26/12/2015

L'expérience individuelle s'inscrit dans l'expérience collective

Le retour des fascismes d'ici et d'ailleurs ne peut s'expliquer que par l'abandon progressive de l'expérience individuelle au profit de certitudes et de dogmes qui offrent une pureté idéologique enfermant l'individu dans des comportements sectaires faisant de l'Autre, celui qui vient perturber nos croyances, nos modes de vie, nos schémas de société sensés restés imperméables devant la rupture des frontières provoquées par la globalisation de notre Civilisation.

Refuser la contamination des idées, des coutumes, des comportements c'est tout simplement se refuser l'exploration du monde au profit d'une idéologie qui réduit notre identité à sa racine-souche. Hors un être humain ne se résume pas à être d'un sol, d'une religion, d'une culture exclusivement. Hors un être humain n'est pas prédestiné à devenir un instrument au service d'une idéologie guerrière, fasciste, qui réduit toutes les libertés individuelles de se déterminer par soi-même à travers la somme des connaissances acquises et des expériences intimes faites par une femme ou un homme.

La crainte de s'ouvrir à d'autres cultures, de se présenter devant l'inconnu comme une personne à l'identité construite prête à confronter pacifiquement ses idées, ses modes de vie, et ses coutumes dans la joie et la découverte de l'Autre est un obstacle de plus en plus handicapant dans notre monde rempli de terreur, de gens au discours haineux et excluant, au actes violents et parfois extrêmement barbares.

S'attacher au repli sur soi c'est non seulement signer son arrêt de mort virtuel face aux exigences de notre réalité mondiale, c'est en plus participer au suicide du monde, à sa déchéance, à sa propre assignation à résidence nationale sur ordre des gourous fascistes qui veulent gouverner les consciences sous prétexte de la race pure, de la nation supérieure gravée dans le marbre blanc, pour nous Occidentaux, du Califat mondialisé supérieur à toute autre gouvernance du monde à travers la charia originelle puisée dans des textes du VIIème et VIIIème siècle pour les adeptes fanatisés du Coran. Deux fascismes qui s'affrontent et qui nous conduisent sur les sentiers de la haine et de la guerre totale.

En conclusion, rien ne remplacera jamais l'expérience individuelle, la conscience intime, la flamme intérieure qui nous anime et nous pousse à faire des rencontres au-delà du connu, au-delà de notre confort mental, au-delà de certitudes qui ne sont en réalité que des schémas mis en place par notre cerveau pour nous éviter la culbute dans le doute absolu et le chaos d'une pensée qui deviendrait impensée parce qu'inintelligible et incohérente.

Pourtant, nous pouvons parfaitement partir à la rencontre d'une autre culture sans s'abandonner à soi-même, sans tout prendre d'un bloc et quitter notre culture d'origine. Au contraire c'est par la mixité des cultures, par cet échange cérébral, voir corporel, que nous construisons du neuf et de l'inattendu.

Nos politiques de plus en plus tournées sur des réflexes de repli sur soi, de dénigrement de l'Autre, sont une fatale erreur de notre conscience collective. Car elle chosifie nos schémas de penser au lieu de libérer nos consciences de leurs schémas exclusifs qui conduisent au reniement de l'Autre, cet étranger, cet étrange qui nous regarde autrement que ce que nous pensons être dans un schéma fasciste: soit supérieur, dominateur, et possible exterminateur de cet étranger qui à son tour nous regarde alors comme un danger pour lui et les siens.

2016 devrait être une grande année de réflexion philosophique pour tous les peuples du monde car de cette réflexion collective dépend notre futur en paix ou en guerre totale.

 

Commentaires

Heureusement que certains humains résistent à la mode de la conversion à n'importe quoi et pour n'importe qui .Ce qui confirme que l'humain d'aujourd'hui arrive encore et ce grâce à ses propres réflexions à résister aux manipulations mentales en tous sens et genres ce qui le différencie du monde animal et de la monnaie de Singe qui elle peut être convertie en n'importe quelle espèce
Vivre dans le fantasme c'est bien mais à condition de na pas en entrainer d'autres dans ce qui de toutes manières obligera à sa propre chute du ou des manipulateurs ou prédateurs bref toute cette faune qui se cache derrière le masque de l'informatique

Écrit par : lovejoie | 27/12/2015

Les commentaires sont fermés.