02/01/2016

Sans valeur et sans papier, qui suis-je?

Sans la bureaucratie, vous n'existez tout simplement nulle part.Un migrant sans papier est un migrant mort à l'Etat. Mais pas seulement. Il est aussi mort au corps social organisé verticalement.

Pour être quelqu'un, il faut pouvoir vous évaluer, vous tripoter le curriculum vitae, connaître vos trous, vos faiblesses, vos manquements, vos éventuels contestations sociales et coups de feu anarchistes qui feront alors ne vous un être considéré comme dangereux pour les bureaucrates et les cols blancs.

Dans ma vie, je remplis de moins en moins de papiers. Pour échapper à la contrainte d'un monde qui me poursuit d'office pour mes dettes anciennes. Pour échapper aussi à la fatigue d'une société qui vous juge avant même d'avoir étudié le pourquoi du comment. La bureaucratie s'intéresse à votre situation fiscale, à vos dettes, à vos négligences éventuelles. pas à votre personne. La bureaucratie vous éreinte de ses questionnaires, de ses questions indiscrètes, de ses compléments d'information avant toute prestation dites sociales. La bureaucratie vous flingue moralement et même physiquement si par hasard vous n'entrez pas dans la case des potentiels bénéficiaires. Et au contraire, si en plus la bureaucratie trouve que vous n'avez pas agit correctement selon ses propres directives, elle va peut-être vous ficher et vous poursuivre discrètement dans l'ombre.

J'ai du abandonner la bureaucratie et me consacrer à ma propre vie pour survivre dans ce monde. Si j'avais suivi la bureaucratie j'aurais sans doute fini SDF, avec un minimum vital qui aurait fait de moi un être zombifié socialement, mort psychiquement et contraint au rôle de marginal sans revenu, vivant au crochet de la société tellement la bureaucratie m'aurait convaincu que j'étais devenu inapte à cette société-là.

Je me suis battu seul avec mes idées originales, ma volonté d'écrire ma vie, de lui donner un sens, une histoire, un combat d'anarchiste.

Je suis fier de m'être libéré presque totalement de la bureaucratie. Même à la COOP ou à la Migros je n'ai pas de carte Cumulus ou carte de Fidélité. Je n'ai même pas de carte bancaire et à peine un compte de chèque postal. Je suis mort bureaucratiquement. Mais je suis bien et fort vivant artistiquement. Alors ce choix, s'il a été douloureux et une prise de risque importante par abandon de cette société bureaucratique, a fait de moi un homme libre, un homme fier, un homme courageux qui va de l'avant et qui ne se laisse pas bloquer et anéantir par la bureaucratie.

https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/010116/david-graeber-la-bureaucratie-sert-les-interets-des-1?page_article=2

 

Commentaires

Pachakmac Vous faites peut-être partie des Rois Maudits ? !rire
Le ciel nous réserve des initiations dont nous ne pouvons prendre conscience que dès 70 ans alors courage vous y êtes bientôt et c'est ainsi depuis la nuit des temps
il n'y rien de neuf sous le soleil !Alors autant prendre la vie avec philosophie plutôt que ramper dans le purgatoire du monde en brassant du mouroir
A moins que vous soyez tombé dans le piège qui veut que tout un chacun se remette en cause alors que ce sont ceux-là même qui veulent dicter leur loi qui eux ne le feront jamais car s'imaginant détenir le pouvoir universel c'est à dire de juger tout un chacun sans se pencher sur leurs propres défauts .
Lesquels figurent inscrits dans chaque livre religieux
Il n'appartient pas au peuple de se remettre en question voilà encore bien une invention digne du New âge
Très bon dimanche pour Vous

Écrit par : lovejoie | 03/01/2016

Les commentaires sont fermés.