18/12/2015

Ceux qui rêvent du Moyen-Âge et ceux qui vivent au XXIème siècle

Patrie des droits de l'homme et de la révolution démocratique, la France doit se battre contre deux nostalgies extrêmement dangereuse:

Premièrement, le désir très puissant et fantasme de Califat islamique mondialisé sur le modèle de l'islam originel proposé par le Prophète Mohamad qui trotte dans les têtes des plus irréductibles combattants de la ligne dure contre la démocratie et la modernité actuelle des moeurs et des idéaux républicains.

Secondement, le désir tout aussi inextinguible et le fantasme de revenir à des souverains tout-puissants qui dirigent d'une main de fer un peuple soumis à la règle d'or royale avec une reine ou un roi, sa noblesse, ses preux chevaliers au service de la reine Le Pen (parce que c'est d'elle dont on parle ici) défendant le royaume de France des Petits Blancs contre les horribles envahisseurs et dévastateurs venus d'ailleurs qui s'octroieraient le terrain, imposeraient leurs moeurs et coutumes chez nous, créeraient le terrorisme pour mieux asseoir leur pouvoir et nous détruire de l'intérieur. Il faut donc la Reine Le Pen au pouvoir pour remettre tout en Ordre et chasser les impies et hordes de barbares sauvages qui veulent notre destruction et notre mort.

Gilles Keppel place le curseur au bon endroit et son livre fait oeuvre de salubrité républicaine. L'effet miroir exercé entre le Front National et le terrorisme islamiste est tout-à-fait la juste perspective visionnaire que nous propose les idéologues des deux parties en présence. C'est un Moyen-Age réintégré, une nostalgie d'un Age d'Or impérissable et donc souhaitable qui est réclamé des deux partis.

A l'appel au djihad islamiste des uns, réponds le Royaume des Croisés des Autres.

Celles et ceux qui rêvent de chevaleries galantes peuvent rester au XXIème siècle et vivre dans notre modernité, avec nos droits de l'homme modernes, notre démocratie avancée bien que vacillante sur ses bases à cause de tous ces milliers de nostalgiques qui rêvent d'un autre temps. Notre utopie ne se tourne pas vers le passé. Notre utopie se tourne vers un futur démocratique pour tous, une liberté, une égalité, une fraternité entre les peuples du monde entier. Le rêve est colossale. Mais il ne peut pas attendre et surtout ne peut pas laisser le Moyen-Age revenir au galop avec ses guerres monstrueuses, ses crimes immondes, ses rois et ses serfs, ses nobles de droit divin qui protègent leur petit royaume alors qu'ils sont décadents, sans inventivité, sans même assez intelligents pour comprendre que nous sommes au XXIème siècle et non au VIIème siècle.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/12/17/tweets-de-marine-le-pen-ce-que-dit-vraiment-gilles-kepel-sur-le-front-national-et-le-terrorisme_4834294_823448.html

 

 

Les commentaires sont fermés.