18/12/2015

Les cadeaux de Noël volent en escadrille

L'année 2015 aura été une année hors-norme pour l'Histoire de l'Humanité.

A deux titres au moins. Sur l'histoire des migrations de notre planète. La mise sans dessus-dessous d'un ancien monde avec ses frontières bien définies, ses visas accordés dans la légalité aux pays du reste du monde en dehors de l'Europe. Les migrants et migrantes ont tout flanqué par terre et même les bases légales de Schengen et Dublin ont tremblé sur leur base et vont continuer à être remises en question dans les années qui viennent. Les réfugiés sont arrivés en masse. Et tout soudain on en arrive à une autre conception du monde et de la démocratie. Les indignés, les anarchistes se sont plus que jamais réveillés de leur demi-sommeil et ont aidé les réfugiés comme jadis les Justes aidèrent les Juifs sous le règne nazi. Et lé plus émouvant, c'est sans doute la Chancelière allemande, Angie Merkel qui nous l'a offert à nos yeux ébahis. De sa force personnelle toute en tranquillité, de son pouvoir de Chancelière, elle a ouvert les portes de l'Allemagne aux réfugiés et cela pour près d'un million d'entre eux, dans le pays où régna jadis le pire fascisme jamais organisé sous nos temps modernes.

Secondement, sur le plan de la santé de notre planète, les Etats prennent pour la première fois la mesure de l'importance d'agir dans l'urgence pour tenter d'inverser la tendance au réchauffement climatique qui engendrera des catastrophes humanitaires et naturelles. Pour la première fois dans l'Histoire des Hommes, la planète entière se sent responsable de la sauvegarde de notre biosphère et biodiversité végétale et animale. Même si la COP21 n'a pas donné toutes les promesses attendues et que nous attendons nos propres actes citoyens et étatiques pour constater les résultats, nous nous dirigeons enfin vers des énergies propres et renouvelables en abandonnant peu à peu les produits issus de l'or noir et, peut-être, de l'énergie atomique qui nous est pas si avantageuse que ça à tous les points de vue.

Ce constat fait sur la marche de notre monde, je dois ici parler du bilan de mon année à titre individuelle. C'est aussi une année exceptionnelle. D'abord ma décision d'entrer en forte résistance contre les politiques migratoires de notre Europe et d'Helvétie. Je ne me suis jamais mis autant à la marge en me déclarant No Border assumé pour défendre des femmes et des hommes qui ont vécu et traversé l'enfer pour arriver jusque chez nous. Et cela, j'en suis naturellement conscient, j'ai agi en fonction de mon propre parcours de vie qui a aussi connu ses exclusions et ses désespoirs personnels. Je ne pouvais donc que connaître les sentiments contradictoires des nouveaux arrivants d'Orient et du Sud. Mon voyage à Ventimiglia, à la frontière franco-française, et mon intégration réussie au camp des anarchistes No Border soutenant les migrants dans leur lutte pour passer la frontière, fut une révélation. Cette jeunesse italienne là, mais pas seulement, était et est pour moi à la pointe des progrès humains de notre Civilisation. J'ai vécu une expérience fabuleuse avec tous ces jeunes gens et jeunes filles investis de la mission d'aider des migrants en détresse qui n'avaient, en retour, que sourires, espoirs, et reconnaissance envers nous. Des témoignages photos et vidéos témoignent de ce camp qui a duré trois mois avant l'intervention policière brutale qui a tout rasé et remis les lieux "propres en ordre" selon les ordres de la ville et de son maire. Et pourtant, combien de moments de grande humanité vécu entre nous tous, de partage solaire, de rires et de larmes. Je n'oublierai jamais ces dix jours parmi les plus beaux de mon existence.

Ensuite, il y a ce voyage vers Paris le 21 novembre dernier et cette première manif post-attentat du Vendredi 13 avec des gens venus soutenir la cause migratoire. En vérité, je vous le dis, je ne sais toujours pas comment nous avons pu manifester et circuler sans violence de la Place de la Bastille jusqu'à la Place de la République au milieu des voitures et des sirènes de police. Pour moi, il y a quelque chose de mythique à la réussite de cette manifestation en plein Etat d'urgence. Les vidéos et photos faites ce jour-là témoignent encore de ce passage à l'acte qui reste pour moi la beauté anarchique à l'état pur face au risque de pouvoir autoritaire, voir de fascisme, qui pourrait s'installer si nous ne veillons pas à faire valoir nos libertés de citoyennes et citoyens.

Je dois aussi vous parler de ma rencontre avec le chanteur Jann Halexander à Paris qui m'a fait découvrir son quartier de La Chapelle et le nouveau lieu culturel branché de Paris, Le Centquatre. Une rencontre très très réussie et je sais que mon prochain voyage à Paris sera en priorité un concert donné par l'artiste dont j'apprécie les multiples talents artistiques et humains. A bientôt, Jann!

Et puis, je dois aussi dire ce qui est de l'ordre de l'incroyable et du plus grand que nous. Alors que je ne cherchais plus rien, désabusé par les femmes et mes échecs répétitifs, j'ai vécu une nuit magique avec une gamine black de 24 ans prétendu mais dont j'en donnais 18 (excuse-moi Mado, tu es une gamine pour moi) qui m'est tombée dessus comme quelque chose qu'on attend plus jamais dans sa vie. Une nuit dance incroyable avec au final un brin de chasteté puisque nous n'avons pas conclu notre folle nuit dans les bulles de champagne. Il faut savoir s'arrêter quand on sent que rien ne sera jamais possible au-delà de la nuit. Ne pas profiter d'une jeunesse qui se donne est aussi un signe de loyauté et de pureté à l'amour unique donné et pris sur un dancefloor.

Et puis voilà, c'est quasi Noël. Et je suis tombé raid amoureux d'une autre fille aussi intelligente, spirituelle, que belle et jeune. Et puis je ne sais rien de la suite parce que c'est tellement récent et tellement puissant. Donc, vrai, je suis amoureux et j'ai déjà pu le constater à mon travail en faisant des trucs qu'y n'arrivent jamais en temps ordinaires comme me tromper de garnitures pour un menu du jour et d'autres petites choses qui rendent un service encore plus stressant pour la cuisine. Bref. Je ne suis pas dans mon état normal. Donc, je suis amoureux pour de vrai.

Et puis, la cerise sur le gâteau tarte à la crème et bonbons roses. Le journal "Le Temps" parle de mon blog en sa page 2 de ce jour et cela au sujet de la jolie chemise edelweiss si chère à notre Helvétie. Et là, ce n'est pas un simple jeu de mots, c'est une vraie résurrection médiatique après plus de 20 ans dans l'ombre à la suite de mes folies "artistiques" ordinaires de l'époque qui me valurent d'être rejeté en marge de la société et des médias. Aujourd'hui, je pense sincèrement que les responsables en chef de ce journal et de son ancêtre le Nouveau Quotidien ont eu parfaitement raison de cette cruauté à mon égard. C'était soit je disparaissais à jamais soit je progressais de façon fulgurante, un peu comme un cheval fou dont on ne sait s'il va finir par se tuer tout seul ou devenir un cheval racé qui donne des gages de grandeur et d'équilibre à sa propre existence. Le pari était là. Et modestement, vu le succès d'estime de ce blog lu par de nombreuses personnes, le pari est réussi au-delà des espérances puisque "Le Temps" me réintègre d'une façon tellement charmante et bucolique au milieu des edelweiss que je ne peux qu'être heureux comme un enfant migrant qui a retrouvé sa famille d'origine après tant d'années de désert et de solitude.

Voilà. Tellement de choses vécues si fortes, si intenses, si magnifiques et magiques. C'est trop pour un seul homme et j'espère mériter tout cet amour et cette confiance retrouvée en moi et envers les Autres.

Pour finir ce billet sur une note humoristique mais grave, je dirais que le retour vers la lumière et tous ces cadeaux qui volent en escadrille sont peut-être aussi le début des vrais emmerds post-reconnaissances. Le succès n'est pas toujours source de bonheur et l'on connaît trop bien les jalousies, les questionnements délicats, celles et ceux qui cherchent à faire du mal ou simplement à savoir, ou pire encore, les terroristes qui guettent celles et ceux qui ont trouvé une aura médiatique et une oreille populaire. Donc, prudence de Sioux, je suis très lucide sur ce retour médiatique et les dangers auxquels il risque de m'exposer un jour ou l'autre.

Je veux encore dire ceci à mes détracteurs et détractrices: si une vie d'homme vous dérange dans sa façon de faire ou d'agir, critiquez cet homme mais ne le rabaissez pas à l'insignifiance car un homme qui dérange est forcément un homme qui soit dérange nos habitudes soit dérange l'ordre social soit dérange notre trop belle tranquillité. Il est donc, d'une certaine manière, précieux à la société dans laquelle il évolue.

It's my life. Yé yé yé yé!

http://www.letemps.ch/opinions/2015/12/17/chemise-motif-edelweiss-symbole-pur-ambigu

P.S. Pacha K Mac blog a aussi un blog sur le site Médiapart sous son vrai nom de citoyen: Jean-Marie Gumy. C'est sur ce fameux site d'opinions français que le journaliste du Temps a posé son lien. Comme quoi, mieux vaut être blogueur à Paris qu'à Lausanne ou Genève:-))...

Les commentaires sont fermés.