13/12/2015

L'art ne cherche pas une justification des moyens

L'art ne se satisfait pas d'une explication totalitaire. C'est tout le contraire. L'art prend sa liberté d'interpréter le monde et de témoigner de son temps.

Personne ne peut justifier la violence au nom de l'art romantique et anarchiste. C'est une déviance de la vision artistique, non une libération. Flinguer au nom d'une justice personnelle et éliminer son prochain sans plus lui laisser aucun espace de vie n'est pas la prétention de l'art libéré et encore moins sa justification.

La révolte artistique se définit comme une prise de liberté face aux pouvoirs qui oppressent le monde et le rend impropre à l'existence. Construire des spectacles où la violence, la pornographie, intervient ne signifie en aucun cas que l'artiste est en accord avec la criminalité réelle et l'exploitation éhontée des femmes. Ce sont juste des schémas de représentation pour parler des injustices dans le monde et des violences ordinaires qui peuvent découler de telles pratiques, le meurtre, le viol, la soumission des femmes, la domination des hommes.

Le consentement de l'acteur ou de l'actrice à recréer des scènes de violence ou de viol va de pair avec son refus catégorique de telles pratiques dans la réalité car sinon nous ne sommes plus dans la création artistique mais bien dans le crime ordinaire et condamnable comme tel.

Il est très dangereux de mettre en parallèle la créativité artistique avec la réalité des actes de la vie car nous nous dirigeons tout droit vers une justice censurant et condamnant l'oeuvre avec l'appui des populismes, voir plus grave encore, jetant l'artiste en prison où l'assassinant au nom de sa dépravation présumée. Ce que les pouvoirs fascistes, justement, rêvent de faire avec les artistes libres et anarchistes.

J'exprime donc ici mon désaccord total avec le billet de "Revolvers aux poings..." du blogueur John Gotelen. Comparer les surréalistes, les anarchistes artistes, les dadaïstes avec Daech est d'une grande perversité. Aucun artiste digne de son art ne peut approuver les comportements violents des islamistes ni même les causes qu'ils défendent. Par contre, les artistes ont le devoir d'exprimer leurs désaccords avec une société qui exploite les plus faibles à travers des oeuvres fortes qui mettent en accusation les pouvoirs, les manipulations, les lavages de cerveau.

Ne pas tout mélanger est le premier commandement d'un artiste respectant les artistes "dégénérés" où "appréciés" comme tel par les fachos de tous bords, artistes romantiques et anarchistes qui dérangent et perturbent l'ordre du monde à travers leur créativité explosive...

Il est temps que les artistes romantiques ne se laissent plus marcher sur le ventre par les hordes de fachos qui leur veulent du mal ou en tout cas aucun bien.

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2015/12/13/revolvers-aux-poings-tirer-au-hasard-dans-la-foule-272537.html

 

Les commentaires sont fermés.