c'est qui aujourd'hui? D'abord les gens qui ont survécu à Damas dans une paix relative ainsi que ceux et celles de la province de Lattaquié, fief des Alaouites minorité religieuse musulmane, et club sélectif du tyran. Il est vrai que Assad sait combien la protection des siens est importante après les récentes attaques de la chaîne qatarie Al Jazeera, l'amie du gouvernement Hollande qui vend ses avions et ses chars à ce pays ami (sic), et qui promet un génocide total contre les Alaouites, cette culture religieuse proche d'un islam tolérant et ouvert... On y perdrait ses petits bouts de latin tellement c'est dur d'entendre qu'un des courants les plus ouverts de l'islam entretient à sa tête gouvernementale un dictateur sanguinaire qui n'a pas épargné les populations civiles dans sa guerre contre l'ennemi aux milles ramifications théologiques, nationales, et ethniques. L'Orient compliqué, c'est franchement à s'arracher les cheveux. Lire pour cela l'article de Bahar Kimyongür ici: http://www.michelcollon.info/Al-Jazeera-une-tele-genocidaire.html.

Donc, il nous faut repartir avec ce bon docteur ophtalmologue génocidaire de son propre peuple pour éviter un nouveau génocide sur les Alaouites. Il nous faut reprendre langue avec celui qui n'a jamais voulu quitter son rôle de dictateur, qui a développé le terrorisme islamiste de manière intensive, participé à la création de Daech grâce à la libérations d'islamistes radicaux et idéologues très dangereux. Il nous faut nous accoutumer à négocier avec les appels à la haine, serrer des mains traîtresses qui nous veulent des attentats et pire encore, qui vont du Qatar en passant par l'Arabie Saoudite pour aboutir à Assad, sans jamais se préoccuper de l'Opération Croque-Mort des dictatures du monde entier qui nous tiennent dans leurs tenailles à travers leurs fortunes colossales et qui achètent les peuples pour créer plus de terrorisme, plus de guerres, de barbarie, de violences et de viols inouïs.

"Ainsi a été cette journée en Suisse et dans le monde à notre connaissance" disait le journaliste Pierre-Pascal Rossi à la fin de l'émission du Téléjournal romand dans les années 80.

Avec les drames qui se succèdent les uns aux autres, nous pourrions devenir très sombres et réinventer la formule pour Darius Rochebin:

"Ainsi a  été cette journée suicidaire en Suisse et dans le monde à notre connaissance".

Un journaliste qui a langue avec Bachar peut-il poser une question éthique au dictateur qui ne m'a pas accepté sur son territoire il y a quelques années de cela juste en même temps que les attaques au gaz mortel à Damas:

"Comment défini-t-on une dictature qui finit dans le sang et la destruction du pays et du peuple dont son dictateur a été incapable d'assumer sa grande part de responsabilité et qui veut encore et toujours se présenter propre et net devant son peuple"? 

Une imposture monstrueuse ou la blague la plus cynique jamais proposée par un tyran. Même Adolf Hitler n'a pas osé pareil coup de poker et a préféré le suicide plutôt qu'une tentative de réhabilitation internationale et nationale.

 

Les commentaires sont fermés.