08/01/2016

A la foire aux bestiaux, je t'y ai rencontrée

Je l'ai vue près d'un lupanar

sous cette lune des Ténardiers.

Quand j'ai demandé

d'où venait sa peau si blanche

Elle m'a dit:

c'est d'rouler dans la fange

qui rend les bergères maudites

que j't'ai découvert mon ange

et roulé dans la rosée avec toi.

 

Elle m'a dit.

Elle m'a dit.

Fraîche aurore qui êtes venue

jamais j'n'oublierai tes beautés nues.

Woohoo Woohoo.

Elle m'a dit

Elle m'a dit d'lui faire chanter

ses luxuriantes collines,

d' l'emporter là-haut loin d'leurs tristes épines,

J'ai cueilli son coeur, arrosé ses vertes avenues,

tout en elle me disait amour bienvenu.

 

Bienvenu dans ma fraîche prairie

au pays de mes romantiques brebis.

Avec toi, avec moi, pour la vie,

Oh Oh...Oh Oh Oh...

il n'y aura plus de foire aux bestiaux,

seulement nos entrées réservées

aux voyages spatiaux.

 

Je n'étais qu'une pauvre pomme

suspendue à son pommier.

Et tu as voulu y croquer à pleines dents.

 

Les commentaires sont fermés.