08/01/2016

De la kakachnikov à la bombe H, l'arme de l'homme faible pour dominer

On voulait sortir de la seconde guerre mondiale la tête haute, le "plus jamais ça" au centre de la philosophie moderne de l'Homme.

On avait fixé des objectifs très hauts: démocratie pour tous, droits de l'Homme, éducation, culture, civilisation du progrès. tant et tant d'armes civilisées pour arrêter la barbarie.

Ce "on" impersonnel, Victor Hugo en faisait déjà un "nous" au XIXème siècle. Mais qu'est-ce qui foire donc en permanence dans l'âme humaine? L'esprit de puissance? La volonté de conquête et de domination des uns contre l'esprit moutonnier et la soumission des autres?

Il n'y a pas de fatalité. Seulement des volontés abandonnées, des reculades, des lâchetés, des mensonges, des hypocrisies qui entraînent l'Humanité vers sa Chute.

Et pourtant, des femmes et des hommes gardent l'espoir d'un autre monde, d'un temps de sagesse révolutionnaire qui n'ôte en rien à nos libertés individuelles mais qui agit sur nous en pleine conscience pour que nous fassions de nos faiblesses des forces spirituelles et humaines qui entraîneront le monde vers des sociétés plus justes, plus évoluées, plus aptes à survivre sur cette Terre.

Au rythme où les épisodes guerriers et catastrophes écologiques se succèdent, nous n'en avons plus pour très longtemps à rester l'espèce dominante sur cette bonne vieille Terre. Et attendre le retour de Jésus pour nous sauver ne sert à rien. Jésus ne reviendra jamais sous sa forme originel et encore moins sous sa forme fantasmée par nos sociétés. Et même s'il revenait tel quel, l' Eglise elle-même se chargerait de sa disparition. Nous savons bien que les clergés n'aiment pas être dérangés par les révolutionnaires qui prônent autre chose que les grandes richesses matérielles.

Donc on fait quoi? On attend la fin du monde sans mot dire? On s'occupe de son petit jardinet en sifflotant "auprès de mon arbre" et "après moi le déluge"? Ou on y croit encore et on se bat avec les armes de la liberté, de la démocratie, de la culture, de la poésie?

Pour ma part, j'ai fait mon choix depuis de très nombreuses années. C'est l'écriture et la photographie qui me tiennent debout et me font espérer un bouleversement des consciences tout en faisant de moi un homme fort et non d'une faiblesse affligeante avec ma kalachnikov ou ma bombe H prête à détruire le monde.

Et tant pis pour les ricaneurs, les perfides, les traîtres à l'Humanité. Si leur seule volonté est de vivre tranquille dans leur coin sans se préoccuper des affaires du monde et se soumettre, le cas échéant, aux hommes armés qui viendront les dévorer leur laissant le choix entre la soumission et la mort, ils sauront alors ce que cela signifie d'avoir eu des ancêtres tel Victor Hugo qui se sont battus pour leurs libertés, et leurs droits d'expression. Et ils comprendront enfin l'importance de celles et ceux qu'ils méprisent et ignorent superbement aujourd'hui dans leur combat quotidien.

Dans notre monde, il n'y a plus de place pour une Humanité violente, vindicative, destructrice de ressources et d'humanité. Nous devons transformer notre nature humaine en nature non-violente et cesser de vouloir dominer les Autres. L'être humain a suffisamment de ressources et de connaissances pour transformer son environnement en quelque chose de beaucoup plus doux et conforme à une humanité moderne débarrassée de son cerveau reptilien qui lui dicte de se comporter en prédateur. Mais pour cela, il y faut l'éducation des enfants, l'instruction, la culture, la connaissance du monde.

Le combat continue. Que celles et ceux qui aiment le noble combat de la non-violence persévèrent dans leur démarche quotidienne. Nous serons là, debout avec ces personnes pour dire et redire "plus jamais ça, plus jamais de 7 janvier et de Vendredi 13".

 

 

Les commentaires sont fermés.